Comment volent les fruits ailés ?

Des chercheurs ont montré que la chute tournoyante des samares - les petits «hélicoptères» qui tombent des arbres - est ralentie par la formation de tourbillons d'air au-dessus des ailes du fruit.

Des chercheurs ont montré que la chute tournoyante des samares – les petits «hélicoptères» qui tombent des arbres – est ralentie par la formation de tourbillons d’air au-dessus des ailes du fruit.

Une samare est un fruit sec d’arbre, tel l’érable, muni d’une excroissance membraneuse en forme d’aile, que tout enfant s’est amusé à lancer en l’air pour suivre sa chute tournoyante – à la façon d’un hélicoptère. Cette capacité de tournoyer et ainsi de mieux « flotter » dans les airs favorise la dissémination du fruit : un simple coup de vent permet à la samare de parcourir de plus longues distances, ce qui augmente ses chances d’atterrir sur une aire dégagée où un nouvel arbre pourra pousser. Mais qu’est-ce qui fait flotter le fruit ? David Lentink, de l’Université de Wageningen aux Pays-Bas, et ses collègues ont mis en évidence, au-dessus de l’aile, d’un tourbillon d’air qui augmente la portance du fruit.

Lire la suite de l’article du 18/06/09, par Bénédicte Salthun-Lassalle, sur le site Pourlascience.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *