Le réchauffement climatique bouleverse la flore de haute montagne

Des chercheurs issus de treize pays européens ont constaté des évolutions frappantes dans la composition floristique de quelque six cent quatre-vingt-sept parcelles de végétation réparties dans dix-sept zones montagneuses et soixante montagnes de l'Oural à la Sierra Nevada de l'Espagne et de l'Écosse à la Crète.

Des chercheurs issus de treize pays européens ont constaté des évolutions frappantes dans la composition floristique de quelque six cent quatre-vingt-sept parcelles de végétation réparties dans dix-sept zones montagneuses et soixante montagnes de l’Oural à la Sierra Nevada de l’Espagne et de l’Écosse à la Crète.

Androsace ciliata
Androsace ciliata

Les résultats sont significatifs à l’échelle continentale. Vous pouvez trouver des études ayant démontré un effet à l’échelle locale mais dans ce cas, lorsque vous avez autant de montagnes dans un aussi grand nombre de régions qui attestent de changements, c’est considérable.

Le travail a consisté en l’attribution d’un rang d’altitude aux sept cent soixante-quatre espèces végétales recensées. À partir d’une formule, les chercheurs ont ensuite calculé un indicateur thermique, qui a été calculé pour chaque parcelle en 2001 et en 2008. Les transformations observées des différentes communautés végétales peuvent être considérés comme une réponse rapide de l’écosystème au dérèglement climatique en cours. Les plantes adaptées à des températures plus froides et qui se trouvent désormais dans les communautés de plantes alpines seront soumises à une concurrence accrue au fil des années.

L’article montre les résultats d’un suivi à long terme que nous faisons de l’impact du réchauffement climatique sur la flore de haute montagne, le GLORIA projet (Global Observation Research Initiative In Alpine Environments)

Dans les Pyrénées, cela signifie que les quelque 150 espèces de plantes qui vivent plus de 3000 mètres (environ vingt d’entre eux qui sont exclusifs à notre portée), serait engagée à son avenir à moyen terme.

GLORIA étude, dans les Pyrénées
GLORIA étude, dans les Pyrénées

Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Nature Climate Change sous le titre « Continent-wide response of mountain vegetation to climate change ». Un des chaînes montagneuses objetif de cette étude ont été les Pyrénées, plus particulièrement dans quatre sommets du parc national d’Ordesa et Monte Perdido (Huesca, Espagne).

Dans les Pyrénées la recherche a été menée par l’équipe de biologistes Luis Villar et José Luis Benito (Institut pyrénéen d’écologie-CSIC de Jaca).

6 commentaires

    1. la forme du changement montre que les plantes « montent », soit parce que l’endroit qui ne leur convenait pas auparavant est devenu plus chaud (et donc elles augmentent leur limite supérieure) soit que l’endroit est devenu trop chaud pour elles (elles reculent leur limite inférieure). Il peut toujours y avoir d’autres explications, c’est le principe de la science, mais on ne peut pas nier sans fournir une autre explication, sauf à démonter par la logique l’argumentaire proposé.

  1. Bonjour
    le climat est bien plus qu’une moyenne annuelle, son effet sur la flore est complexe ; le changement climatique n’est pas limité à un réchauffement. Dire que ca change OK, s’en alarmer OK, mais prendre le raccourci – ca a changé c’est la faute au réchauffement – me semble risqué, non ?

  2. Comment peut-on établir une relation avec un « changement climatique » qui n’en est pas un ? Les études prennent-elles en compte le refroidissement global depuis 15 ans, attesté récemment par la NASA et le Met Office ?
    Soyons un peu sérieux, il y a suffisamment de vrais problèmes avec les modifications anthropiques des habitats naturels…

  3. Je ne vois pas ce qu’on pourrait contre-démontrer vu que rien n’est démontré, qu’il n’y aucun protocole et aucun questionnement et que dans un tel type d’étude les biais sont énormes.

    Ça ne fait que surfer sur l’idée reçue selon laquelle quand le climat se réchauffe les plantes d’altitude sont menacées. Des conceptions aussi simplistes sont tout simplement absurdes.

    Il y a vraiment mieux à faire que de dépenser de l’argent à de telles âneries.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *