1ère plate-forme web www.biodiversite-positive.fr

L'Université Catholique de Lille et Norpac misent sur la biodiversité positive et lancent la première plate-forme web méthodologique et évolutive [www.biodiversite-positive.fr->http://www.biodiversite-positive.fr/].

L’Université Catholique de Lille et Norpac misent sur la biodiversité positive et lancent la première plate-forme web méthodologique et évolutive www.biodiversite-positive.fr.

Depuis novembre 2009, l’Université Catholique et NORPAC se sont engagés dans un partenariat sur le bâti à biodiversité positive animé par l’IDDR (institut du développement durable et responsable), ou comment intégrer la biodiversité dans la construction neuve à l’échelle d’un quartier.
Un guide pédagogique évolutif qui accompagne les acteurs du bâtiment et de l’aménagement dans l’évolution de leurs pratiques durables est à découvrir sur internet.

Le guide Bâti à biodiversité positive est le fruit d’un partenariat pluridisciplinaire porté par l’IDDR et impliquant la FSLT, le CRESGE, HEI, le pôle paysage de l’ISA et bien sûr NORPAC et ELAN. Le programme veut pouvoir faire avancer les connaissances en termes de biodiversité urbaine et de son interaction avec l’environnement. Les travaux de recherche traitent de l’étude sociologique de la perception de la biodiversité et de l’étude transversale – écologique, thermique et sensorielle – des façades végétalisées.

Le guide en ligne est évolutif et propose des bases théoriques et des apports méthodologiques personnalisés à destination des maîtres d’ouvrages, des maîtres d’œuvre, des exploitants, des services maintenance et des usagers. Il fait état des solutions d’aménagements favorables à la biodiversité et propose des préconisations, de la conception à l’utilisation par le biais de fiches pratiques.

Découvrez le Guide bâti à biodiversité positive : http://www.biodiversite-positive.fr

4 commentaires

  1. La biodiversité aurait besoin qu’on lui foute la paix, notamment en ville. Les entrepreneurs, même ‘verts’, ont eu le temps de nous montrer qu’ils n’étaient pas capable de lui laisser un peu de place. La biodiversité n’a besoin de personne, elle s’installe.
    Tiens, à Paris il y a du stabilisé tout le long du bd Blanqui, un super corridor écologique pour la biodiversité.
    Bise la biodiv.

    1. Si on essaye d’amener la nature en ville ce n’est pas pour « sauver la nature », mais uniquement dans l’interêt du citadin. la biodiversité rendra nos villes habitables, et avec un peu de chance, durables.
      je pense donc que cette action est louable dans l’interêt commun.

  2. A force d’être accommodé à toutes les sauces, on ne sait plus très bien de quelle genre de biodiversité on parle. Je suis content de savoir ici que c’est seulement la biodiversité positive que l’on met en avant !

    Y ayant échappé jusqu’alors de façon quasi miraculeuse, voilà que le secteur du naturalisme commence à être envahi par les figures de style des communicants…

Répondre à Anonyme Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *