Fin du projet « Global Plants Initiative », une page se tourne pour Tela Botanica

A la fin du mois de novembre le projet « Global Plants Initiative » sur lequel Tela Botanica travaille depuis 2005 va se clôturer. Il a eu pour objectif de numériser et mettre en ligne les types nomenclaturaux de l’herbier de Montpellier[[le type nomenclatural est l’échantillon observé et décrit par l’auteur d’un nouveau nom d’espèce]], ainsi que des documents inédits.
Ce projet international a bénéficié d’un financement important de la fondation A. W. Mellon. Plus de 300 institutions de 70 pays y ont participé, avec l’objectif de diffuser les images numériques et les données associées de types nomenclaturaux de végétaux.
Avec plus de 27 000 images de plantes vasculaires et 32 000 images de documents mycologiques fournis, ce travail a permis de mettre en lumière la richesse de l’herbier de Montpellier (MPU), fruit de la longue histoire de la botanique à Montpellier.
La fin de cette action correspond à la fin du financement de la fondation Mellon, et également pour Tela Botanica, au départ de cinq salariés qui y étaient affectés.

Cassia guaranitica
Cassia guaranitica

Un peu d’histoire :

A partir de 2003 la fondation Andrew W. Mellon a apporté son soutien financier à un projet botanique de dimension internationale.
Ce projet était limité initialement aux plantes d’Afrique (African Plants Initiative), afin de fournir aux chercheurs et étudiants africains l’accès aux matériaux scientifiques originaires de leur continent, mais actuellement stockés dans les herbiers européens ou américains. Il a été ensuite étendu à l’Amérique latine (Latin American Plants Initiative), puis au monde entier (Global Plants Initiative – GPI ).
Il a permis de constituer une large base de données rassemblant des informations autrefois dispersées dans les herbiers et maintenant accessibles par internet.
Le site Jstor Global Plants comprend aujourd’hui plus de 2 millions d’images de spécimens de types nomenclaturaux, 160 000 travaux de références, et 20 000 dessins, peintures, photographies et autres images.
Cette ressource, très utile pour les chercheurs, étudiants et scientifiques, comporte des images à très haute définition permettant de faire des observations fines et des mesures sur les spécimens.

Ces différentes données rassemblées permettent d’éviter les déplacements coûteux pour étudier et comparer les échantillons des différents herbiers. Elles sont utiles non seulement aux botanistes pour les études taxinomiques, mais également pour un large éventail de disciplines relatives aux sciences naturelles: écologie, ethnobotanique, biologie, histoire des sciences, histoire de la botanique.

Et Tela Botanica ?

pas de alt pour cette image, soz
Initié à l’herbier de Montpellier (MPU) par Joël Mathez et Peter Schäfer en 2004, le projet a été porté de 2005 à 2009 par une collaboration UM2-Tela. A partir de 2010 il a été entièrement pris en charge par Tela Botanica.
Vingt huit personnes en tout ont travaillé à ce projet, depuis le job d’été d’un mois jusqu’à une participation de plus de sept ans. L’équipe Tela pour ces trois dernières années a été constituée de six personnes qui aujourd’hui ont acquis une compétence pointue pour le repérage des types nomenclaturaux dans l’herbier et la recherche bibliographique relative à ces échantillons.

En plus des compétences techniques et scientifiques, tout ce temps passé à remuer (avec délicatesse !) ces vieilles planches, à déchiffrer de vieilles écritures, nous a fait voyager dans le temps et l’espace, dans le sillage des explorateurs aventureux du 18° siècle, à l’autre bout de la planète. Mais également dans les montagnes de France qui pour l’époque étaient aussi des mondes inconnus. Nous avons aussi découvert ce « monde impitoyable » de la botanique avec les vols (supposés ou réels) des collections, la course à la publication, regretté les destins malheureux de certains botanistes morts sans avoir pu exploiter leurs récoltes, abandonnés sur une île (presque) déserte.
Découvert aussi cette époque où tout ce que l’occident trouvait était à décrire, et où il y avait une boulimie de connaissances : décrire, nommer, comprendre.

Hugonia serrata
Hugonia serrata

Ces 10 années de recherches, numérisation et mise en base de données ont permis de fournir environ 27 000 images de plantes vasculaires (dont 15 300 plantes d’Afrique, 6 300 d’Amérique Latine et 5 400 du reste du monde). Nous avons également numérisé d’importantes collections de documents inédits dans lesquels des mycologues renommés ont décrit leurs récoltes. Ce travail, qui représente environ 32 000 images, comprend l’intégralité des collections de Raymond Bertault et Georges Malençon ainsi qu’une partie de la collection de René Maire.

Cependant, l’herbier MPU recèle encore beaucoup de types non identifiés et de documents inédits. Si l’herbier Maire a été entièrement traité seul 60 % des liasses de l’Herbier Général des Phanérogames ont été systématiquement examinées. La grande famille des Astéracées par exemple a été très peu étudiée. Quant aux ptéridophytes, ils ont à peine été commencés.
Les botanistes peuvent venir à l’herbier de Montpellier, ils trouveront abondamment matière pour leurs recherches et rencontreront très sûrement des types encore non identifiés!

Pour en savoir plus :
> Historique du projet Global Plants Initiative: article 6/11/2013:
https://www.tela-botanica.org/actu/article5957.html
> Les différentes fonctionalités de Jstor :
http://plants.jstor.org/page/features-functionality

>Les frais de souscription à Jstor Global Plants:
http://about.jstor.org/content/global-plants-0
>La fondation Mellon :
http://www.mellon.org/

Pour consulter les données :
> Jstor Global Plants :
http://plants.jstor.org/
L’accès à ces documents est gratuit, mais certaines fonctionnalités sont payantes, en particulier le zoom permettant d’agrandir les images. Le montant de la cotisation est modulable selon la taille et les ressources des institutions. Les administrateurs du site envisagent d’établir des tarifs de groupe pour certaines institutions et même de le rendre entièrement gratuit pour les particuliers.

> Pôle Patrimoine Scientifique de l’UM2
http://www.collections.univ-montp2.fr/herbier-mpu-presentation/base-de-donnees-botanique-herbier-mpu
Accès aux images réalisées à partir du matériel de l’herbier de Montpellier, visibles avec la même qualité de zoom et de façon entièrement gratuite.

> Muséum National d’Histoire Naturelle et du réseau des herbiers de France
http://science.mnhn.fr/institution/um2/collection/mpu/item/search/form

L’équipe herbiers de Tela

——-
Images d’illustrations : Images de types et de documents de l’herbier MPU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *