Projet de plan national d’actions en faveur des plantes messicoles

Communiqué / Depuis plus de quinze ans, le ministère en charge de l'écologie développe des plans nationaux d'actions (PNA) en faveur des espèces menacées. A ce jour, 67 PNA sont en cours de rédaction ou de mise en œuvre sur le territoire français.

Communiqué / Depuis plus de quinze ans, le ministère en charge de l’écologie développe des plans nationaux d’actions (PNA) en faveur des espèces menacées. A ce jour, 67 PNA sont en cours de rédaction ou de mise en œuvre sur le territoire français.

Les Plans nationaux d’actions sont définis par l’article L. 414-9 du code de l’environnement. Ils visent à organiser un suivi cohérent des populations de l’espèce ou des espèces concernées, à mettre en œuvre des actions coordonnées favorables à la restauration de ces espèces ou de leurs habitats, à informer les acteurs concernés et le public et à faciliter l’intégration de la protection des espèces dans les activités humaines et dans les politiques publiques. Dans certains cas, lorsque les effectifs sont devenus trop faibles, des opérations de renforcement des populations ou de réintroduction s‘avèrent nécessaires et sont prévues dans le cadre des plans nationaux d’actions.

Les plantes messicoles, désignant les plantes « habitant les moissons », ont pour caractéristique commune d’être préférentiellement inféodées aux cultures qu’elles accompagnent depuis de nombreux siècles, voire plusieurs millénaires. Les évolutions de l’agriculture au cours du siècle dernier ont cependant conduit à une régression importante des populations de la plupart de ces espèces, principalement du fait des modifications des pratiques agricoles ou de l’abandon des cultures sur les surfaces peu productives.

Ces espèces sont adaptées à certaines perturbations du milieu et sont en grande majorité des plantes annuelles à cycle court. La liste nationale actuelle des plantes messicoles comporte 102 taxons dont 7 sont considérés comme disparus sur le territoire français. Ce PNA concerne donc des espèces très spécialisées et inféodées à des cultures extensives et non des espèces habituellement identifiées comme mauvaises herbes causant des dommages importants en agriculture.

La diversité floristique des espaces cultivés contribue cependant au fonctionnement de l’agro-écosystème, en jouant un rôle dans la régulation des ravageurs des cultures et en permettant d’accueillir des pollinisateurs. Maintenir la diversité existante ou mettre en place des aménagements agroécologiques tels que des « bandes fleuries » sont deux voies d’investigation pour valoriser le rôle fonctionnel de ces plantes qui constituent en outre des indicateurs directs de biodiversité dans l’espace agricole.

Une gestion agricole favorable aux plantes messicoles englobe un ensemble de pratiques extensives concevables dans des systèmes d’exploitation où la production vise à répondre aux besoins de l’exploitation elle-même ou bénéficie d’une forte valeur ajoutée. Dans les systèmes de production plus intensifs, les bordures de champs peuvent cependant constituer des zones refuge de biodiversité.

La volonté croissante de « réimplanter » de la biodiversité dans les espaces périurbains ou agricoles peut aussi favoriser la conservation des plantes messicoles à condition que la provenance locale du matériel végétal utilisé soit assurée, de manière à éviter les risques de perte de diversité génétique intraspécifique par introgression avec des variétés horticoles notamment.

Enfin, la communication, la sensibilisation et la formation des acteurs du monde agricole sont des piliers de la préservation à long terme des plantes messicoles dans des espaces cultivés.

Le projet de PNA en faveur des plantes messicoles, programmé pour la période 2012 – 2016, comprend trois parties :
– un état des lieux des connaissances sur l’espèce et ses habitats ;
– la stratégie de conservation à long terme en faveur de l’espèce ;
– la liste des actions en matière de connaissance, de gestion favorable des habitats, de restauration et de communication programmées au cours de la mise en œuvre du plan.

La consultation du public aura lieu du 23 août au 23 septembre 2011.

Les observations pourront être adressées à l’administration sur l’adresse électronique suivante : PNA.messicoles@developpement-durable.gouv.fr

– Consulter le projet de plan national d’actions sur le site www.developpement-durable.gouv.fr

——–
Source illustration : Coquelicot, 2 km du nord de Le Caylar sur Wikipedia

4 commentaires

  1. Un peu tardif, au vu de la date de fin de consultation.
    Par ailleurs, j’envoie un mot à l’administration pour lui conseiller de lancer cette action plutôt en milieu de printemps, et en informant en priorité les associations horticoles qui, à défaut de représenter le « grand public » sont des cibles sans doute plus réceptives.

  2. Bonjour,

    Je travail dans un service qui souhaite mettre en place des messicoles. Je souhaitais savoir si le plan d’action avait été approuvé ?
    Si c’est le cas peut-on s’inscrire dedans et comment cela fonction ?

    Merci.

Répondre à Anonyme Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *