On découvre 2 000 espèces de plantes par an

Un article de Pierre Barthélémy à découvrir en entier sur son blog Passeur de sciences !

Un article de Pierre Barthélémy à découvrir en entier sur son blog Passeur de sciences !
C’est à une entreprise d’ampleur planétaire que se sont attelés plusieurs dizaines de chercheurs qui, sous l’égide des Jardins botaniques royaux de Kew (Royaume-Uni), ont publié le 10 mai le premier rapport annuel sur l’état des plantes dans le monde. Ils ont passé en revue toute la littérature scientifique et écumé les bases de données non seulement pour faire le point sur ce que savent les botanistes mais aussi, dit l’introduction de ce rapport, pour mettre en lumière « ce que nous ne savons pas. Cela nous aidera à décider où il faut augmenter l’effort de recherche, dans quel domaine accentuer les régulations afin de préserver et d’améliorer le soutien essentiel qu’apportent les plantes au bien-être de l’humanité. »

Un chiffre souligne l’immensité de notre ignorance : depuis une grosse décennie, la botanique découvre chaque année, avec une régularité de métronome, quelque 2 000 espèces de plantes dites vasculaires – c’est-à-dire celles qui possèdent des vaisseaux où circule la sève. Ainsi, en 2015, 2 034 nouvelles espèces ont-elles été répertoriées, ce qui donne un total de 391 000 plantes vasculaires, dont 369 000 plantes à fleurs. L’Australie, le Brésil – qui regroupe à lui seul plus de 32 000 espèces, soit plus qu’aucun autre pays – et la Chine forment le podium des contrées où l’on décrit chaque année le plus de nouveaux végétaux. C’est par exemple du Brésil qu’est originaire une grande plante carnivore, Drosera magnifica […], qui fait partie de la cuvée 2015 mais dont l’identification comme espèce nouvelle est assez peu banale car elle s’est faite… sur Facebook ! C’est en effet là qu’un botaniste l’a découverte, en passant en revue des photos prises, des années auparavant, par un chasseur d’orchidées…

Cette anecdote montre que la science ne se fait pas forcément sur le terrain – les réserves des muséums recèlent souvent des surprises – et qu’elle peut aussi être assez lente.

> Lire la suite de l’article de Pierre Barthélémy, 11/05/16 sur le blog Passeur de sciences

En savoir plus
> Télécharger le rapport ‘State of the
World’s Plants’de Kew Gardens, 2016 (PDF, 6.3 Mo, 84 pages)

> Les scientifiques découvrent une nouvelle espèce de drosera grâce à Facebook

——————

Image d’illustration :
Icons made by Sarfraz Shoukat from www.flaticon.com is licensed by CC 3.0 BY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *