Prix Ficaria : la Fondation « Yves Rocher-Institut de France » récompense un chercheur pour son travail sur le monde végétal

Ce prix, attribué par un jury composé de scientifiques de renom, est remis au lauréat lors d’une cérémonie à l’Institut de France suivie d’une conférence scientifique au cours de laquelle il présente son travail.

Cette année, le jury présidé par Christian Dumas, membre de l’Académie des Sciences et professeur à l’École Normale Supérieure de Lyon, décerne le prix scientifique Terra Ficaria à Doyle McKey, professeur d’écologie et de biologie évolutive à l’Université Montpellier 2 et chercheur au Centre d’Écologie Fonctionnelle et Évolutive de Montpellier. La Fondation Yves-Rocher-Institut de France récompense ainsi les recherches que Doyle McKey mène sur le manioc depuis plusieurs années, avec ses étudiants. Il s’agit de l’une des très nombreuses plantes domestiquées propagées par voie clonale, c’est-à-dire par bouture, par opposition à une reproduction sexuée, par graine. Cette propagation clonale permet aux cultivateurs de sélectionner et de reproduire les plantes les plus performantes. Cependant, elle s’accompagne d’un inconvénient majeur à long terme pour les végétaux : la perte de la diversité génétique. La population de plantes est alors en péril car elle n’est plus capable de s’adapter si son milieu évolue. Une année de sécheresse ou une nouvelle maladie peut entraîner la perte de toute la culture.

Face à ce constat, Doyle McKey s’interroge sur la façon d’entretenir la diversité génétique chez les plantes à propagation clonale afin de préserver leur « potentiel adaptatif ». Il entreprend un travail de recherche en Amazonie et observe des populations de manioc gérées par des cultivateurs amérindiens. Étonnamment, celles-ci présentent après des millénaires de propagation clonale, une grande diversité. Les recherches que Doyle McKey mène avec ses étudiants et ses collègues montrent que la reproduction sexuée, même en proportion minime, est nécessaire à l’entretien de la diversité des plantes à propagation clonale et donc de leur « potentiel adaptatif ». Les cultivateurs de manioc d’Amazonie savent combiner les deux modes de reproduction et montrent la voie à suivre pour une gestion durable non seulement du manioc mais aussi de toutes les plantes à propagation clonale.
Lauréat du Prix scientifique Terra Ficaria, Doyle McKey peut poursuivre ses recherches. Il prévoit de lancer une nouvelle étude, en collaboration avec deux chercheurs du CIRAD , Vincent Lebot et Jean-Louis Noyer, pour observer et interpréter les conséquences des pratiques des cultivateurs de manioc au Vanouatou.

Depuis sa création en 1991, la Fondation Yves Rocher-Institut de France est convaincue que le futur de l’Homme passe par sa capacité à connaître la Nature et à vivre en harmonie avec elle. La Fondation met ainsi en place des actions de protection et de valorisation du monde végétal. En outre, elle soutient ceux qui agissent en faveur de l’éducation à l’environnement et de la conservation botanique. C’est pourquoi, depuis 2004, elle honore chaque année un chercheur pour le travail qu’il mène sur une plante et sur son usage positif pour la société humaine en lui décernant le prix scientifique Terra Ficaria. Doté de 20 000 euros, le prix favorise la poursuite et le développement des travaux récompensés.

Fondation Yves Rocher-Institut de France

1 commentaire

Répondre à Red Ginger Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *