Gisèle Lamoureux, la botaniste qui donnait des noms aux plantes du Québec

Gisèle Lamoureux, vulgarisatrice scientifique et cofondatrice du groupe Fleurbec, qui produit des guides de botanique bien connus au Québec, a reçu la semaine dernière le prix Georges-Émile-Lapalme pour la qualité et le rayonnement de la langue française

Gisèle Lamoureux, vulgarisatrice scientifique et cofondatrice du groupe Fleurbec, qui produit des guides de botanique bien connus au Québec, a reçu la semaine dernière le prix Georges-Émile-Lapalme pour la qualité et le rayonnement de la langue française

Dès la fin de ses études, Mme Lamoureux a ressenti la nécessité d’écrire des livres sur la botanique. Avec ses compagnons du Groupe Fleurbec, elle a réalisé que les outils de référence manquaient pour bien reconnaître la flore d’ici, hormis La flore laurentienne, publié en 1935 par le frère Marie-Victorin mais réservée aux botanistes.

Dans les années 2000, Gisèle Lamoureux entreprend de donner des noms communs à toutes les plantes du Québec. Elle a rédigé pour cela un guide donnant les principes de cette nomenclature dont Tela Botanica c’est inspiré (voir l’article « Un guide pour nommer correctement les plantes en français)

Gisèle explique le sens de son travail : « Le vocabulaire technique est omniprésent et moi-même, quand je lis les descriptions de Marie-Victorin, il faut que je consulte le glossaire, parce que je ne me souviens pas de ce que ces mots veulent dire, explique-t-elle. Nous avons essayé de prendre des mots ordinaires – certains botanistes nous l’ont reproché, mais la plupart se sont ralliés… »

Suite de l’article sur ICI RADIO DU CANADA

Écouter l’interview de Gisèle Lamoureux (attendre quelques instants avant l’écoute)

Lire l’article sur le prix remis à Gisèle Lamoureux.

Daniel Mathieu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *