Services écosystémiques : vers un réseau social d’information scientifique et technique pour l’Afrique

Les « services écosystémiques » sont les productions des fonctions des écosystèmes qui contribuent au bien-être humain. La notion de service écosystémique a été consacrée en 2005 par le [Millenium ecosystem Assessment->http://www.millenniumassessment.org/] (MA). Elle est de plus en plus utilisée car elle permet de mieux appréhender les relations étroites entre la biodiversité et son utilisation par les sociétés humaines.

Les « services écosystémiques » sont les productions des fonctions des écosystèmes qui contribuent au bien-être humain. La notion de service écosystémique a été consacrée en 2005 par le Millenium ecosystem Assessment (MA). Elle est de plus en plus utilisée car elle permet de mieux appréhender les relations étroites entre la biodiversité et son utilisation par les sociétés humaines.

Ces services sont classées suivant 4 principales catégories : les services d’approvisionnement (nourriture, eau, …), les services de régulation (des inondations, des maladies,…), les services culturels (spirituels, récréatifs, culturels, …) et les services de soutien qui maintiennent des conditions favorables à la vie sur Terre (cycle des éléments nutritifs, …). Les services écosystémiques et la biodiversité joue un rôle essentiel pour soutenir le développement durable de l’Afrique. Le rapport du MA et notamment son étude régionale en Afrique australe l’ont particulièrement souligné.

L’évaluation et l’étude des services écosystémiques et de la biodiversité en Afrique doivent se poursuivre et s’intensifier pour permettre d’éclairer au mieux les décisions publiques et privées qui fonderont l’Afrique du futur. La consultation africaine du processus IMoSEB en 2007 à Yaoundé a souligné un ensemble de besoins et de recommandations parmi lesquelles :
– une meilleure utilisation des connaissances et des informations, en développant l’esprit de collaboration, pour constituer une intelligence collective distribuée;
– la mise en réseau des compétences via les nouvelles technologies de l’information et de la communication;
– la promotion de la coopération Sud-Sud et l’identification des domaines où l’expertise doit être renforcée.

A l’heure où une consultation mondiale, coordonnée par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), est en cours pour renforcer les interfaces entre science et politique (ipBes), il est primordial de favoriser la reconnaissance, l’émergence et l’organisation d’une expertise africaine sur tout le continent et les îles.

L’objectif de cette enquête est donc de dresser un premier panorama des initiatives, réseaux, équipes et travaux en Afrique dans le domaine des services écosystémiques et de la biodiversité, mais aussi de préciser certains besoins et d’identifier des opportunités.

Nous vous remercions de diffuser le plus largement possible cette enquête et
de remplir ce questionnaire en ligne
– ou de le téléchager et de le retourner impérativement avant la fin du mois de juillet 2009 à l’adresse suivante : *
abdoulkarim.boubacar@cirad.fr ou par fax au : 33 4 67 59 39 09
Adresse postale : A. Boubacar Cirad / département environnements et sociétés/ Campus International de Baillarguet / TA-C 36 D / 34398 Montpellier Cedex 5 FRANCE

A. Boubacar
CIRAD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *