Menaces de destructions de plusieurs espèces de tulipes au Tholonet (13)

Suite aux menaces de destructions de plusieurs espèces de tulipes
protégées dont :

– la tulipe d’Agen Tulipa agenensis,
– la tulipe précoce Tulipa raddii,
– la tulipe sauvage Tulipa sylvestris subsp. sylvestris,

Les associations  » Tulipes sauvages de France », La feuille de sauge » et « La Garance voyageuse » ont adressé, le 28 avril 2006, un courrier signé par chacune de ces structures demandant des mesures de conservation pour ces tulipes présentes sur la commune du Tholonet (13) et menacées par des constructions et des aménagements.

Ces courriers ont été envoyés :

– au MEDD (Ministère du développement durable),
– à Mr le Maire du Tholonet,
– à la DIREN-PACA (Direction régionale de l’environnement et de la
nature Provence-Alpes-Côte-d’Azur),
– au CBN de Porquerolles (Conservatoire botanique national
méditerranéen de Porquerolles.

Nous vous invitons à lire la lettre stupéfiante du maire du Tholonet en réponse à ce courrier !

Affaire à suivre…

11 commentaires

  1. Associations auquelles il faut rajouter Tulipes sauvages de France. Et, c’est à cette association que la stupéfiante réponse du maire de la commune du Tholonet a été adressée. Les deux autres associations (La fleur de sauge et la Garance voyageuse) espèrent elles aussi une réponse. Au regard de la première missive, on peut douter de la pertinence du contenu des réponses attendues.

  2. Ce maire ne fait pas preuve d’intelligence. Sa réponse n’est pas à son honneur. Je ne connaîs pas la situation de ce site et le projet immobilier probablement lié aux 20% de logements sociaux imposés par la loi SRU. Mais urbanisation et sauvetage de ces tulipes ne sont certainement pas incompatibles. A sa place je me poserais la question de savoir comment valoriser ces lotissements en faisant une place aux tulipes. Et probablement que les futurs habitants auraient apprécié mais ça encore faudrait-il que ce maire s’inquiète de savoir si ses futurs administrés préfèrent les espaces verts avec plantes protégées au tout-béton.
    Et rien ne dit que le promoteur ne serait pas sensible à la chose ne serait-ce que pour son image publicitaire. Le problème lui a-t-il été soumis?

    Question: est-il encore possible de sauver des oignons pour les replacer ailleurs?

  3. Le 17 mai

    Je ne connais pas le niveau de protection de Tulipa australis dans le département de l’Aude. L’une des stations que je connais, située près du chateau de Peyrepertuse a été considérablement ravagée l’an dernier.
    La plupart des bulbes ount été arrachés.
    Vu le nombre de bulbes prélevés on peut soupçonner un commerce. Serait-il frauduleux?

  4. L’attitude de ce maire est irritante par la dérision qu’ il a mis dans sa réponse! Réponse probablement destinée à amuser son auditoire au conseil municipal…..

    Toujours est il que ces tulipes vont disparaitre sans émouvoir la collectivité, ne pourrait on pas se mobiliser et alerter l’ opinion publique par une action médiatique en présence de la presse et de différentes associations dans la petite ville du Tholonet en créant un rassemblement devant la mairie ou en faisant un sitting sur la route qui traverse la ville;

    En l’ état actuel, les tulipes sont condamnées à disparaitre et quand on pense que cette commune est au pied de la Sainte Victoire, on peut immaginer d’ autres scénarios du même genre au détriment de la nature…

    Edmond Despres

    1. Il faut quand même rester calme.
      Si le champ incriminé n’est plus travaillé pendant deux ou trois saisons, la plus précieuse tulipe (agenensis) disparaîtra de toute façons.
      Alors, il vaut mieux discuter avec la propriétaire pour lui faire garder autant que possible un petit coin à T. agenensis…

      Je suis aixoise, très attachée à cette tulipe et elle disparaît dès que la culture messicole est abandonnée

  5. Pourquoi n’avoir pas envoyé un tel courrier à la DDE car eux aussi ont un mot à dire sur les permis. Par ailleurs, n’y-a-t’il pas besoin d’une étude d’impacts dans ce cas avec les mesures compensatoires, suppressives ou réductives qui s’ensuivent? Pourquoi ne pas faire de la publicité dans le journal du coin sur le péril que fait courrir ce projet sur des tulipes protégées au niveau national?
    Les actions ne sont pas impossibles même s’il faudra en passer par la justice en dernier ressort. Mais je crois que les associations sont assez fortes sur ce point (je remarque que l’on parle de plus en plus souvent des procédures judiciaires en relation avec l’environnement dans les quotidiens d’aujourd’hui, ce qui n’était pas le cas avant). Enfin, il faudrait rappeler à ces chers gouvernants qu’ils ne vivent que grâce à la diversité bactérienne de leur intestin sinon il serait mort depuis longtemps … au moins ne commetraient-ils plus d’aussi grande ineptie. Quoi qu’il en soit, le combat juridique reste le meilleur moyen contre ces maires irrespectueux des législations qu’ils doivent pourtant bien appliquées.

    Cordialement.

  6. La réponse de Monsieur Le Maire à vos inquiétudes concernant la disparition d’une espèce de tulipe botanique est effectivement stupéfiante… ce monsieur est en effet d’un cynisme effrayant, les bras m’en tombent! heureusement pour nous les générations qui nous ont précédées avaient du bon sens et leurs tetes étaient moins enflées, sinon les tulipes botaniques et autres fleurs sauvages auraient disparus de nos prés, campagne et talus depuis des siècles… Je ne voudrais pas vivre dans une commune ou le maire traite les questions écologiques avec autant d’insolence.

  7. Pourquoi votre association ne saisirait elle pas le tribunal administratif, en invoquant l’urgence?
    Les tulipes indigènes de France sont des espèces protégées. Ce maire ne respecte pas la loi. il devra le faire s’il est condamné.
    La procédure du tribunal administratif présente l’avantage, pour une association, de n’être pas coûteuse, puisqu’il n’est pas nécessaire d’être représenté par un avocat, et que la procédure s’effectue sur pièce.

  8. Les différents courriers et le communiqué de presse des associations ont portés leur fruit en provoquant une réaction et une prise de concience des différents interlocuteurs dans cette affaire.

    A ce jour, rien d’irrémédiable n’a été accompli, seulement quelques pieds de tulipes ont pu être affectés par les travaux.
    La propriétaire de la parcelle incriminée est ouverte à la discussion,
    Le Maire de Tholonet a eu une entrevue avec la DIREN (au niveau du Directeur) pour analyser le pourquoi du problème en cours et préparer le traitement des cas à venir (dans le même secteur, 2 autres parcelles sont constructibles).
    Sur le même sujet, le maire a demandé une entrevue avec le Directeur de la DDE (dont les services instruisent les dossiers de permis de construire).
    Le maire reçoit le 20 Décembre Yves Derrien en tant que représentant de la Garance pour envisager la situation sous un jour positif pour la prise en compte de la conservation des tulipes.
    Un contact est en cours avec le Conservatoire Botanique pour refaire un point sur la problématique plus générale « Tulipes-urbanisation » dans le secteur sud-aixois.

Répondre à SELLENET Pierre Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *