Arbres transgéniques, plusieurs pays appellent à un moratoire mondial

Hier j’ai reçu le bulletin de mars 2006 du World Rainforest Movement, ce numéro insiste en particulier sur la protection de la biodiversité, à travers les plantations industrielles d’arbres en monoculture et sur les arbres transgéniques.

Le 22 mars, lors de la 8ème Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique de l’ONU au Brésil. L’Iran a été le premier a soulever la question du moratoire, désormais suivie par le Ghana, l’Equateur, l’Egypte, Madagascar, Malawi, les Philipinnes, le Rwanda et le Sénégal. Voici 9 pays qui refusent les arbres transgéniques ! A quand le reste du monde ?

Vous trouverez ci-dessous l’article ainsi que le bulletin complet en pièce jointe.
Les arbres et les forêts sont les pilliers de la vie sur terre, la question doit absolument mobiliser les populations. La situation est très grave.

Réagissons vite,

« En ce qui concerne la question cruciale des arbres transgéniques, ceux-ci ne sont pas du tout mentionnés dans les Perspectives mondiales de la diversité biologique, en dépit du fait qu’ils représentent l’une des menaces les plus dangereuses pour les forêts, qui abritent la plupart de la diversité biologique terrestre de la planète. La dissémination des arbres génétiquement modifiés va contaminer les écosystèmes forestiers de manière inéluctable et irréversible et détruire cette diversité.
C’est pour cette raison que des organisations non gouvernementales, des mouvements sociaux, des scientifiques, des groupes autochtones, des agriculteurs, des forestiers et d’autres encore réclament l’interdiction de la dissémination
commerciale des arbres transgéniques dans l’environnement. Nous pensons que la CDB est l’organe de l’ONU qui doit se charger d’établir cette interdiction. »

Attention également aux certifications CFC très douteuses :
« Pour aggraver encore les choses, le Forest Stewardship Council, une organisation de certification promue par des ONG pour la protection des forêts, a déjà certifié des centaines de plantations qui n’auraient jamais dû l’être, fortifiant ainsi ces mêmes entreprises contre lesquelles les gens sont en train de se battre.

Or, rien ne suffit jamais aux multinationales, même pas les eucalyptus de croissance rapide. Elles veulent que les arbres poussent encore plus vite, qu’ils soient résistants aux herbicides, qu’ils jouent le rôle d’insecticides, qu’ils contiennent davantage de cellulose, qu’ils ne donnent ni fleurs ni semences. Donc, elles se tournent maintenant vers la manipulation génétique des arbres, pour que ceux-ci s’adaptent à leurs besoins. »

Voilà le topo, c’est effrayant, que pouvons nous faire nous ici en France ?

Je profite de cette tribune, pour vous joindre un communiqué de presse sur la journée de mobilisation mondiale (JIGMOD) qui aura lieue le samedi 8 avril avec en plus le programme sur Paris.
Je travaille avec le groupe de coordination et suis responsable de la liste des signataires du memorandum. Qui fait suite à une lettre co signée par plus de 750 scientifiques qui réclament un moratoire général.
Dans ce cadre, je vous invite aussi à signer cette pétition, nous avons besoin surtout de signatures scientifiques, lesquelles ont plus de poids.

Toutes les informations sont sur le site de coordination.
Pour signer il suffit d’indiquer ses noms, profession et domicile. Et si vous signez en tant que scientifique, représentant d’association ou organismes ou en tant que simple citoyen par courriel à alter.campagne@laposte.net.

Éléa ASSELINEAU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *