Tela Botanica

Le réseau de la botanique francophone

Actualités

Agenda, s'informer, environnement

Vous êtes ici : Accueil >Actualités Archives

L’arbre de fer

Mis en ligne vendredi 9 novembre 2007 par Michel Tarrier - Points de vue

Une localisation méconnue de l’Arganier, ou quand l’arbre de fer est forgé par le surpâturage

Dénommé l’arbre de fer, ou encore l’arbre des femmes, l’arganier est une espèce xéro-thermophile qui appartient à la famille tropicale des Sapotacées, dont elle est, au Maroc, la seule représentante septentrionale dans la région méditerranéenne.

Argania spinosa est un arbre multi-usage (forestier-fruitier-fourrager), endémique du Sud-Ouest du Maroc atlasique dont il peuple l’essentiel des paysages arides aux brumes fréquentes et leur imprime une physionomie bien particulière qui est celle de la forêt dite trouée. Son aire principale est habituellement donnée par les auteurs entre les embouchures de l’oued Tensift au nord et de l’oued Souss au sud, entre 29º et 32º de latitude N, soit une contrée qui s’étend grossièrement depuis Essaouira au nord jusqu’à Tiznit au sud. Le recensement donne environ 20 millions d’arbres qui couvrent irrégulièrement des régions caractérisées par des conditions difficiles qui sont celles de l’aridité, du climat, de l’irrégularité topographique, de la diversité pédologique et de la rareté de l’eau. Incontournable des lieux, on le rencontre sauvage en forêt claire de l’arrière-pays montagneux ou cultivé dans les plaines et sur le littoral océanique. À la frontière de l’aride et écran vert en marge du Sahara, cet écosystème original a subi depuis une centaine d’années une perte de la moitié de sa surface (d’un million et demi d’hectares au début du XXe siècle, il n’en reste que 800 000 aujourd’hui), sous des effets cumulés à la fois anthropiques (surpâturage et déboisement) et climatiques (sécheresse, désertification). On doit à l’arganier la célèbre huile d’argan aux qualités intrinsèques, objet d’une récente valorisation sur laquelle il y aurait beaucoup à dire. Comme l’arganier s’avère être tout autant victime de l’érosion des sols que son meilleur remède, la problématique consiste à en ralentir l’éradication.

Pour en savoir plus : http://www.secheresse.info/article.php3 ?id_article=228

(JPEG)

Des arganiers loin de l’arganeraie

Quelques formations d’arganiers ont été recensés à l’extérieur de leur région habituelle du Grand Souss, témoignant de ce que pouvait être la répartition originelle. Ces localisations se situent à l’est de Rabat, près de Tsili dans la vallée de l’oued Grou (50 hectares), entre Taza et Oujda dans les monts de Debdou et enfin à l’ouest d’Oujda dans les monts de Beni-Snassen (200 ha). Les deux dernières stations s’encartent dans la région de l’Oriental, frontalière avec l’Algérie Il est intéressant de remarquer que cette écorégion typique des Hauts plateaux mitoyens de l’Atlas Tellien, située à presque 1000 km à l’opposée diagonale de la région du Souss, est loin d’être sous l’influence océanique habituellement donnée comme favorable à cette essence.

Dans cette même région de l’Oriental, nous avons relevé entre El Aïoun et Jerada, au sud d’Oujda, la présence d’un îlot d’arganiers de quelques hectares perdu dans une zone collinéenne recouverte d’alfa, grande graminée steppicole et pastorale. Il ne s’agit probablement pas d’une première botanique mais cette localité ne semble pas citée dans les travaux publiés. L’intérêt de cette pseudo découverte réside surtout dans le piètre état de conservation d’un arbre que l’on dit providentiel. Si la situation des proches stations des monts de Beni-Snassen est déjà calamiteuse, avec des arbres chétifs et mal traités, que dire des pauvres sujets d’El Aïoun ! Abroutis par la dent séculaire du cheptel, stressés, torturés, amputés, nanifiés... ! Cet arbre qui peut atteindre la taille d’un vieux chêne n’est ici et sans exception qu’un « rocher vert », prostré et tapissant. Aucun spécimen ne présente un port normal. Le biotope est une nappe alfatière à perte de vue. À l’exception d’un faible saupoudrage très épars de genévriers oxycèdres et de thuyas de Berbérie, aucun autre arbre ne s’y montre à l’exception de splendides pistachiers de l’Atlas ornant les bermes de routes, respectés parce que maraboutiques (vive le sacré, le vrai !).

La question ne se fait pas attendre : ne pourrait-on pas mieux traiter ces arganeraies résiduelles et disjointes, ces précieux témoins d’un paléo-peuplement ?

Refoulé consécutivement aux glaciations du Quaternaire dans le Sud-Ouest de la Berbérie, à l’extrême Nord-Ouest du continent africain, l’arganier couvrait originellement un territoire nettement plus vaste. Il en demeure encore quelques témoins subfossiles permettant d’en comprendre la chorologie. Ils semblent non seulement n’intéresser personne, mais qui plus est être victimes d’un lamentable acharnement. Les écosystèmes du monde arabe sont tous anéantis par un pastoralisme ravageur et abusif, et les pâturages d’alfa n’y font pas exception. Il y a 3 millions d’hectares de nappe alfatière au Maroc et ces quelques hectares peuplés du rarissime arganier doivent donc aussi être saccagés par un parcours sédentaire et répétitif du cheptel riverain ?! Otages d’une filière ovine de rente, es bergers sont de plus en plus gardiens d’une surcharge pastorale sans commune mesure avec la capacité locale de régénération et vivent dans l’urgence. Il n’est certes pas de notre propos d’accuser de cécité écologique des gens responsables mais non coupables de la dégradation des écosystèmes. Mais les autorités de tutelle en charge et qui se réclament désormais vertueusement d’un souci de durabilité dans leur gouvernance devraient se préoccuper de mettre sous cloche de telles formations biopatrimoniales et remarquables. Il serait grand temps de vénérer les beaux restes, y compris dans les pays émergents. En cas contraire, nous aurions comme l’impression que les magots budgétaires apportés par la communauté internationale au nom d’une lutte planétaire contre la désertification sont engloutis dans les frasques d’une fonction pas seulement publique. Mais ce n’est, sans doute, que l’injuste invective d’un naturaliste outré par le peu de respect porté à la Nature !

En tout cas, n’importe où ailleurs, la présence inopinée d’un tel endémique serait fierté nationale, protégée, mise sous cloche, les gestionnaires du biopatrimoine entretiendraient ces arbres comme la prunelle de leurs yeux, et les riverains auraient une autre éthique que celle de les bousiller en les faisant pâturer depuis des lustres par leurs satanés troupeaux. En quoi consisterait le programme de sauvegarde ici déficitaire ? En quelques rouleaux de barbelés et en la surveillance d’un garde qui, au lieu de survivre de la petite corruption ordinaire, serait correctement rétribué pour assurer sa mission. Mais il s’agit d’opter pour un changement de mentalité, et c’est peut-être trop demandé.

Michel Tarrier
http://users.skynet.be/jdelacre/2050/unedelecologie.html
http://www.tarrier.org
http://homepage.mac.com/jmdelacre/meem

©© Cet article est publié sous licence : Creative Commons
Licence de l’article : Contacter l’auteur


Vos commentaires sur cet article

Réagir à cet article

  • nous sommes une association locale qui oeuvre pour la sauvegarde de cette éspèce dans l’anti-atlas maroc.et nous avons besoin de partenaires pour mener à bien nos projets.
  • Le 10 novembre 2007 par Nicolas Ruch

    Malheureusement, ces populations disjointes d’Arganier ne sont pas les seules à ne pas être mis sous cloche et à ne pas être porté au rang de fierté nationale.

    La conservation des espèces pourrait très bien se comparer un peu au show-business et à ces people. Il y a les stars de la conservation, comme les ours blancs, les pandas et les dauphins, suivi par les orchidées et les plantes succulentes, etc. Mais il y a aussi les intermittents de la conservation, comme la dernière population de telle fougère ou de tel Myosotis en Suisse, ou encore telle graminée endémique des Alpes. Ces espèces participent aussi bien à ce fabuleux spectacle de la biodiversité, mais elles n’ont pas vraiment si grande valeur pour tout le monde. Et ne parlons pas des lichens et autres bryophytes !

    La conservation a bien besoin de ses stars, mais il est malheureusement difficile de permettre à toutes les espèces d’atteindre ce même niveau, de part simplement le manque de moyens financiers ou encore par manque d’intérêts ou de connaissances des gouvernements ou des populations.

    Certes, la perte de ces populations éloignées d’Arganier peut s’avérer un drame, mais d’un autre côté, l’Arganier a pris récemment une très forte valeur et sa situation n’est peut-être pas trop mauvaise. Mais est-ce le cas pour toutes les espèces du Maroc ? Je pense que c’est à chacun de nous, spécialistes et amateurs de ces intermittents de la biodiversité, de faire tout notre possible pour donner également de belles chances de survie à ces intermittents de la biodiversité.


Association TELA BOTANICA 4 Rue de Belfort 34000 Montpellier Tél. +334 67 52 41 22 accueil[at]tela-botanica.org

  • Visiteurs :
  • Inscrits :