Décès de Pierre Quézel

Pierre Quézel nous a quitté, à l'age de 89 ans

Pierre Quézel nous a quitté, à l’age de 89 ans

J’ai la très grande peine de vous annoncer le décès soudain de notre ami Pierre Quézel survenu dans son jardin de Roquevaire ce mercredi 21 octobre, près de ses nombreux cyclamens qu’il adorait… Pierre venait d’avoir 89 ans.

Ses obsèques auront lieu le mardi 27 octobre à 10h30 en l’église de Roquevaire (Bouches-du-Rhône, près d’Aubagne), commune où il habitait.

Pierre Quézel, né en 1926 dans les Cévennes méridionales, au Vigan, Docteur es Sciences et en Médecine de l’Université de Montpellier, a été Professeur à l’Université d’Alger jusqu’en 1962 puis à l’Université d’Aix-Marseille, où il avait fondé en 1969, à la Faculté des sciences de St-Jérôme, le Laboratoire de Botanique et d’Ecologie méditerranéenne qu’il a dirigé jusqu’en 1990. Il fut également le co-fondateur de l’Institut méditerranéen d’écologie et de paléoécologie (IMEP), créé en 1985.

Pierre Quézel, février 2012, photo Frédéric Médail
Pierre Quézel, février 2012, photo Frédéric Médail

Auteur de près de 400 publications scientifiques et de plusieurs ouvrages, il a travaillé durant une cinquante d’années sur la flore et la végétation du bassin méditerranéen et du Sahara.

Pierre a été le premier Président du Conseil scientifique du Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles et il a joué un rôle majeur dans la connaissance et la conservation de la flore et de la végétation méditerranéennes. Expert auprès de diverses instances internationales (UNESCO, FAO, Union Européenne, etc) il siègeait dans de nombreux conseils scientifiques.

Fondateur en 1975 de la revue Ecologia Mediterranea, il en fut l’éditeur en chef durant de longues années. Il a joué en particulier un rôle déterminant dans la connaissance des forêts méditerranéennes et il a participé à l’éclosion de la dynamique association « Forêt méditerranéenne » dont il était Président d’honneur.

Je reviendrai plus en détail ultérieurement sur son exceptionnelle et très riche carrière, car des pages entières pourraient facilement y être consacrées…
Il faut juste témoigner de ce personnage hors du commun, sans doute le meilleur connaisseur de la flore et de la végétation de l’ensemble de la Méditerranée qu’il avait parcouru dans tous les sens, et ce pendant plus d’un demi siècle, sans oublier ces multiples expéditions (« tournées » comme il disait) dans le Sahara centro-occidental!
Les élèves qu’il avait formés en France mais aussi en Algérie, Maroc, Tunisie, Liban, Grèce, Syrie, Turquie, Italie, Espagne, etc, se souviendront de cet esprit brillant, doté d’une prodigieuse mémoire et d’une culture hors du commun, mais toujours empreint de discrétion et modestie.

Il possédait aussi des capacités prodigieuses pour mixer d’étonnants plats méditerranéens, le chef d’une véritable « cuisine biogéographique » dont les recettes auraient certainement mérité d’être publiées !
Ses diverses acclimatations végétales dans son beau jardin de Roquevaire témoignent aussi de son amour du jardinage et de ses multiples parcours méditerranéens.

Je regrette tant qu’il ne puisse pas voir la parution de notre dernier ouvrage en commun sur la Biogéographie de la flore du Sahara, en phase éditoriale de préparation ; un ouvrage longuement mûri de ses souvenirs qui mettent en perspective une recherche saharienne véritablement épique, conduite à partir de 1953, lui ayant permis de poser avec brio le cadre biogéographique relatif à la mise en place et à l’évolution de la flore de ce si fascinant désert.

Pierre, sachez que tous les fondements scientifiques et humains que vous avez su si bien établir forment des jalons et des perspectives qui resteront ancrés dans le développement de nos disciplines. Votre rôle a été déterminant pour mieux connaître et préserver ces héritages biologiques méditerranéo-sahariens, si variés et complexes !
Nous avons tous besoin de cette force pour continuer à dresser des ponts de collaboration et de connaissance durant cette malheureuse période de troubles géopolitiques qui affectent ces terrains qui vous étaient si chers.

Pierre, Merci pour tout, et plus encore…

Frédéric Médail
Aix-Marseille Université / IMBE

——
Photographie issue du profil researchgate de Pierre Quézel

4 commentaires

  1. Je suis très triste de cette nouvelle.
    J’ai été étudiante à Marseille Saint-Jérôme en écologie végétale où Pierre Quézel donnait des cours d’une qualité incomparable. Toujours avec gentillesse, et sans oublier l’humour. Il est certain que c’est grâce à Pierre Quezel (puis plus tard à Pierre Dupont) que j’ai acquis le goût de la phytogéographie et de la botanique.
    Merci de transmettre mon meilleur souvenir à sa famille
    Cordialement
    Sylvie Magnanon
    Directrice scientifique des actions inter-régionales du CBN de Brest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *