« Flore et végétation de Mayotte : une histoire naturelle », Univers Maoré n°6, avril 2007

En décembre 2006, l’association des Naturalistes de Mayotte publiait un numéro hors-série de sa revue Univers Maoré, ce numéro spécial présentait les résultats des travaux de recherche de Mayliss Razès, consacrés à la vanille et à l’ylang-ylang, les deux plantes à parfum emblématiques de Mayotte.
pas de alt pour cette image, soz
Le numéro 6 d’Univers Maoré présente cette fois la première partie d’un dossier consacré à la Flore et à la Végétation de Mayotte.
Il est rédigé par Fabien BARTHELAT, botaniste à la Direction de l’Agriculture et de la Forêt, antenne de Mayotte, avec la collaboration de Guillaume VISCARDI, du Conservatoire botanique national des Mascarins, à l’île de La Réunion.

La première partie du dossier présente l’origine de la diversité biologique : ce chapitre présente le contexte géologique « la Pangée désolidarisée », le rôle des précipitations et les dégradations naturelles des roches superficielles ; l’ensemble est accompagné de croquis qui permettent de saisir ces évolutions.
Puis, nous suivons la migration des plantes venues d’Afrique et de Madagascar et la colonisation des roches basaltiques par des fougères et des phanérogames, et, en fonction des conditions environnantes, l’installation de plantes indigènes, particulièrement sur le littoral, et de plantes endémiques.
Ce « cocktail de graines » forme des associations originales et a donné des types de végétation uniques au monde : citons les herbiers de phanérogames marines, les sept espèces de palétuviers qui constituent la mangrove de Mayotte, sur les domaines adlittoraux, marqués par une forte saison sèche, la forêt sèche à baobabs – dont Mayotte possède deux espèces indigènes : voir univers Maoré n°5, p.28 à 31 – , la forêt mésophile qui recouvrait autrefois de vastes surfaces de l’île et est aujourd’hui en partie détruite par l’homme, enfin, dans les domaines humides, la forêts des grands arbres colonisés par des plantes épiphytes variées, les fougères et les mousses. Les padzas eux-mêmes, qui offrent un paysage de roches dégradées, permettent néanmoins la pousse d’une végétation rase.
Les 14 pages de ce premier dossier sont illustrées de photographies et accompagnées de croquis aidant à la compréhension des explications, enfin un abondant glossaire éclaire les termes scientifiques.

Le numéro 7 d’Univers Maoré publiera la seconde partie de ce dossier. Il sera plus spécialement consacré aux espèces alimentaires, médicinales et à celles qui sont utilisées pour le maquillage traditionnel. Il abordera les enjeux d’une diversité si riche et les menaces qui pèsent sur elle, et enfin, les conventions internationales et locales qui visent à protéger ce patrimoine naturel.

Se procurer ce numéro 6 d’Univers Maoré, spécial Flore et Végétation de Mayotte:
Prix de 6€
S’adresser à Naturalistes de Mayotte, B.P. 1391, 97600 Mamoudzou. Mel : naturalistes.mayotte@wanadoo.fr
Le numéro hors-série, consacré à la vanille et à l’ylang-ylang, est disponible à la même adresse au prix de 10€

Information transmise par Marie Didierjean.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *