« Les espèces envahissantes de l’Isère », conseil général de l’Isère (sept 2006)

Ce livret est le fruit d’un travail de plusieurs années sur les espèces envahissantes du département de l’Isère mené par Gentiana.
De ce travail d’inventaire, une hiérarchisation des problèmes posés par toutes ces espèces à permis de dresser une liste d’espèces envahissante sur le département.
Nous avons choisi de présenter 15 espèces envahissantes symboliques soit par leurs nuisances, soit par leur forte expansion.

Depuis longtemps, l’homme, par ces déplacements, a favorisé l’arrivée de nouvelles espèces végétales.
Qu’elles soient introduites volontairement pour l’agriculture ou l’horticulture ou involontairement, le devenir des espèces exotique est variable. Peu d’entre elles s’implanteront dans la flore locale (on parle alors d’espèce naturalisée) et une très faible proportion (1% environ) finiront par devenir des espèces envahissantes.

Qu’est-ce qu’une espèce envahissante ?
Sont considérées comme espèces envahissantes les espèces exotiques naturalisées qui par « leurs proliférations dans des milieux naturels ou semi-naturels, y produisent des changements significatifs de composition, de structure et/ou de fonctionnement des écosystèmes » (Cronk & Fuller, 1996).

Caractéristiques des espèces envahissantes
Toute espèce introduite ne devient pas une espèce envahissante. Les raisons qui fondent le « succès » d’une espèce exotique envahissante tiennent en trois point :
– C’est une espèce qui possède un grand pouvoir de reproduction (soit en produisant un grand nombre de graine, soit par des facultés de reproduction végétative étonnantes).
– C’est une espèce qui est capable de s’adapter et de résister aux perturbations.
– C’est une espèce qui arrive sans ses prédateurs et concurrents naturels.

Nuisances engendrées par ces espèces
La première conséquence ou du moins la plus facile à quantifier est l’atteinte à la santé humaine. Dans la région Rhône-Alpes, près de 100 000 personnes souffrent de problèmes liés à l’Ambroisie (rhinite, conjonctivite, asthme, urticaire, eczéma). La Berce du Caucase, cette belle ombellifère peut, quant à elle, provoquer de graves dermatoses après contact et exposition au soleil.
Le caractère compétitif des espèces envahissantes va également leur permettre de concurrencer voire d’éliminer les espèces indigènes dont certaines sont parfois rares.
L’Union mondiale pour la nature, l’UICN, considère les invasions biologiques (animales ou végétales) comme la deuxième cause de régression de la biodiversité dans le monde juste après la destruction des habitats.

Informations pratiques:
Pour obtenir le livret: Conseil général de l’Isère
7, rue Fantin-Latour, 38000 Grenoble, www.isere.fr
Service environnement, 04 76 00 33 31

Livret réalisé par Gentiana, Société botanique dauphinoise
MNEI, 5, place Bir-Hakeim, 38000 Grenoble
04 76 03 37 37
www.gentiana.org

Informations transmise par Pierre Salen, Gentiana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *