Seringat et Syringa : une énigme ethnobotanique

Pourquoi seringat est-il le nom de Philadelphus coronarius, alors que c'est le lilas qui s'appelle Syringa ?

Pourquoi seringat est-il le nom de Philadelphus coronarius, alors que c’est le lilas qui s’appelle Syringa ?
Ma perplexité a été redoublée quand j’ai lu que ce nom venait de l’utilisation des rameaux creux pour faire… des seringues ! Cela a été le début d’une longue quête étymologique, dont nous rendons compte dans notre Dictionnaire étymologique. Mais cette quête se termine en énigme.

Fleurs de seringat
Fleurs de seringat

Les botanistes de la Renaissance groupaient plusieurs plantes à fleurs odorantes sous le nom de Syringa. Ainsi, Bauhin dans son Pinax (1623) distingue Syringa cærulea, qui est le lilas, Syringa vulgaris; Syringa alba, qui est le seringat Philadelphus coronarius; et Syringa Arabica foliis mali arantii, qui est le sambac, Jasminum sambac. Il semble en fait que le nom Syringa se soit d’abord appliqué au seringat, mais Linné en a décidé autrement. Cela répond à la première question.

Quant à la deuxième, il faut savoir que l’étymon du latin médiéval syringa est le grec σῦριγξ, -ιγγος – surinx, – ingos, qui signifiait en grec ancien « flûte » ou « fistule ». En latin médiéval, cette « flûte » ou « tuyau » a fini par désigner une « seringue ». Mais en fait, il ne faut pas comprendre par là nos seringues hypodermiques ou intraveineuses. On appelait syringa tout tuyau dans lequel on pousse un liquide, ce qui s’applique aux seringues de lavement pour le rectum ou l’urètre !

La taille de l’objet convient mieux, mais ce n’est apparemment pas ce sens qu’il faut retenir. Il se pourrait que Tabernaemontanus nous donne la bonne explication en 1625 dans son Neuw Vollkommentlich Kreuterbuch : « on peut utiliser les rameaux comme sifflet, en en enlevant la moelle ». Cette explication est bien plus plausible.
Il reste à la vérifier expérimentalement.

Si vous avez un lilas ou un seringat dans votre jardin, coupez-en un rameau, évidez-en le cœur moelleux, et soufflez dedans pour voir (ou entendre) le résultat.
Dites-nous ensuite le résultat sur le forum ethnobotanique Tela Botanica.

Michel Chauvet

Voir cet article sur Pl@ntuse.

————————
Image d’illustration : By Maja Dumat from Deutschland (Germany) [CC BY 2.0], via Wikimedia Commons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *