Atlas de la flore sauvage du département de la Sarthe

Résultat de nombreuses années de prospection, l'Atlas de la flore sauvage du département de la Sarthe inventorie plus de 1500 espèces, et fait de la Sarthe le département dont on connaît le mieux la biodiversité végétale.

Résultat de nombreuses années de prospection, l’Atlas de la flore sauvage du département de la Sarthe inventorie plus de 1500 espèces, et fait de la Sarthe le département dont on connaît le mieux la biodiversité végétale.

Reliant le massif armoricain au Bassin parisien, les collines normandes à la vallée de la Loire, la Sarthe bénéficie d’une grande variété de paysages et d’une grande richesse floristique.
Du Pays d’Alençon à la vallée de la Sarthe, en passant par le Pays du Perche sarthois, l’ouvrage cartographie l’ensemble des espèces et en dresse les monographies.
Le statut complet (espèces en extension, banales ou en raréfaction) ainsi que la situation des espèces protégées sont précisés. L’Atlas s’attarde également sur les différents facteurs influençant la répartition de la flore (géologie, climat, activités humaines…) et sur l’histoire de la botanique dans le département.

Une mise en page claire et soignée, un vocabulaire accessible, une illustration très abondante, rendent l’ouvrage précieux pour toute personne désirant approfondir son savoir sur la flore du département. Il est un outil de connaissance indispensable pour les gestionnaires du patrimoine naturel et l’ensemble des collectivités locales dans leur politique environnementale.

Extraits de l’ouvrage

Atlas de la flore sauvage du département de la Sarthe
Auteurs : Gérard Hunault, Jacques Moret
640 pages couleurs
Prix public : 66 €

Parution : 12 novembre 2009
Edition : Biotope / Publications scientifiques du Museum

Pour commander l’ouvrage :
Ouvrage disponible en librairie et sur le site www.biotope.fr

3 commentaires

  1. « {l’Atlas de la flore sauvage du département de la Sarthe inventorie plus de 1500 espèces, et fait de la Sarthe le département dont on connaît le mieux la biodiversité végétale.} »
    Ah bon !!!
    Sur quels critères ???

Répondre à Geerinck Daniel Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *