L’huile de palme, une erreur non renouvelable !

L'huile de palme est la plus grande menace pour les forêts pluviales d'Asie du Sud-Est. L'agence pour l'environnement des États-Unis (EPA) est en train de se prononcer sur la possible reconnaissance des combustibles à base d'huile de palme comme carburant renouvelable.

L’huile de palme est la plus grande menace pour les forêts pluviales d’Asie du Sud-Est. L’agence pour l’environnement des États-Unis (EPA) est en train de se prononcer sur la possible reconnaissance des combustibles à base d’huile de palme comme carburant renouvelable.

Les forêts tropicales sont le poumon de notre planète et doivent être protégées. L’huile de palme, par les destructions que ses plantations causent sur de vastes zones, est leur plus grande menace en Indonésie.

Émissions massives de gaz à effet de serre, mort d’innombrables spécimens d’espèces menacées comme l’orang-outan, tel est le sinistre bilan du troisième pollueur et premier producteur mondial d’huile de palme.

Au début de l’année 2012, en considération de ses normes sur les émissions de gaz à effet de serre, l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis (EPA) a décidé de ne pas homologuer l’huile de palme parmi les carburants renouvelables.

La réaction des industriels de l’huile de palme ne s’est pas fait attendre : engagement de cabinets de lobbying comme Holland & Knight, tentative de discrédit de la décision de l’EPA par des études de complaisances. Car l’enjeu est de taille dans cette affaire : l’accès pour l’huile de palme au colossal marché de l’énergie des États-Unis.

La semaine prochaine, une délégation de l’EPA se rendra dans les plantations de palmiers à huile dans la province de Riau sur l’île de Sumatra. Elle rencontrera ensuite M. Gamal Nasir, le ministre indonésien de l’agriculture.

En revenant sur sa décision, l’EPA ouvrirait la voie à encore plus de déforestation pour l’huile de palme en Indonésie. En la maintenant, elle enverrait un signal fort à ses producteurs industriels. C’est cela que nous souhaitons rappeler à l’EPA avant, pendant et après cette visite.

Une pétition a été lancée pour attirer l’attention de l’administration américaine sur les risques de ce revirement de l’EPA sur l’huile de palme. Vous pouvez la consulter et la signer en ligne sur le site de « Sauvons la forêt »

Signer la pétition

Daniel Mathieu
Président
Tela Botanica

3 commentaires

  1. Je préfère encore les plantations de palmier à huile aux milliers d’hectares de cultures de soja!… ou de maîs!… Les dégâts sur le milieu naturel sont autrement plus graves!;… mais avant de critiquer les yeux fermés, voire supprimer ce genre de culture, essayons de proposer des systèmes de cultures différents. Les associations par exemple sont des systèmes de cultures intéressants qui peuvent solutionner bien de problèmes et contenter tout le monde. HR

  2. Catastrophe!!
    Oui nous sommes Tous responsables de ce qui se passe dans notre Environnement.Par tous les moyens tout un chacun doit par l’action ou par la parole, pour à son niveau, combattre la pollution et/ou la destruction de notre planète Terre.
    Je signerai la pétition en prévision de ce qui risque d’arriver à nos forêts tropicales africaines, si ce n’est déjà fait, hélas.Grand Merci à Télé-Botanica.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *