L’homme reste le principal responsable de la disparition des plantes sauvages

Une plante sur cinq dans le monde est menacée de disparition, et l'homme est responsable à travers ses activités de 80 % de l'extinction en cours.

Une plante sur cinq dans le monde est menacée de disparition, et l’homme est responsable à travers ses activités de 80 % de l’extinction en cours.

C’est ce qui ressort de la première évaluation scientifique conduite sur un échantillon des 380 000 plantes connues sur la planète. A un mois du sommet sur la biodiversité de Nagoya au Japon (18-20 octobre), les jardins botaniques royaux de Kew Gardens, le Museum d’histoire naturelle britannique et l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) ont présenté lors d’une conférence de presse la première « liste rouge » basée sur un échantillon représentatif.

L’étude, qui a duré cinq ans, a retenu 1 500 espèces par grande famille de plantes (des mousses et lichens aux légumineuses en passant par les conifères et orchidées). Sur les 4 000 espèces examinées, 22 % sont classées comme « menacées ». Sur ce total, 4 % sont « en danger critique », 7 % « en danger » et 11 % « vulnérables ». Les espèces menacées représentent « cinq fois la flore des îles britanniques », relève Neil Brummitt, chercheur à Kew Gardens.

– Lire la suite de l’article du 29 septembre 2010 sur le site www.lemonde.fr

———-
Photo d’illustration Alexander Mohr / www.youthmedia.eu, CC-License(by-nc)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *