Plantations d’eucalyptus : combiner sylviculture et génétique, pour une hausse raisonnée des rendements

La productivité des plantations d’eucalyptus dans le monde entier a depuis 40 ans augmenté de 10 à 20 % tous les 10 ans, en raison d’avancées majeures en matière de sylviculture et de génétique. Quels éléments nouveaux permettent de penser que les rendements peuvent raisonnablement continuer à croître ? La question était au cœur des débats d’une conférence internationale co-organisée par le Cirad à Porto-Seguro, au Brésil du 14 au 18 novembre 2011.

La croissance rapide de l’eucalyptus ainsi que la qualité de son bois en font la première espèce ligneuse de reboisement industriel dans le monde. Depuis les années 1960, la productivité des plantations a été multipliée par quatre pour atteindre en moyenne aujourd’hui 40 m3 par ha et par an, grâce aux investissements dans la recherche en relations étroites avec le développement. Les forêts d’eucalyptus sont par ailleurs désormais incluses dans une vision plus systémique, allant de la production de bois à la biodiversité des écosystèmes.

Cependant beaucoup reste encore à faire concernant les impacts environnementaux, la gestion durable, l’adaptation aux changements globaux. C’est principalement sur cette question qu’a porté la conférence du réseau mondial de coopération en science forestière (Iufro), Joining silvicultral and genetic strategies to minimize Eucalyptus environmental stresses: from research to practice, co-organisée par le Cirad à Porto-Seguro, au Brésil du 14 au 18 novembre 2011*. Cette préoccupation est illustrée par les travaux du Cirad, qui ont été présentés lors de cette conférence.

> LIRE LA SUITE DE L’ARTICLE

– Concilier production et préservation des ressources
– Recherches génétiques : des avancées importantes pour une espèce modèle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *