Sauver le Massif Forestier de Haye

Une partie du Massif Forestier de Haye – véritable poumon vert de l’agglomération de Nancy, en Lorraine, est en danger face à une urbanisation galopante.

A ce jour, parce qu‚il y a des risques certains de voir cette belle forêt amputée dans divers secteurs ( études de projets inscrits de manière officielle sur des documents d’aménagement ou d’urbanisme), 54 associations et 4 collectifs se mobilisent pour demander à monsieur le préfet de Meurthe et Moselle le classement en Forêt de protection des 10 000 hectares du massif Forestier de Haye. Art L. 411-1 du Code Forestier.

Communiqué de presse, jeudi 18 octobre 2007

Conséquences de l’étalement urbain : un exemple en Région

L’emblématique massif forestier de Haye, poumon vert de l’agglomération de Nancy, et haut lieu d’une riche diversité, est menacé par divers projets d’aménagements routiers, extensions industrielles et par la frénésie de l’urbanisation. L’indispensable classement du massif de Haye en « forêt de protection » est en cours et la phase de concertation locale devrait prochainement débuter. La fédération France Nature Environnement rappelle qu’elle a répertorié ce projet de classement parmi les chantiers écologiques prioritaires du territoire français.

Face à ces menaces, 53 associations coordonnées par Flore 54 et 4 collectifs dont Lorraine Nature Environnement demandent au Préfet de Meurthe et Moselle le classement du massif de Haye en forêt de protection pour cause d’utilité publique au travers de la pétition « 10 000 signatures pour 10 000 hectares ». Cette démarche est maintenant relayée par la communauté Urbaine du Grand Nancy (CUGN) mais au regard des enjeux économiques et urbains, la plus grande vigilance est de mise car le massif reste l’objet de toutes les convoitises.

La fédération France Nature Environnement rappelle que chaque année, sont urbanisés 50 000 ha de terres agricoles, 8 500 ha de friches et 5 700 ha de bois environ. L’urbanisation et l’artificialisation désordonnée ne sont plus soutenables du point de vue de la consommation en énergie et du cadre de vie (qualité, paysages), comme au regard de la préservation des sols et de la biodiversité, de la qualité de l’eau. Sans compter les coûts exorbitants pour le contribuable et les collectivités de l’extension désordonnée et du fonctionnement des réseaux dus à une urbanisation diffuse. Selon François Lefèvre, responsable politique du réseau Forêt, « le rôle vital des forêts périurbaines pour la santé et l’équilibre des populations urbaines doit enfin être reconnu ».

Aussi, la fédération et les associations concernées, tout en se félicitant de voir ces questions d’urbanisation désordonnée traitées dans la plus large concertation citoyenne, appellent à une forte mobilisation pour faire aboutir au plus vite le classement. Par ailleurs, nous souhaitons que la dynamique créée autour de ce classement permette la mise en œuvre d’une gestion forestière exemplaire avec une approche d’accueil du public et de préservation du patrimoine naturel renforcée.

Avec le Grenelle de l’environnement, dites STOP à l’étalement urbain irraisonné !

Pour signer la pétition « 10 000 signatures pour 10 000 hectares » :
http://www.lapetition.com/sign1.cfm?numero=1212

Objectif Planète durable, 100 chantiers pour s’engager :
http://www.fne.asso.fr/elections2007/index.php?pg=chantiers

Contacts
– FNE – Ludovic Serin – 06 73 79 72 42
– FNE – Cécile Gravier – 05 55 34 18 46 / 06 23 15 04 35
– MIRABEL – 08 71 32 34 76
– Flore 54 – Raynald RIGOLOT – 03 83 98 12 44

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *