La bibliothèque Wikipédia, vers l’accès libre aux sources numériques

Cette semaine c'est l'internationale Open Acces Week ![[ [www.openaccessweek.org->http://www.openaccessweek.org/] et retrouvez les événements se déroulant en France sur [www.oaweekfrance.org->http://www.oaweekfrance.org/] ]]. Le moment parfait pour revenir sur certaines initiatives de Wikipedia grâce à Michel Chauvet.

Cette semaine c’est l’internationale Open Acces Week ![[ www.openaccessweek.org et retrouvez les événements se déroulant en France sur www.oaweekfrance.org. Le moment parfait pour revenir sur certaines initiatives de Wikipedia grâce à Michel Chauvet.

Il y a quelques années, il était de bon ton en France de faire du « Wikipédia bashing ». Les temps ont bien changé, car pratiquement tout le monde utilise maintenant Wikipédia. Mais il faut savoir que Wikipedia en anglais est bien plus avancé. En effet, il y a aujourd’hui 5 millions de pages en anglais, contre 1,7 millions en français.

Le Wikipedia anglais a un niveau de qualité nettement supérieur à la version française, et les chercheurs et enseignants l’ont visiblement investi. De façon significative, Encyclopedia of Life affiche les articles de Wikipedia, sans parler de Google.

Un nouveau pas vient d’être franchi avec la bibliothèque Wikipedia (Wikipedia Library). Ce système fonctionne pour les Etats-Unis et le Canada. Il repose sur une collaboration avec des institutions (par exemple Smithsonian Institution et University of Washington) et des éditeurs de bases de données (par exemple Oxford University Press, Taylor & Francis, De Gruyter, Cairn).

Les institutions acceptent de fournir une adresse courriel institutionnelle (de façon à être accepté par les bases de données payantes) et d’accompagner les contributeurs dans les domaines de leur choix. Les conditions sont relativement restrictives, car il faut présenter un dossier pour être accepté comme « visiting scholar« , et l’acceptation vaut pour un temps déterminé (6 mois ou 1 an). Il faut aussi être un contributeur actif de Wikipedia (depuis plus d’un an, avec plus de 1000 contributions, 500 dans la version française).

Certains éditeurs (JSTOR, Elsevier) acceptent par ailleurs d’ouvrir un nombre limité de comptes à des contributeurs de Wikipedia.

C’est en quelque sorte une façon moderne de remettre en pratique le concept d’ « amis » d’une institution. Celle-ci en sort gagnante dans la mesure où elle bénéficie de rédacteurs bénévoles qui contribuent à faire connaître ses résultats de recherche. De même, les éditeurs de bases de données sont intéressés dans la mesure où leurs articles sont plus fréquemment cités.

Les enseignants ne sont pas en reste. Il existe maintenant des modules de cours où l’on demande aux étudiants d’éditer des articles de Wikipedia ! Cela peut concerner de nombreux types d’enseignants, y compris les professeurs de langues. On trouve ainsi un module de traduction d’articles de Wikipédia du français à l’anglais…

La bataille pour l’accès libre (Open Access) est apparemment bien plus vive outre-atlantique. On ne peut en effet se plaindre que les citoyens soient peu compétents et peu à jour dans les domaines scientifiques, et en même temps leur interdire l’accès à la littérature scientifique, qui est en majorité payante et réservée aux professionnels via leur institution.

L’initiative de Wikipedia, qui a créé une Wiki Education Foundation, va probablement évoluer vite. L’objectif fondamental est d’aller vers l’accès libre généralisé.

Un système analogue existe aussi en français, mais plus réduit : Projet : La bibliothèque Wikipédia.

Michel Chauvet

———
Image d’illustration : « Wikipedia Library owl » by Heatherawalls – Own work. Licensed under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

4 commentaires

  1. Je me réjouis de voir que Michel Chauvet a bien évolué quant à son opinion sur Wikipédia… il me semble avoir lu de sa part, quelques commentaires désobligeants à la suite de modifications critiquables de certains contributeurs !
    Il est vrai que la version anglaise de Wikipédia est beaucoup plus riche. En fait, il existe deux niveaux de pages, un niveau grand public et un niveau spécialiste… Malheureusement elles ne sont pas identifiées en tant que telles, et c’est dans l’intitulé de la page qu’on doit aller à la pêche pour faire la différence. Si l’on utilise une appellation très scientifique on a une bonne chance de tomber sur une page, où les contributeurs sont des spécialistes universitaires notamment américains. En effet à ce niveau Wikipédia peut être un excellent mémento pour le chercheur lui-même qui note dans la page Wikipédia la référence qui fait avancer.
    J’ajouterai que grâce à Wikidata qui assure le lien inter-angue depuis environ deux ans, on peut à partir d’une recherche en français retrouver avec une bonne précision la page correspondante du Wikipédia en langue anglaise

    1. Je ne sais plus si j’ai été « désobligeant », mais je reste très critique (et pas seulement pour Wikipédia). De nombreux articles sur les plantes sont mauvais. Il est vrai que quand j’entends quelqu’un dire ça, je lui réponds : « c’est normal, puisque une personne compétente comme vous n’a pas corrigé l’article ». Mais la procédure pour corriger les articles de Wikipédia suppose de négocier avec les autres contributeurs, ce qui prend beaucoup de temps. Je préfère donc mettre mes données sur Pl@ntUse, qui utilise le même logiciel et la même licence.

      Par contre, je mets des images sur Wikimedia Commons, qui est aujourd’hui le serveur d’images le plus visible…

  2. Je comprends que l’initiative de collaboration avec des éditeurs va permettre aux contributeurs d’étoffer des articles avec de l’information provenant de publications scientifiques évalués par des pairs, mais je trouve que c’est assez fort de comparer ça à de l’accès ouvert!
    En effet, est-ce que cette initiative n’est pas une nouvelle manière d’essayer de valider et renforcer les pratiques des publications à jardins fermés ? On choisit un petit groupe d’éditeur qui auront le privilège de pouvoir lire quelques articles, qui ensuite seront cités dans Wikipédia, et dont l’information ne pourra même pas être vérifiée pour la plupart des autres éditeurs et lecteurs, à moins de payer le prix fort pour la consultation de l’article scientifique!!!

    Je ne critique pas le projet Wikipédia en tant que tel, et encore moins le réseau de projets de Wikimedia, qui est un des plus beaux édifices que l’Humanité ait érigés. J’ai moi-même apporté ma modeste contribution ces dix dernières années avec plus de 10 000 contributions. Mais j’ai l’impression que cet élément particulier de la Wikipedia Library ne va pas dans le bon sens du tout.

    1. Cette initiative me semble positive dans la mesure où elle donne un accès à des personnes qui ne l’avaient pas auparavant. Elle s’inscrit dans un mouvement général vers le libre accès. De plus en plus, les auteurs mettent leurs articles en libre accès, et le système payant est menacé. Quand on a l’adresse courriel d’un auteur, on peut aussi lui demander son papier… Tout cela est à comprendre dans une dynamique générale. Mais je reconnais qu’on est encore loin du but.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *