Bilan de l’année 2011 du programme Vigie-flore

Depuis 2009, 152 familles, 602 genres et 1530 espèces ont été échantillonnés par 116 participants dans la majorité des habitats de France, soit 170 mailles ! Retour sur les résultats Vigie-flore de l'année 2011.

Depuis 2009, 152 familles, 602 genres et 1530 espèces ont été échantillonnés par 116 participants dans la majorité des habitats de France, soit 170 mailles ! Retour sur les résultats Vigie-flore de l’année 2011.

Le projet Vigie-flore est un programme de science participative associant botanistes amateurs et chercheurs. Son but est de suivre l’évolution de l’abondance des espèces végétales les plus communes en France et de déterminer quels sont les facteurs environnementaux et humains influençant l’abondance des espèces et la composition des communautés végétales.

Le projet est animé conjointement par le laboratoire « Conservation des Espèces, Restauration et Suivi des Populations » du Muséum national d’Histoire naturelle et par le réseau Tela Botanica.

Le programme Vigie-flore s’inscrit dans une démarche scientifique pour comprendre les effets des activités humaines sur la flore. Les données doivent donc être récoltées selon un protocole précis, permettant les comparaisons et être représentatives de l’ensemble des habitats français.

Bilan 2011 réalisé par le Muséum national d’Histoire naturelle

Espèces observées
– Depuis 2009, 1530 espèces ont été observées (appartenant à 602 genres et 152 familles) au sein de 170 mailles. Voici la carte des mailles échantillonnées en France depuis 3 ans:

pas de alt pour cette image, soz

– Les Poacées, les Astéracées, les Rosacées et les Fabacées sont les familles posant le plus de problèmes d’identification (avec 13% des taxons relevés non identifiés jusqu’à l’espèce).
-Les 7 espèces les plus communes depuis 2009 sont le lierre, le trèfle blanc, le dactyle aggloméré, le plantain lancéolé, le ray-grass, le liseron des champs et la ronce.

Variations spatiales des espèces
– 39 espèces par maille, 7 espèces par placette en moyenne.
-Les départements du sud de la France sont en moyenne plus riches en espèces que ceux du nord.
De nombreux facteurs pourraient expliquer ces différences comme notamment le taux d’urbanisation, l’intensité de l’exploitation agricole ou encore la diversité des habitats à l’échelle de la placette, de la maille ou du département. Cependant, les données sont encore insuffisantes pour avancer des résultats clairs, nous mettons en évidence des tendances.
Certaines analyses plus fines concernant la répartition des espèces au sein des habitats montrent notamment que les milieux les plus riches en espèces seraient les prairies et les milieux rudéraux, ceux présentant le plus d’espèces rares seraient les forêts et les prairies naturelles et ceux accueillant le plus d’espèces spécialistes seraient les habitats agricoles et les forêts.

Variations temporelles des espèces
– Changements d’abondance pour quelques espèces : la houlque laineuse diminue depuis trois ans tandis que le chénopode blanc est en constante augmentation depuis 2009.
Bien sûr, ces changements d’abondance sont probablement dus à la phénologie des espèces. Il faudra encore plusieurs années de récolte de données pour savoir si ces espèces sont en réelle expansion ou en déclin.
Ces données permettront également d’étudier la variabilité temporelle de la composition des communautés végétales : comme attendu, les milieux anthropisés sont ceux dont les communautés changent le plus (avec une exception pour les prairies mésophiles).

Rendez-vous en 2012 pour étendre l’échantillonnage, participer à une expérience naturaliste et réaliser des découvertes floristiques!

– Lire le Bilan 2011 complet, réalisé par l’équipe scientifique de Vigie-flore. Bilan 2011

Autres liens utiles:
– Exposé du Bilan 2011, présenté à la journée des Vigie-floristes en novembre dernier
Journée des observateurs 2011
Bilan 2010
– Échangez avec les autres participants sur le forum Vigie-flore
– Consultez le protocole et participez!
Contactez-nous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *