Le Parc National de La Réunion : des opportunités à saisir (CD audio de 77 mn)

Enregistrement réalisé lors de la rencontre organisée par l’Agence de Développement de la Réunion le 7 décembre 2006 à Paris . Les Dossiers de l’ARCC Volume 34

C’est sous l’impulsion de plusieurs partenaires locaux (ONF, Commissariat à l’Aménagement des Hauts) que le projet de créer un Parc Naturel Réunionnais se dessine depuis le début des années 90.

L’île de la Réunion, jeune de trois Millions d’années, a connu jusqu’à aujourd’hui une quinzaine de générations. C’est une île véritablement extraordinaire et dynamique sur plusieurs plans :
– Naturelle d’une part, avec 1000m2 d’écosystème quasi originel, un fort taux d’endémisme floristique et faunistique et une multitude de paysages aussi divers les uns que les autres marqués par un patrimoine rural relativement ancien.
– Economique et social d’autre part, avec des taux de natalité et de création d’entreprise 5 fois supérieur à ceux de la métropole

Face à tous ces atouts, la réflexion des partenaires et élus locaux a porté sur la manière de développer et de protéger à la fois dans la durée le coeur vert de l’île. Ainsi ressortent très vite trois pistes de travail : la richesse de la biodiversité, la culture rurale et l’imbricaton de l’homme à la nature.

Après la mise en place d’un débat public qui a duré plus de cinq ans où se sont succédées des réunions de concertations avec les acteurs concernés, le projet du Parc National Réunionnais est en pleine concrétisation puisqu’il prend la forme d’outil chargé de promouvoir par le biais d’activités touristiques et de protéger un seul et même espace. Le PNR nécessitera un budget de 7 à 8 Millions d’Euros et le recrutement de 80 agents de la fonction publique d’horizons pluridisciplinaires. Il sera géré comme un établissement public avec une gestion locale, et aura de ce fait une organisation administrative précise avec : un Conseil d’Administration, un Conseil scientifique et technique, un Conseil Economique et Social et une organisation territoriale spécifique avec la création d’une charte de qualité ayant attrait aux itinéraires et accès aux villages.

Une fois doté de cet outil de gestion que représente le PNR, la Réunion pourra désormais prétendre à une candidature en tant que patrimoine mondiale de l’Unesco, mais cela ne se fera que sous certaines conditions.

Jacques Merlin : Chef de la Mission Parc National de La Réunion

Gérard Collin : Docteur en Géographie, Conservateur en chef du patrimoine, Chargé de cours à l’Université de Montpellier III, Consultant international

Première partie : Le Parc National des Hauts, Jacques Merlin
– Piste 1 : introduction
– Piste 2 : Le pourquoi
– Piste 3 : Le projet Parc National des Hauts
– Piste 4 : Le zonage
– Piste 5 : Le comment
– Piste 6 : Coût et débouchés économiques
– Piste 7 : La chronologie

Valorisation de la bio diversité

– Piste 8 : Création d’emploi
– Piste 9 : Le secteur non marchand
– Piste 10 : Les effets induits de la valorisation
– Piste 11 : Travail avec les entreprises sur enrichissement de leurs produits
– Piste 12 : Candidature patrimoine mondial UNESCO

Deuxième partie : Candidature réunionnaise au patrimoine mondial de l’UNESCO, Gérard Collin
– Piste 13 : Introduction
– Piste 14 : Qu’est ce que la convention internationale?
– Piste 15 : Comment la France se situe t elle dans ce programme?
– Piste 16 : Les qualités et les valeurs sur lesquelles repose cette candidature
– Piste 17 : Comment procéder?
– Piste 18 : Conclusion

En souscrivant une adhésion à l’ARCC de 15 euros vous recevrez un
exemplaire de cette publication (hors hexagone frais de port en sus)

© Association Réunionnaise Communication et Culture
160, rue Pelleport 75020 Paris
Métro Télégraphe – Bus 60 Arrêt Borrégo
tél : 01 43 15 00 21 – fax : 01 43 15 02 76
Couriel : arcc2@wanadoo.fr

Auteur de l’article: Carime-Jalime Kathy.

1 commentaire

Répondre à ACSP Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *