Suivi des populations naturelles de Lamium amplexicaule

Observez Lamium amplexicaule !
Floraison et graines, réalisez un suivi détaillé de vos observations.
Bojana Stojanova, membre du réseau, étudie l’impact des facteurs environnementaux sur le système reproducteur des plantes.
Participez avec elle au suivi des populations de Lamium amplexicaule.

Dans le cadre de la thèse intitulée « Évolution du système reproducteur des plantes : influence des facteurs environnementaux », dont la plante-modèle est le Lamium amplexicaule, nous voudrions récolter un maximum de données de suivi de floraison dans des populations naturelles ainsi que des échantillons de graines de cette plante provenant des différentes régions en France. Cette thèse est menée par Bojana Stojanova, co-encadré par Pierre-Olivier Cheptou et Sandrine Maurice dans le Centre d’Écologie Fonctionnelle et Évolutive à Montpellier.

pas de alt pour cette image, soz

Contexte
Lamium amplexicaule est une plante hermaphrodite, annuelle, qui peut germer et fleurir une à deux fois par an suivant les conditions climatiques. Cette plante produit des fleurs ouvertes (chasmogames) qui sont potentiellement pollinisées par des vecteurs, et des fleurs fermées (cléistogames) qui ressemblent aux bourgeons et s’autofécondent à l’intérieur de la corolle. La proportion de chaque type floral (exprimée à travers le taux de fleurs ouvertes) varie en fonction des conditions environnementaux. Il semblerait que cette variation peut être adaptative – au printemps, lorsque les pollinisateurs sont plus abondants, le taux de fleurs ouvertes est relativement élevé (allant jusqu’à 50%), et en automne les fleurs produites sont presque toutes fermées.
Ces conclusions sont tirées d’observations faites sur des populations Californiennes, mais nous n’avons pas de telles données sur des populations française.

Récolte de données sur des populations Françaises
Depuis trois semaines, nous suivons 4 populations de Lamium amplexicaule (2 en ville, dans Montpellier et 2 près du Pic St. Loup), mais il nous faudrait des données sur des populations d’autres régions. Le suivi est fait deux fois par semaine, sur 20 individus choisies aléatoirement dans des populations ayant au moins une trentaine d’individus.

Pour participer dans l’étude
Il faudrait consacrer environ 4 heures par semaine (deux fois deux heures) au suivi. Ces plantes se trouvent souvent dans les jardins des maison, dans des pelouses fleuries, au bord des petites routes de campagne, pas besoin d’aller les chercher très loin. Prenez contact avec nous par mail pour qu’on vous envoie le protocole de suivi détaillé ainsi que les tableaux de saisie des données.

Contact
– Bojana Stojanova
Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (CEFE)
1919 Route de Mende
Montpellier cedex 5
– Tél. : 04.67.61.32.96
– Email : bojana.stojanova@gmail.com

——

Photo d’illustration © datarec, SXC.hu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *