Les agrumes ont leur préférence climatique !

Le Cirad et la société Agro'Novae, une entreprise agroalimentaire des Alpes de Haute Provence, viennent de démarrer un programme de recherche de deux ans sur les agrumes méditerranéens.

Le Cirad et la société Agro’Novae, une entreprise agroalimentaire des Alpes de Haute Provence, viennent de démarrer un programme de recherche de deux ans sur les agrumes méditerranéens.

Ce programme est subventionné par OSEO et s’intitule CARHES (CARoténoïdes-HESpéridine) « Influence des origines géographiques sur les microconstituants nutritionnels des agrumes et fabrication d’extraits d’agrumes enrichis en ces composés ».

Comme l’explique d’emblée Claudie Dhuique-Mayer, chercheur au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement): « le projet est parti d’une thèse sur les agrumes et de l’effet des origines géographiques sur leur teneur en caroténoïdes ».
Car si l’influence du climat (fortes fluctuations de températures jour/nuit comme en Corse) est bien réelle sur la couleur de la peau des agrumes (meilleure synthèse des pigments caroténoïdes et fruits plus colorés), ces données intéresseraient-elles également la pulpe du fruit ?

C’est la question qui amenait les scientifiques du projet CARHES à une étude sur la comparaison entre les teneurs en caroténoïdes d’agrumes génétiquement identiques, cultivés sous des climats tropicaux puis méditerranéens. Une fois l’influence géographique démontrée sur la composition du fruit, une deuxième phase du projet permettra la fabrication d’extraits et produits à valeur nutritionnelle ajoutée.

L’effet santé

Les oranges, clémentines et pomelos contiennent des microconstituants comme les caroténoïdes mais aussi les polyphénols (en particulier l’hespéridine) qui est responsable de nombreux effets santé. Les caroténoïdes sont précurseurs de vitamine A qui joue un rôle essentiel en santé humaine (vision, croissance osseuse, reproduction). Ce sont aussi des molécules dont les propriétés biologiques participeraient à la prévention de certains cancers et maladies cardiovasculaires.

Ce potentiel nutritionnel suscite un fort intérêt pour l’élaboration d’extraits naturels d’agrumes enrichis en ces microconstituants. Des procédés physiques de séparation par filtration sans adjonction chimique et respectueux de la richesse nutritionnelle du fruit, actuellement à l’étude. C’est un enjeu majeur pour la production industrielle d’aliments-santé.

Contacts

Site internet du Cirad, communiqué de presse
-Claudie Dhuique-Mayer (Contact Scientifique) : Courriel
– Florence Vigier (Contact Presse) : Courriel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *