Sauvages de ma rue s’active en Région Languedoc-Roussillon

Le programme "Sauvages de ma rue" se décline depuis 2012 en "Sauvages de LR" en région Languedoc-Roussillon et nous fait profiter d'un avant goût des évènements de ce printemps.

Le programme « Sauvages de ma rue » se décline depuis 2012 en « Sauvages de LR » en région Languedoc-Roussillon et nous fait profiter d’un avant goût des évènements de ce printemps.

Le programme de sciences participatives « Sauvages de ma rue », piloté par l’association Tela Botanica et le Muséum national d’Histoire naturelle, permet aux citoyens de découvrir la botanique et de contribuer à l’avancée de la recherche en écologie urbaine. Ce programme consiste à recenser les plantes sauvages se développant dans les brèches urbaines (ex : fissures sur trottoirs ou murets, pieds d’arbres etc.). L’objectif est de mesurer l’impact des pratiques urbaines sur le développement de la biodiversité végétale.

Retour sur le Bar des sciences « Les mauvaises herbes ? Pas si mauvaises que ça ! » à Sète.

pas de alt pour cette image, sozDans le cadre du programme évènementiel « Les plantes d’ici et d’ailleurs », organisé par Thau Agglo, en partenariat avec l’association Sète côté jardin, un bar des sciences a eu lieu jeudi 10 avril à 19 h, au Café Social de Sète. Le thème : « Les mauvaises herbes ? Pas si mauvaises que ça ! » Toutes les plantes sont-elles utiles ? L’homme et les plantes… une relation conflictuelle ?

Plusieurs intervenants étaient présents :
– Laurent Fabre, directeur du Jardin Antique de Balaruc
– Yildiz THOMAS, Ethnobotaniste au Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Évolutive (CEFE)
– Michel Chauvet Ethnobotaniste à la Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD)
– Christel Vignau, directrice de l’association Tela Botanica
– Audrey Tocco, Chef du programme Sauvages de ma rue
Une quarantaine de personnes ont répondu « présent », dont les adhérents de l’association Sète côté jardin.

Une rencontre riche en échanges qui nous a permis de prendre conscience de l’importance écologique des plantes sauvages en ville et de leurs usages.
Sauvages de LR a donné la possibilité aux participants de s’engager pour la protection de la biodiversité urbaine !

Retour sur les sorties Sauvages de ma rue à Montpellier.

Trois sorties Sauvages de LR sur le terrain ont été organisées dans les rues de Montpellier par Camila Leandro, en stage de Master 2 au MNHN, et accueilli par Tela Botanica. Une dizaine de citoyens y ont participé et contribué les 12 et 16 avril 2014. Ces sorties ont été l’occasion, pour les participants, de découvrir les plantes sauvages sur tronçons de rue et de collecter des données pour l’avancer de la recherche et de la protection de la biodiversité.pas de alt pour cette image, soz

Objectifs :
Camila étudie les communautés végétales présentes en ville (au centre, en périphérie ou au sein de quartiers intermédiaires) et la relation « flore-gestion» en ville. En effet, les espèces qui poussent devant chez vous (souvent appelées à tort « mauvaises herbes ») pourraient être utilisées comme des indicateurs du type de gestion appliquée et donc de la qualité environnementale en ville !
Pour son étude, elle a donc appliqué le protocole du programme Sauvages de ma rue. Son analyse pourra être fiable grâce à des relevés homogènes par quartier.

Recensement par quartier :
Le recensement des sauvages a donné des résultats différents selon les quartiers échantillonnés :

Quartier d’Aiguelongue, le samedi 12 Avril.
Recensement d’une trentaine d’espèces avec les citoyens le long de la rue de la Roqueturière, proche du cimetière St. Lazare.
Au total, le quartier d’Aiguelongue comptera plus de 100 espèces !

Quartier de la Comédie – Centre, le mercredi 16 Avril.
Recensement d’une vingtaine d’espèces avec les citoyens dans une quinzaine de rues autour de la place de la Comédie.
Le compte total au centre ville sera d’une trentaine d’espèces.

Quartier des Arceaux, le mercredi 16 Avril en fin de journée
Une quinzaine d’espèces a été répertoriée pendant la sortie.
Au total, le quartier des Arceaux comptera 80 espèces de sauvages.
pas de alt pour cette image, soz

Vous désirez également participer à « Sauvages de ma rue » ?

Accompagné(e) ?
Voir l’Agenda des sorties Sauvages de ma rue près de chez vous :

Seul(e) ?
Voir le mode d’emploi :

Illustration : photo prise durant les sorties par Camila Leandro et Adeline Moreau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *