Herbier 2.0 : websérie documentaire

Pendant quatre ans, une équipe de réalisateurs-photographe a suivi la métamorphose de l'Herbier du Muséum national d'Histoire naturelle, à Paris. Cette rénovation du sol au plafond se termine aujourd'hui : 8 millions de spécimens inventoriés, restaurés, reclassés et en grande partie numérisés dans un bâtiment refait à neuf !

Pendant quatre ans, une équipe de réalisateurs-photographe a suivi la métamorphose de l’Herbier du Muséum national d’Histoire naturelle, à Paris. Cette rénovation du sol au plafond se termine aujourd’hui : 8 millions de spécimens inventoriés, restaurés, reclassés et en grande partie numérisés dans un bâtiment refait à neuf !

Chronique issue d'Herbier 2.0 ( © Ex Nihilo - Look at sciences)
Chronique issue d’Herbier 2.0 ( © Ex Nihilo – Look at sciences)

La série s’attache aux petites histoires humaines et scientifiques qui sont autant de fenêtres ouvertes sur les collections botaniques normalement fermées au public.
Le résultat est Herbier 2.0, une websérie documentaire en 40 chroniques, visible dès le 28 novembre sur le
www.webdoc-herbier.com.

Ou depuis les sites du Muséum national d’Histoire naturelle, du CNRS. Et à suivre chaque semaine, dès le 29 novembre, sur la webtv de la Cité des Sciences et du Palais de la découverte : universcience.tv.

Page d'accueil du site Herbier 2.0 ( © Ex Nihilo - Look at sciences)
Page d’accueil du site Herbier 2.0 ( © Ex Nihilo – Look at sciences)

Au fil des 40 chroniques qui couvrent ces quatre années, on découvre la richesse des collections botaniques et l’engagement passionné des scientifiques. Pendant les travaux, leurs recherches ont continué… : sur la flore de Nouvelle Calédonie, la description de champignons inconnus, l’identification de moisissures, la généalogie des légumineuses, la génétique des plantes cultivées dans Paris lors du siège de 1870, l’inventaire des algues rouges présentes dans tous les océans du monde, ou encore la modélisation des réactions prévisibles des bananiers face au changement climatique.
Cette rénovation a permis aussi de raconter comment les collections botaniques ont été réorganisées à l’aune des nouvelles connaissances scientifiques. C’est-à-dire non plus en fonction des zones géographiques où poussent les plantes, mais suivant leurs liens de parenté, leur phylogénie, disent les spécialistes de la classification.
Enfin, on appréhende tout l’enjeu que représentent la numérisation et la mise en ligne de tous les échantillons. Ce qui fait de l‘Herbier National du Muséum, le premier herbier virtuel au monde.
La Botanique n’est décidément pas la vieille dame que l’on croit souvent.

Cette websérie a été réalisée par Anne-France Sion, Vincent Gaullier et Carlos Muñoz Yagüe. Elle a été coproduite par Blanche Guichou et Mathilde Renard (Une production Ex Nihilo, Look at Sciences, Universcience (Cité des sciences / Palais de la Découverte), Muséum national d’Histoire naturelle, CNRS Images) en partenariat avec le CNC, la Société botanique de France et l’Institut Klorane – Fondation d’entreprise.

2 commentaires

  1. depuis 33 ANS que je suis parisien je rêvais de visiter l herbier du Museum .mais n’ étant pas chercheur cette possibilité m’était interdite .aussi c’est avec un énorme plaisir que j’ai pu pénétrer au cœur de ce monde fabuleux de l’ herbier de paris .je me suis délecté de tous les reportages avec cependant une énorme question comment accéder à ces fameuses planches numérisées qui seraient a la disposition du public. Ce reportage était formidable et félicitation à ceux qui l ont conçu et mis en œuvre et merci à ceux qui ont autorise sa réalisation.

    1. Bonjour, vous pouvez accéder à tous les scans des planches de l’herbier du Museum de Paris ici :
      (rajouter http) coldb.mnhn.fr/colweb/form.do?model=SONNERAT.wwwsonnerat.wwwsonnerat.wwwsonnerat .
      Vous pouvez également participer à la documentation des planches d’herbier via la programme LesHerbonautes :
      (rajouter http) lesherbonautes.mnhn.fr – Véronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *