La loi « biodiversité » : la nature sera-t-elle privatisée ?

Les sénateurs examinent le nouveau projet de loi sur la biodiversité de Ségolène Royal. Le Parlement a lancé en amont une consultation citoyenne à laquelle environ 9300 personnes ont participé. Les élus suivront-ils les recommandations des citoyens ?

Les sénateurs examinent le nouveau projet de loi sur la biodiversité de Ségolène Royal. Le Parlement a lancé en amont une consultation citoyenne à laquelle environ 9300 personnes ont participé. Les élus suivront-ils les recommandations des citoyens ?

Alors que de nombreuses espèces animales et végétales sont menacées de destruction, une partie des citoyens appellent à refuser la privatisation des gènes des plantes, à empêcher la dissémination de nouveaux OGM, à interdire les insecticides les plus dangereux, à sanctionner la biopiraterie, et à se méfier des mesures de compensation…

Afin de vous faire une idée plus précise sur les enjeux de cette loi qui doit notamment aboutir à la mise en place d’une Agence pour la biodiversité courant 2016, nous vous proposons de lire deux articles sur Internet dont les contenus sont complémentaires :

La nature, un bien marchand ? dans LE MONDE du 18 janvier par Audrey Garric

Loi biodiversité : les citoyens soumettent leurs idées aux élus pour empêcher la privatisation de la nature sur le site d’information BASTA ! du 20 janvier 2016 par Sophie Chapelle

N’hésitez pas à réagir sur ces deux articles…

Daniel MATHIEU
Tela Botanica

NB : Le 26 janvier 2016 les sénateurs ont voté à près de 90 % des suffrages exprimés le projet de loi biodiversité.
Voir le communiqué de presse de Ségolène Royal/ ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie du 26/01 & la brochure explicative du projet de loi par le ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie.

———————-
Photo d’illustration : Manifestation contre l’abattage de loups le 17 janvier. VALERY HACHE / AFP lemonde.fr

12 commentaires

  1. Monsieur Mathieu,
    la Science ne peut pas être citoyenne. Si vous êtes un véritable scientifique vous devez le savoir. Le Lyssenkisme en est le plus « bel » exemple.
    Les citoyens dont vous parlez ont été manipulés sur les véritables enjeux de l’écologie et de la biodiversité que je défend. C’est en partie ceux que l’on retrouve dans les 9000 participants à cette consultation auxquels il faut rajouter tous les manipulateurs

    1. Ce message est obscur; que vient faire Lyssenko ici? Qui manipule? Qui parle de science citoyenne dans ce contexte. Il s’agit de loi votée par des élus et des avis d’un certain nombre de ceux qui les ont élus ; avis qu’ils ne semblent guère désireux de prendre en compte.

    2. A vous lire, cher Bebop 76, la nature et la biodiversité ne seraient donc pas l’affaire des citoyens mais celle des seuls scientifiques. Et la construction sociale des débats environnementaux devrait par nature être confiée aux seuls membres de la communauté scientifique. Vous êtes libre de ce point de vue, mais cela suscite quelques explications supplémentaires de votre part, non ?

    3. Je vous serais très reconnaissant de bien vouloir me désigner les manipulateurs auxquels vous faites allusion, car je pourrais ainsi me mettre efficacement à l’abri de leurs entreprises. Cependant, étant donné que la presque totalité des recherches dépend de leur financement, ce pourrait-il qu’elles soient faites en fonction des besoins des seuls financiers, dont chacun connaît l’avidité et l’absence totale de scrupules ? Les citoyens n’auraient-ils donc rien à dire ? Pensez-vous que, mis à part les scientifiques, le monde des hommes n’est constitué que d’ignares incapables de comprendre les dangers auxquels ils peuvent être exposés ? Ne faudrait-il pas faire une différence entre la recherche fondamentale et ses applications?

    4. Bonjour,
      je parle des ONG et d’un certain nombre d’activistes divers, manipulateurs et façonneurs d’opinion publique : Greenpisse, plus près de nous FNE, Générations futures, les CRII…quelque chose,j’en passe et des meolleures…

    5. Je pensais que vous faisiez allusion aux multinationales qui dirigent le monde à leur guise en se moquant pas mal des citoyens !

    6. Non ce n’est pas aux multinationales que je pensais.
      Ceci dit, les citoyens, même s’ils ne sont pas tous des scientifiques (loin de là et malheureusement de moins en moins), ne sont pas non plus des abrutis. S’ils font vivre les multinationales en tant que clients c’est qu’il y retrouvent leur compte et que le produit ou le service fourni les satisfont !

    7. Il est bien évident que si les multinationales sont ce qu’elles sont c’est par ce qu’elles proposent des produits et des services qui satisfont individuellement leurs clients, sinon elles ne vendraient rien !

      Par contre cela ne dit rien sur leur responsabilité vis à vis de la collectivité.
      Exemple : une entreprise produit des téléphones pas chers du tout et qui satisfont pleinement ses clients. Bravo. Elle le fait en exploitant le travail là ou il est le plus mal payé, les conditions de travail les plus déplorables, les normes environnementales les plus laxistes et qui plus est en échappant à toute fiscalité ! Encore bravo ?

      Le libéralisme économique à cela de pervers qu’il fait croire que dans la mesure où un produit est sur le marché, c’est qu’il est le meilleur, alors que l’entreprise ne se situe que du coté de ses clients, jamais du coté de la société dans son ensemble.

      Cette situation est particulièrement grave à l’heure ou ces sociétés disposent désormais de moyens financiers supérieurs à ceux de nombreux états ?

    8. je ne vois pas en quoi avec les ogm par exemple, c’est le consommateur qui decide d’en consommer. S’il n’a guère de sous pour se nourrir, ou s’il n’y a que cela à consommer, ce n’est pas un choix mais une obligation. Le consommateur n’a plus le choix auj, surtout pour celui qui n’a plus grand chose pour vivre chaque jour. Et je parle bien de la france, même si malheureusement il y a bien pire ailleur. Sans parler des producteurs qui se retrouve endetter en enchainer à quelque chose qui les tuents, car on ne les avaient pas prevenu. Ou plutot qu’ils sont tellement débile qu’ils n’y ont pas penser, me dirait on…

  2. Bon article et relais circonstancié Mathieu.

    Nous parlons beaucoup des éléments naturels que nous souhaitons maitriser, quantifier et chiffrer, compenser …

    Pensons nous être déifiés ou nous fait t’on croire a ce point qu’il faut oublier notre propre dépendance a notre milieu naturel ?

    Malheureusement, nous ne restons pour l’instant que des êtres biologiques hétérotrophes. Le déséquilibre semble si proche

    (Dans cette consultation, il semblerait ntéressant de comparer avec des avis de personnes « pour  » cette loi, les arguments sont sûrement recevables et allant au final dans le même sens…)

    BL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *