Sauvages de PACA : bilan 2015 et ça continue…

Depuis 2013, Tela Botanica implante le programme Sauvages de ma rue en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Un projet qui vise à adapter des outils numériques et pédagogiques, à créer un large réseau de relais et à mettre en place une analyse des données citoyennes à l'échelle régionale.

Depuis 2013, Tela Botanica implante le programme Sauvages de ma rue en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Un projet qui vise à adapter des outils numériques et pédagogiques, à créer un large réseau de relais et à mettre en place une analyse des données citoyennes à l’échelle régionale.

pas de alt pour cette image, soz

Un large réseau de relais

L’ancrage régional du programme Sauvages de PACA est en constante évolution. Depuis 2013, Tela Botanica forme des acteurs locaux à son animation : fin 2014, déjà près de 72 personnes réparties sur 24 communes de la région avaient été formées. En 2015, 2 nouvelles formations ont été organisées préparant ainsi 26 personnes relais de plus ! Ce qui fait un total de 98 relais formés en région PACA.

Ces nouveaux relais sont une aubaine pour Sauvages de PACA ! Leurs nombres et leurs répartitions plus large, promettent de nombreuses nouvelles animations sur toute la région.

pas de alt pour cette image, soz

Des animateurs régionaux plus que motivés

Toujours en lien avec cet ancrage territorial du programme Sauvages de PACA, l’organisation technique a elle aussi évolué. En effet, le CPIE Côte Provençale ainsi que l’association E4 ont été sélectionnés pour reprendre l’animation régionale du programme dès 2016.
Le Laboratoire Population Environnement et Développement (LPED) d’Aix-Marseille Université restera lui référent scientifique du programme afin d’assurer l’analyse régionale des données envoyés par les contributeurs.

pas de alt pour cette image, soz

Observations…

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur compte aujourd’hui près de 4400 observations sur près de 700 trottoirs inventoriés ; des données qui permettent de préciser de plus en plus les analyses de Valérie Montès et Christine Robles, chercheurs au LPED d’Aix-Marseille Université, référentes scientifiques de Sauvages de PACA.

pas de alt pour cette image, soz

Sauvage de PACA : un programme qui fait parler de lui !

En 2015, c’est près de 30 communications dans la presse, sur le web et même à la télévision ! Parmi celles-ci on peut en citer quelques exemples :
– Le site de rue 89 : « Bonne nouvelle : la rue est aux plantes sauvages »
– « Neoplanete sous les pavés la verdure » dans le magazine Good Planete,
– Mais aussi une apparition dans l’émission de France 3 « Des Racines et des Ailes » du 11 novembre 2015.

pas de alt pour cette image, soz

La première Rencontre Sauvages de PACA a eu lieu en octobre 2015 : l’occasion de réunir curieux, observateurs, relais, animateurs et chercheurs du programme. Elle a permis de valoriser les premiers résultats scientifiques du programme et de travailler collaborativement (atelier en méthode Recherche Action Participative) avec les participants à des pistes d’amélioration portant sur les volets recherche, animation et outils. Autant de pistes qui inspirent aujourd’hui les actions des animateurs régionaux…

Sauvages d’ailleurs ?

Vous travaillez pour une collectivité (région, agglomération, commune) et vous désirez, vous aussi, ancrer le programme Sauvages de ma rue sur votre territoire ?. Audrey Tocco, Responsable du programme Sauvages de ma rue national et en territoire, se tient à votre disposition pour répondre au mieux à vos besoins.
Contact : audrey@tela-botanica.org
04 67 52 41 22

Illustrations : par Audrey Tocco / cc-by-sa (Tela Botanica)

Sauvages de PACA est un projet piloté par Tela Botanica et la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur qui le finance. Sauvages de PACA est animé par le CPIE Côte Provençale et l’association E4. Il est une déclinaison du programme Sauvages de ma rue.
Sauvages de ma rue est un observatoire de la flore urbaine co-fondé par Tela Botanica et le Muséum national d’Histoire naturelle. Sauvages de ma rue fait partie du programme de sciences participatives du MNHN, Vigie-Nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *