L’ambroisie, cauchemar des personnes allergiques

Surnommée « herbe à poux » au Québec où on l’accuse d’être à l’origine de bon nombre de nuisances, l’ambroisie intègre ce que l’on appelle communément les « mauvaises herbes ». Mais si sa fâcheuse habitude de s’installer là où on ne l’attend pas était le seul reproche à lui adresser, il n’y aurait pas lieu d’en parler.

Espèce à part, l’ambroisie se distingue par le fort pouvoir allergisant de son pollen, devenu la hantise des personnes sensibles. Si l’on s’en réfère aux dires du Ministère de la Santé, « quelques grains de pollen par mètre cube d’air » suffisent à déclencher des symptômes caractéristiques. Il s’agit le plus souvent de rhinite allergique, laquelle se traduit par un écoulement nasal, l’apparition de conjonctivites et de gênes respiratoires de gravité variable. En France, on estime que 6 à 12 % de la population exposée est allergique à l’ambroisie, ce chiffre variant selon la zone ciblée.

Incommodante, cette plante l’est d’autant plus qu’elle est extrêmement envahissante. Largement implantée en région Rhône-Alpes, elle a depuis investi les départements voisins des vallées de la Saône et du Rhône. Si les plaines et les collines de basse altitude lui sont propices, cela ne l’empêche pas de se fixer jusqu’à plus de 800 mètres d’altitude.

Lire la suite sur Univers Nature :

7 commentaires

  1. Bonjour,
    cet article est intéressant, mais pourrait-on savoir le nom scientifique de cette fameuse ambroisie ? Histoire d’éviter toute confusion possible, et de ne pas faire peur aux gens trop rapidement, sans précision quant à la plante allergène. Car sur le terrain, les gens commencent à se poser de sérieuses questions, et arrachent à tord et à travers, ne connaissant pas vraiment la plante.
    Merci par avance pour votre soutien dans la circulation de l’information, et votre réponse pour la précision de l’information.

    1. l’ambroisie s’est : {Ambrosia artemisifolia}

      confusion possible avec plusieurs armoises (pour les non botanistes). La plante fleuri en été (pic de floraison en fin d’été, a cheval sur aout-septembre), elle peut avoir des tailles très variables en fonction du sol (de 25 cm dans les bord de rivières méditerranéennes à près de 2,5 m dans les champs de tournesol) on peut la voir en graine jusqu’aux premières gelées; surtout présente dans la partie est de la france, en particulier dans le couloir rhodanien.

    2. voilà une plante qui nous donne une indication concernant ces lieux d’habitation pourquoi vouloir toujours mettre la responsabilité sur une plante et non sur nous.la propagation ce fait en faisant des constructions à tout va,qui favorise son implantation.restons toujours respectueux envers le monde végétal.

    3. De retour d’Ardèche.
      Je n’avais jamais vu cette plante, je l’ai reconnue immédiatement tant elle y est répandue. Il y en a partout : dans toutes les friches, dans les cultures, dans les jardins, sur les bords de routes, dans les lits des rivières, etc.
      Indépendamment du problème de l’allergie, voilà une plante nettement invasive, qui menace les écosystèmes indigènes.

  2. Bonjour à tous , il est important une fois de plus de préciser les choses
    « de gênes respiratoires de gravité variable »
    Pourquoi ces termes destinés à rassurer, dans un cas sur deux dans les zones contaminées, c’est de l’asthme (et l’on peut mourir d’asthme : 2500 morts par en France, dus à des allergènes différents ou sans cause connue) .

    . « En France, on estime que 6 à 12 % de la population exposée est allergique à l’ambroisie, ce chiffre variant selon la zone ciblée. »
    Cette terminologie est fausse 6 à 12% c’est seulement dans les zones contaminées, trouver des allergies à l’A dans le Nord, à Paris, je suis prête à les interroger. Ce n’est pas en France qu’il convient de dire mais dans certaines zones de Rhône-Alpes
    il y a quelques années c’était environ 100 000 personnes dans le seul département du Rhône, en Poitou-Charente la fréquence n’est probablement pas connue.

    Enfin pour certains, même si cette plante existe en France depuis 1830 c’est son expansion prodigieuse qui a entraîné ces phénomènes de Santé Publique: pour qu’une plante soit allergisante, la 1ere nécessité est qu’elle soit en grande quantité…

    Parler de l’ambroisie c’est bien mais ne pas faire respecter la législation l’est moins…il serait important que les responsables de la dite législation le fassent

    Bien sincères salutations

    #############################
    Chantal DECHAMP, Allergologue, Lauréat de l’Académie de Médecine
    Prix Epidaure de la recherche en médecine et ecologie du ministère de l’Environnement
    Présidente Association Française d’Etude des Ambroisies (AFEDA)

    25 Rue Ambroise Paré F 69 800 Saint-Priest
    Tel. AFEDA (33) 04 78 40 61 75
    afeda@wanadoo.fr
    site internet http://assoc.wanadoo.fr/afeda

    1. Combien y a-t-il de personnes allergiques aux platanes que l’on plante volontairement le long des routes ce qui me fait pleurer et éternuer en conduisant (et qui en plus se précipitent parfois sur les voitures !) ? Combien y a-t-il de gens allergiques aux cyprès que l’on plante tout aussi volontairement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *