“Paris japonica” : la fleur au plus grand génome

Une petite fleur japonaise possède 50 fois plus d'ADN que l'homme, c'est ce qu'ont découvert des scientifiques britanniques. Cette plante qui pousse au Japon, la Paris Japonica, détient désormais le record du plus grand génome jamais découvert pour un être eucaryote - dont les cellules sont dotées d'un noyau. Selon ces recherches, qui viennent d'être publiées dans le [Botanical journal of the Linnean society->http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1095-8339.2010.01072.x/abstract], il s'agit du plus gros génome connu. Mais à quoi ça sert d'avoir tant d'ADN ?

Une petite fleur japonaise possède 50 fois plus d’ADN que l’homme, c’est ce qu’ont découvert des scientifiques britanniques. Cette plante qui pousse au Japon, la Paris Japonica, détient désormais le record du plus grand génome jamais découvert pour un être eucaryote – dont les cellules sont dotées d’un noyau. Selon ces recherches, qui viennent d’être publiées dans le Botanical journal of the Linnean society, il s’agit du plus gros génome connu. Mais à quoi ça sert d’avoir tant d’ADN ?

Qu’est-ce que la taille d’un génome ? Notre patrimoine génétique, comme celui de la plante en question et de bien d’autres êtres vivants, est contenu dans le noyau des cellules qui nous composent. La “taille du génome“, selon l’expression consacrée, correspond à la quantité d’ADN contenue dans ce noyau.

Pour mesurer un génome les scientifiques déterminent la masse de l’ADN. En l’occurrence, la technique utilisée s’appelle la cytometrie en flux. Puis ils en déduisent le nombre de paires de bases qui composent cet ADN. Ce nombre de paires de base s’appelle le valeur C, ou plus communément, la C-value, en anglais.

Lire la suite de l’article du 19 octobre 2010 sur le blog « En quête de sciences » de Benjamin G.et Jonathan Parienté

————

Photo d’illustration : Paris japonica, par alpsdake, licence Creative Commons

3 commentaires

  1. Vulgariser c’est bien, mais attention aux excès !
    De grâce, relisez un peu vos articles.

    – Remplacez « la fleur » par « la plante », « le végétal », ou encore « l’espèce »…

    – Il n’y a pas (plus) de majuscule à un nom d’espèce (épithète spécifique), fut-il issu d’un nom propre comme le Japon. ça fait un brin que cela a changé dans le Code.

    -Pourquoi mettre {Paris japonica} entre guillemets dans le titre ?

    -Cytom{{é}}trie…etc…

    Cordialement,

    1. oui,

      pour le titre, le logiciel ne permet pas de mettre de l’italique ou du gras… dans le titre des articles (même si on peut tricher) ; d’où je suppose les guillemets et la minuscule justement placée

  2. Vous indiquez que cette plante possède « le plus grand génome jamais découvert pour un être eucaryote », quid de l’amibe Polychaos dubium qui possède un génome de 675 milliards de paires de bases ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *