Edunia : une plante étrange

Eduardo Kac est un artiste contemporain américain connu et reconnu pour son Bio-art. Une de ses créations, nommée Edunia, est le fruit d'un croisement entre ADN humain et végétal.

Eduardo Kac est un artiste contemporain américain connu et reconnu pour son Bio-art. Une de ses créations, nommée Edunia, est le fruit d’un croisement entre ADN humain et végétal.

Edunia, mix entre Eduardo et pétunia, est une fleur d’un genre nouveau. Cette fleur a vu le jour grâce à la biologie moléculaire.
Cette création est le travail central de l’oeuvre « Natural History of the Enigma » (2003-2008).
pas de alt pour cette image, soz
L’Edunia exprime l’ADN de Kac exclusivement dans « les veines » rouges de la fleur. Le gène de Kac sélectionné est responsable de l’identification des corps étrangers. Dans ce travail, c’est précisément ce qui identifie et rejette l’autre que l’artiste intègre dans l’autre, créant ainsi un nouveau type qui est partiellement végétal et partiellement humain.

Le processus de création d’Edunia

pas de alt pour cette image, soz

Collection du Musée d’Art Weisman, Minneapolis.

Art et Sciences font-ils bon ménage ?
>> Exprimez-vous dans l’espace commentaire

————-
Photos et images d’illustrations : Edunia,
Eduardo Kac, Natural History of the Enigma, transgenic flower with artist’s own DNA expressed in the red veins, 2003/2008. Collection Weisman Art Museum. Photo centrale : Rik Sferra.

24 commentaires

  1. Une fleur OGM.
    Très belle de surcroît.
    Que cela fasse frémir les ayatollahs de service, pas de quoi s’étonner.

    Personnellement, j’applaudis et la démarche, et le résultat.

    En revanche, beaucoup plus réservé sur les manipulations grammaticales dans le texte de son acte de naissance.

    {Cette fleur a vu (sans e) le jour grâce à la biologie}

    Est-il impossible de concilier progrès en microbiologie et respect de l’accord des participes?

  2. hooo hooo hoo, l’égo des Artistes, parfois…
    Celui là ne souffre pas de contempler la nature sans y voir une trace de son ADN personnelle.
    Il est heureux de constater que cette petite plante, humblement, ne lui a pris que ces veines et pas son orgueil sur-dimentionné, il faut faire confiance en la nature.

  3. Je m’étonne toujours de cette naïveté de l’humain dans ses propres cheminements… Quelle belle porte nous ouvrons en supposant admirer une oeuvre d’art…On n’a pas fini le progrès, vite , vite séquençons, tripotons, et oh… ben ça j’avais pas prévu ça, alors comment on fait maintenant?
    Après moi le déluge!

  4. Je souhaite apporter une petite précision à l’article, il me semble important d’arrêter de croire que la transgenèse (transformation génétique) et la biologie moléculaire plus largement sont des méthodes fondamentalement dangereuses. Il convient par contre de faire attention à ce qui est dit et ce qui est fait. Il y a dans cette « oeuvre » une dimension psychologique importante. L’artiste a ici utilisé un pétunia dans lequel il a introduit un gène à lui codant une partie d’une protéine appelée Immunoglobuline G (soit un anticorps). Il a fusionné ce gène à un autre fragment d’ADN permettant que l’anticorps soit exprimé uniquement dans les veines de la plante. La couleur rouge des veines est uniquement due à la présence d’un pigment végétal appelé anthocyane. Cela n’est pas clair dans le lien vers le site de l’artiste mais il se pourrait que la plante d’origine possédait déjà ces veines rouges. L’artiste joue sur le tableau spirituel en indiquant que son gène a été extrait de son sang, et qu’il le fait exprimer dans les veines de la plante, elles aussi couleur sang, mais ce gène aurait pu être prélevé dans tout autre tissu de son organisme. En gros, la couleur rouge des veines n’a rien à voir avec le gène humain introduit dans la plante, de plus ce gène humain n’a a priori que peu d’effets sur la plante d’après la photo. Donc tout va bien.

  5. DIEU a créer du 1ER jour au 7éme ,les éléments,les plantes ,les oiseaux,les animaux et l’homme avec appui la femme.Chaîne indispensable
    au bon équilibre de la planète
    d’après vous combien d’éléments sur cette chaîne est déjà touchés actuellement sans passer par
    par la manipulation génétique(mais plutôt par les dérives quotidiennes de certains pays pour le bienêtre de ses concitoyens?ASSISTANAT vous m’avez dit?
    Je n’ai jamais dit que la manipulation autant des plantes ou des animaux ou de l’homme doit être un bienfait pour l’humanité quand elle est employé a des fins personnelles(argent orgueil vanité)mais il faut reconnaître que ce monsieur ne fait que visuellement(psychologiquement nous démontrer que A+B=AB et non C
    symbiose de la plante avec l’homme
    déjà utilisé par mimétisme chez les invertébrés,certains oiseaux,pas tous les animaux(les poissons particulièrement)
    mimétisme utilisé chez certaines tribus indienne(l’homme champignon)ça EXISTE!!
    alors vous savez c’est un petit plus de plus comme nous ont laissé nos chers dinosaures qui sont maintenant des poules (la beauté et l’élégance visuelle).

  6. On en lit qui parlent de transgènes, de Dieu… savent-ils seulement que le transfert de gènes d’une espèce à l’autre est un phénomène naturel ? Connu depuis déjà un bon moment ? Qui intervient vraisemblablement de manière très importante dans l’Evolution, en particulier celle des procaryotes ? Honnêtement, c’est pathétique… si vous ne savez pas de quoi vous parlez, taisez-vous.

    1. je voulez répondre au « taisez vous »,alors pourquoi « écrire ou avoir la liberté de dire »
      c’est despote!!

  7. Il mes semble que, dans cet article, on ne parle pas de sciences, on parle d’Art. L’art interroge. Il ne fait que ça.

    Chez les internautes, en très peu d’interventions , on constate déjà des divergences dans les pensées et dans les ressentis.

    Le débat sur les OGM est loin d’être clos…

  8. Mettre un gène humain dans un pétunia, c’est vraiment de la petite tambouille, quand depuis des siècles les prêtres transforment du pain et du vin en corps et sang du christ. Ça c’est du lourd, l’alliance du végétal, des petites bactéries et levures et d’un être humain ayant vécu il y a bien longtemps !

    Mais je ne devrais pas me moquer, car bientôt en arrosant ses fleurs on aura l’impression de soigner sa grand-mère décédée, moyennant quelques manip’ génétiques. On n’arrête pas le progrès

    1. Qui pourrait imaginer qu’une (ou un groupe) enzyme soit responsable de tout ce qui apparait comme vivant sur notre terre (bénite?)?
      Qui pourrait imaginer que les voies de recherche en vue d’évolution passe par la transmigration des genres?
      Pourquoi pas?

  9. Je vois que, sans doute suite à ma remarque, la faute de grammaire a été corrigée.
    Désormais, on peut lire que cet OGM « a vu le jour » sans le e intempestif a « vu »!

    Je prie donc le modérateur de supprimer mon message précédent, qui n’a plus de sens.
    sauf à faire penser que qualifier d’ayatollahs les obscurantistes bien pensants qui s’acharnent contre cette création, sans intérêt, certes, mais bien anodine, est un délit sévèrement puni sur Télébotanica

  10. Voila douze ans que je suis en France, et tout le monde me demande la signification de mon prenom. Je ne l’ai toujours pas trouvé, mais par contre, je suis très heureuse que quelqu’un ait créé une si jolie fleur portant mon prénom. Je vous remercie beaucoup Monsieur Eduardo.

  11. Je trouve dangereux, personnellement, de mélanger l’humain et le végétal. Je pense l’humanité trop jeune, aillant une mauvaise connaissance de son environnement naturel, des interactions qu’ils s’y passent, que pour pouvoir mesurer les conséquences réelles ou fausses de tels manipulations. Je dois dire qu’à l’image de cette fleur cela me retourne l’estomac. Je crains que l’on joue avec le feu, aux apprentis sorciers. Comme Marie Curie qui mourra due à une trop grande exposition aux éléments radioactifs avant l’heure de connaître véritablement les risques. Peut-être ne savons-nous pas encore ce que cela engendre.Je ne pense pas respectueux vis à vis d’autrui de faire ces expériences sans l’aval des peuples. Ne devrions-nous pas être plus patient, et approfondir notre connaissance de l’environnement même si cela prends des siècles, voir des millénaires pour pouvoir savoir comment nous pouvons progresser dans ces matières sans nuire à notre base vitale, la planète?

    1. Je suis d’accord mais c’est tout de même une très belle plante.
      Je pense qu’il s’attendait à ce résultat et qu’il a fait beaucoup de calculs avant de réaliser cette plante.

Répondre à Hervé COVES Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *