Le fauchage tardif des routes est expérimenté dans l’Indre pour préserver la biodiversité

À l’instar de plusieurs départements, l’Indre expérimente le fauchage tardif qui consiste à laisser pousser la végétation sur les bas-côtés des routes afin de permettre le développement de la faune et de la flore qui y élisent domicile.

Lire la suite de l’article sur le site Actus environnement :
http://www.actu-environnement.com/ae/news/fauchage_tardif_routes_indre_cher_mayenne_4986.php4

2 commentaires

  1. Dans l'{{Isère}}, {{Gentiana}}, association de botanique iséroise s’est engagée depuis plusieurs années dans une action de connaissance et de protection de la flore sauvage des talus des bords des routes de l’Isère.
    Pour ce faire, elle a lancé en 2002, l’opération « des fleurs aux bords de nos routes » inventaire de la flore et des milieux remarquables des talus et bords de routes de l’Isère. Cette démarche avait comme objectifs, la sensibilisation des citoyens et la participation du plus grand nombre de personnes à cet inventaire. 15000 plaquettes et 3500 affiches ont été envoyées dans toute l’Isère, mairies, bibliothèques, gîtes ruraux, Offices de Tourismes et Syndicats d’initiatives, MJC et à 70 associations environnementales iséroises
    En 2003, devant le succès de cette opération, Gentiana a généralisé cet inventaire à toutes les routes nationales et départementales de l’Isère.
    Suite à ce travail qui a mis en évidence les richesses floristiques des bords des routes de l’Isère, le Conseil Général a décidé de conduire avec Gentiana depuis 2004 ans une action intitulée « Fauchage raisonnée, Nature protégée ».
    Cette opération vise à préserver la biodiversité en supprimant l’usage des produits chimiques et en pratiquant un fauchage plus raisonnable.
    Pour informer les usagers de la route, des panneaux signalétiques « Fauchage raisonné, Nature protégée » sont mis en place à des endroits stratégiques.
    La « fauchage raisonné » permet une gestion différenciée des accotements, fossés et talus routiers.

    Ainsi, dans la gestion, on distinguera :

    – les zones de {{fauchage intensif}} : bande de sécurité, zone d’installation du mobilier urbain et routier, carrefours, virages… En règle générale, les sites ayant des impératifs de sécurité routière. Cette zone recouvre parfois la totalité du bord de la route lorsque celui-ce ne fait pas plus d’un mètre.
    – les zones de {{fauchage extensif}} : au-delà de 1 mètre de la bande de sécurité (largeur de coupe d’un engin), sites n’ayant pas d’impératifs de sécurité routière, talus, flore remarquable (grande diversité, orchidées, plantes rares…).
    La gestion des bords de routes est indispensable au maintien de la diversité biologique des talus, cependant, certaines pratiques tendent à la banalisation et à l’uniformisation des communautés végétales et animales qui leur sont associés.
    Une gestion trop agressive des talus (usage des désherbants et broyage intensif) empêche les plantes de grainer et pollue les nappes phréatiques. Supprimer l’usage des désherbants et retarder la fauche, c’est moins de pollution et plus de fleurs dans nos paysages et pour l’avenir.

    La gestion raisonnable des talus routiers c’est :

    – Maintenir la priorité à la sécurité routière
    – Favoriser et mettre en valeur la diversité biologique
    – Intégrer le réseau routier dans le paysage naturel.

    Plutôt que de fauchage tardif, nous avons préféré parler de « Fauchage raisonné » cad {{faucher autant que nécessaire}} (pour la sécurité) {{mais aussi peu que possible}}.
    Le fauchage tardif a une connotation négative surtout auprès des personnes allergiques aux plantes comme l’Ambroisie.
    Des infos sur http://www.gestionraisonnable.fr

    Pierre, coordinateur à Gentiana

    1. Bonjour,
      le fauchage tardif ne peut avoir lieu pour l’Ambroisie après le 1er août comme l’indique l’arrêté préfectoral du département de l’Isère:n°2000-1572 du 7 mars 2000.
      Cette date est tout à fait correcte pour éviter la pollinose sévère avec asthme induite par cette plante chez les personnes hypersensibles (environ 20% de la population dans le Nord-Isère). Rappelons que l’asthme peut entraîner la mort.
      Il serait intéressant de définir la période du fauchage tardif avec précision.
      Sincères salutations

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *