L’arbre girafe fouesnantais et un pistachier corse élus « arbres de l’année 2011 »

Un chêne pédonculé du Finistère vieux de 200 ans et surnommé "arbre girafe", à cause de sa silhouette, a été élu jeudi 24 novembre "arbre de l'année" par le public du premier concours du genre en France, tandis qu'un jury donnait ses faveurs à un pistachier de Corse.

Un chêne pédonculé du Finistère vieux de 200 ans et surnommé « arbre girafe », à cause de sa silhouette, a été élu jeudi 24 novembre « arbre de l’année » par le public du premier concours du genre en France, tandis qu’un jury donnait ses faveurs à un pistachier de Corse.

L’arbre girafe, que l’on peut admirer sur un site du Conservatoire du littoral à Fouesnant, a une circonférence de 2,80m et mesure 18m de haut. Il s’arrondit en forme d’arche et marque l’entrée dans un bois, où l’on entre, dit-on, en suivant un rituel : parler à l’arbre, le caresser, poser une oreille sur son tronc… Plus de 80 000 enfants l’ont approché lors de sorties nature, ainsi que quelques 40 000 visiteurs en familles, colonies de vacances, des personnes en situation de handicap, seuls ou accompagnés d’une guide animatrice nature.

Le jury du prix, présidé par l’écrivain Didier Van Cauwelaert auteur du « Journal intime d’un arbre », a choisi un pistachier-lentisque de Cervione (Haute-Corse) qui n’aurait pas loin de 1.000 ans. Certaines de ses branches atteignent 1,50m de circonférence, presque autant que le tronc (1,90m), et son houppier couvre une surface de près de 80 m2.

Les deux arbres ont ainsi obtenu le label d’arbre remarquable. Ils représenteront la France lors du concours de l’arbre européen en 2012. Une exposition de photos des 26 arbres qui ont participé à la compétition est visible sur les grilles de l’Unesco à Paris jusqu’au 6 janvier 2012.

Cet évènement était organisé à l’initiative de la revue Terre sauvage et de l’Office national des forêts.

En savoir plus : www.arbredelannee.com

—–
pas de alt pour cette image, soz
Crédits photo : Claude Folgoas

3 commentaires

    1. Patrice a raison, le pistachier-lentisque de Ghisonaccia se situe au lieu-dit Gattone. Ce quiproquo vient du fait que l’inscription au concours s’est faite au travers d’une personne qui demeure à Cervione, moi-même. Rendons à César….

Répondre à Patrice Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *