Tela Botanica

Le réseau de la botanique francophone

Actualités

Agenda, environnement

Faire un don

Vous êtes ici : Accueil >Actualités Archives

Les champs électromagnétiques créés par l’homme affectent la germination des graines

Mis en ligne jeudi 10 avril 2014 par CAMMAERTS - Points de vue

Une étude réalisée par Marie-Claire Cammaerts.


Les champs électromagnétiques créés par l’homme affectent la germination des graines.
Introduction
Nous avons entrepris les observations relatées ici, après avoir eu connaissance d’un travail réalisé par cinq étudiantes danoises. Ces étudiantes ont cultivé, exactement de la même manière, 200 graines de cressonnette dans une pièce sans radiation électromagnétique et 200 mêmes graines de cressonnette dans une pièce voisine, sous l’exposition des radiations émises par deux routers (appareils WiFi). Les graines avoisinant les appareils WiFi n’ont pas germé alors que les autres l’ont fait normalement. Les étudiantes ont réitéré leur expérience quelques mois plus tard, avec un résultat identique, hautement significatif.
Nous avons tenté d’aborder ce problème de germination des graines sous radiation électromagnétique.

Travail expérimental
Nous avons pu disposer d’un appartement où, dans une pièce, le champ électromagnétique était de 70 - 100 µW/m2 et où, dans une autre pièce, il était quasi nul (2 ‒ 3 µW/m2). Nous avons placé, dans chacune de ces deux pièces, deux bacs contenant du compost humidifié et des quantités parfaitement identique d’exactement les mêmes graines de cressonnette. La température, l’humidité et la luminosité était identique dans chacune des deux pièces.
Après 4 jours, les graines sous faible radiation avaient germé, les autres non. Après 7 et 10 jours, les résultats étaient toujours les mêmes : aucune germination sous haute radiation, germination normale sous très faible radiation.
Après 10 jours, nous avons prélevé des graines dans chacun des deux lots, celui exposé et celui non exposé. Tout d’abord, les graines des deux lots présentaient de nettes différences : celles sous radiation étaient sèches ; les autres étaient moites, collantes. Ensuite, les graines sous faible champ électromagnétique avaient développé, à l’intérieur du compost, de longues et larges racines tandis que les graines sous haute radiation avaient aussi développé des racines à l’intérieur du compost, mais ces racines étaient courtes et fines. On peut en déduire que, au sein du compost, l’effet du champ électromagnétique est nettement plus faible qu’à l’air libre.
Nous avons alors observé et dessiné des graines des deux lots, sous une loupe binoculaire. Les graines restées sous très faible radiation étaient nettement, statistiquement plus larges et quelque peu plus longues que celles soumises à une importante radiation. On peut en conclure que les graines maintenues sous faible radiation ont réalisé la première étape de la germination, c’est-à-dire l’imbibition, et ont donc gonflé tandis que celles exposées à une forte radiation n’ont pas effectué cette première étape, n’ont pas subi de pénétration d’eau (opération indispensable à la germination), n’ont pas gonflé et n’ont donc pas germé, en fait n’ont pas su germer.
Des graines de chacune des deux lots ont ensuite été placées dans une autre pièce, côte à côte, sous très faible radiation (2 - 3 µW/m2). Elles ont germé, les unes et les autres. Donc, les graines, qui avaient été exposées, n’ont pas été tuées, mais leur cellules germinatives avaient subi une modification importante empêchant l’entrée d’eau, l’imbibition, et dès lors la germination. Discussion
Il est clair que de fortes radiations électromagnétiques affectent les cellules germinatives des graines, comme elles affectent d’ailleurs toute cellule, tout être vivant (spermatozoïde, cellule nerveuse, tremble, drosophiles, abeilles, oiseaux, rats etc...).
L’étude histologique et cytologique des cellules germinatives de graines exposées à des ondes électromagnétiques, générées par des appareils construits par les hommes (antennes de communication, appareils WiFi, GSM etc...), pourrait permettre de comprendre l’impact de ces ondes sur les êtres vivants. Nous pensons que les cellules membranaires sont, en tout premier lieu, affectées, ce qui explique les effets néfastes observés sur l’imbibition des cellules germinatives, la croissance des plantes, les chloroplastes et les mitochondries, l’apprentissage, la mémoire et l’orientation des animaux, donc finalement l’impact sur la survie de tous les êtres vivants.

Marie-Claire Cammaerts, Associate Professor Olle Johansson Contact : mtricot@ulb.ac.be, Olle.Johansson@ki.se

© copyright de la source de l’article (auteur ou éditeur)
Licence de l’article : Contacter l’auteur


Vos commentaires sur cet article

Réagir à cet article

  • Le 27 juin 2014 par Philippe

    Bonjour Madame Marie-Claire Cammaerts

    J’ai reproduit sans résultats aucuns l’expérience des cressons sur le wifi....

    J’étais en atmosphère contrôlé... Hygrométrie/luminosité/température.

    Et dans des pseudo "cages de Faraday".

    Que pouvez vous me dire de ces résultats contradictoires ?

    Cordialement

    • Le 27 juin 2014 par Marie-Claire Cammaerts

      Bonjour Monsieur,

      merci pour votre message.

      Vos graines n’étaient peut-être pas suffisamment exposées. Les miennes étaient sous l’exposition de deux grosses antennes de communication, situées sur le toit d’un bâtiment voisin. Vos graines étaient peut-être un petit peu dans la terre ou le terreau (ce qui protège !) ; les miennes étaient à la surface : elles ont développé leurs racines dans le terreau mais pas leur tiges en surface, sauf quand je les ai changées de place et les ai mises là où il y avait un réseau normal, et non plus un champ électromagnétique intense. Votre WiFi était peut-être en veille et non en fonctionnement (échangeant des informations) ; le champ qui l’entoure est alors bien faible. Les étudiantes danoises ont refait leur expérience, et ont ré-obtenu les mêmes résultats : pas de germination, ou germination de plantes en mauvais état, en présence d’un intense champ électromagnétique. Autre explication : vos graines avaient peut-être réalisé leur ’imbibition’ avant que vous ne commenciez l’expérience ; il suffit qu’elles aient été dans une atmosphère humide pendant un court instant ; de l’eau rentre dans les graines ; il suffit de les déposer sur du terreau pour qu’elles germent aussitôt, quelques soient les autres facteurs. Sous une cage de faraday, bien sûr qu’elles vont germer ! et même très très bien !

      Encore merci pour votre remarque et au plasir de vous lire encore.

      Marie-Claire Cammaerts


      • Le 28 juin 2014 par Philippe Ruiz

        Bonjour

        En premier lieu je tiens à vous remercier de votre réponse. Je tenterai donc de nouvelles expériences en corrigeant quelques facteurs et vous ferai savoir les résultats.

        Cordialement

        Philippe Ruiz


        • Le 28 juin 2014 par Marie-Claire Cammaerts

          C’est moi qui vous remercie, Cher Monsieur.

          On est parfois désemparé avec ces ondes électromagnétiques, et même avec simplement de l’électricité. Derrière le mur de mon labo, il y a un couloir et un labo de physique. Il suffit que le prof fasse des manip, des mesures avec de gros appareils électriques, et toutes les fourmis situées devant ce mur meurent, en quelques minutes. Par contre, il existe une algue (mais j’ai oublié son nom) qui résiste parfaitement aux ondes ; elle contient certains ions et elle est insensible aux effets néfastes des ondes. Pour les fourmis, j’en connais qui, au lieu de souffrir puis mourir comme les miennes, quittent leur nid, s’enfuient ...hors de leur nid. Pour en revenir à votre expérience, il serait bon de faire un contrôle : mettre des graines identiques en un lieu dépourvu de radiation. Vous comparez, alors, le lot ’contrôle’, et le lot ’irradié’, au cours du temps. Normalement, une graine de cressonnette a fini sa germination, et a ses deux feuilles (et est consommable) en 4 jours.

          Voilà.

          Au plaisir d’encore vous lire cher Monsieur.

          Avec tous mes respects,

          Marie-Claire Cammaerts


  • Le 15 avril 2014 par Francis Nouyrigat

    Je m’interroge fort sur la pertinence de l’étude transmise par CAMMAERTS d’une expérimentation de germination sous hi fi. 100% de résultats en noir et blanc se voit très peu dans les expériences qu’elles soient de physicochimie ou de biologie. Il y a toujours une certaine variabilité. Il faut vraiment des conditions expérimentales extrêmes. Or dans le cas présent l’énergie mise en jeu par le champ électromagnétique est infime devant celle mise en oeuvre dans les processus biochimiques et de plus se présente avec une fréquence qui n’a rien à voir avec l’ordre de grandeur de celle des phénomènes biologiques . Donc même si on fait abstraction de l’improbabilité d’un tel effet contraire à toutes les connaissances des réponse en noir et blanc sont invraisemblables Il y a à coup sûr des artéfacts dans l’expérimentation. La seule certitude qui ressort du rapport fourni est qu’il y a eu défaut d’imbibition des graines. On aimerait savoir en autre comment l’humiditè du substrat a été contrôlée. Je pense que telabotanica aurait intérêt à ne pas diffuser des informations qui sortent trop de son domaine de compétence. F. Nouyigat - retraité ancien expert membre de commissions conseils des ministères de l’environnement(jusqu’en 2006) et antérieurement d’un groupe d’évaluation des rapports scientifiques rattaché au premier ministre (DGRST)
    • Le 15 avril 2014 par

      Bonjour Monsieur,

      Merci pour votre commentaire. Oui, le champ était faible, et malgré tout la germination n’a pas eu lieu, bien que le compost soit humide. Une telle observation a aussi été realisée par plusieurs élèves d’une école danoise, et ce à deux reprises. Et elle a encore été refaite par d’autres personnes, à d’autres endroits. Par ailleurs, énormément d’auttres observations ont été faites sur les unicellulaires, les insectes, les amphibiens, les oiseaux, les mammifères, les hommes, les arbres, les plantes en labo ....Les ondes faites homme agissent sur les membranes cellulaires donc sur tout organisme et sur plein d’organites cellulaires. Si vous voyiez ce qui se passe au niveau d’une cellule mise dans un champ électromagnetique !!! L’homme finira par comprendre, comme pour les rayons X (qui ont tant tué avant qu’on sache), l’amiante, le tabac...mais quand ??? Encore merci pour votre commentaire, et avec tous mes respects,

      Marie-Claire Cammaerts


  • Le 11 avril 2014 par JP

    Bien...maintenant il faut faire des recherches sur l’homme....
    • Le 11 avril 2014 par

      Des études ont été faites .. sur les hommes, les rats, les drosophiles, les arbres, les abeilles .... ex. : les spermatozoïdes sont fortement affectés, les cellules sanguines aussi, la mémorisation, le développement embryonnaire, bref quasi tout ... les ondes agissent sur la membrane cellulaire, donc sur tout. On devrait pouvoir divulguer cela, et agir en conséquence. Mais non, on cache la vérité, donc on ne fait rien (sauf gagner beaucoup d’argent) et on détruit la nature.

      Je vous remercie pour votre question très pertinante, vraiment, et vous souhaite tout le meilleur.

      Marie-Claire Cammaerts


  • Le 11 avril 2014 par

    Très intéressant !

    Yves de VALENCE, ingénieur agronome.

    • Le 11 avril 2014 par

      Merci beaucoup

      Mais ainquétant aussi Et la disparition inexpliquée des abeilles pourait bein avoir pour cause tous les champs électromagnétiques que ces insectes traversent, et qui les déroutznt complètement, d’autant plus que l’abeille a de la magnétite dans le cerveau.

      Regardez sur internet tout ce que l’on a déjà trouvé comme effets néfastes des ondes électromagnétiques ’faites par l’homme’. Effrayant. Le pire c’est qu’il n’y a quasi aucun moyen d’informer le public. Je remercie mille fois ceux qui gèrent ce merveilleux journal !

      Bien à vous,

      Marie-Claire Cammaerts


      • Le 23 août 2015 par Candau

        J’ai fait plusieurs voyages en avion depuis la France jusque dans l’océan Indien,chaque fois je porte des sachets de graines de légumes que j’achéte à la coopérative agricole,jamais je n’ai réussi à les voir pousser ni même éclore,je ne suis pas du tout spécialiste mais je reste trés étonné. Y aurait il une corrélation avec les champs éléctromagnétiques que l’on traverse dans les aéroports ? merçi de me donner votre avis- Candau


Association TELA BOTANICA 1B Rue de Verdun 34000 Montpellier Tél. +334 67 52 41 22 accueil[at]tela-botanica.org

  • Visiteurs :
  • Inscrits :