L’écocomplexe de Païolive en Ardèche méridionale (France) : un pic de biodiversité du hotspot méditerranéen

Ecologia mediterranea 42 (2). Dans sa livraison formellement datée de 2016, mais parue en mars 2017, Ecologia mediterranea publie un article interdisciplinaire consacré à la biodiversité de l'écocomplexe de Païolive, territoire karstique d'environ 15 000 ha situé dans la partie méditerranéenne du département de l'Ardèche.

Ecologia mediterranea 42 (2). Dans sa livraison formellement datée de 2016, mais parue en mars 2017, Ecologia mediterranea publie un article interdisciplinaire consacré à la biodiversité de l’écocomplexe de Païolive, territoire karstique d’environ 15 000 ha situé dans la partie méditerranéenne du département de l’Ardèche.

Sur un plateau cisaillé par des canyons spectaculaires, une chênaie ancienne est imbriquée dans un méga-lapiaz, tandis que des milieux ouverts couvrent des étendues appelées “les Gras”. Ces paysages, ainsi que les milieux souterrains, contribuent à l’attrait de la région, et la fréquentation touristique y est très importante. Le but du travail est de comprendre l’organisation écologique et la biodiversité de cet écocomplexe en fonction de son histoire géologique, paléoclimatique et humaine, et de faire le point sur sa conservation.

Au Néolithique, des populations ont habité le plateau et les activités agro-pastorales ont probablement contribué au maintien des milieux ouverts, tandis que les chênaies méditerranéennes s’étendaient depuis des refuges méridionaux. Pendant la période romaine et le Moyen Âge, l’occupation humaine s’est considérablement réduite. Au XVIIIe siècle, des vignes ont été plantées sur de larges parties des Gras. Au XIXe siècle, des millions de tonnes de pierres ont été arrachées et stockées dans des murets pour dégager des parcelles cultivables. La chênaie a été réduite en conséquence. Cependant, tandis que deux plantes du genre Gagea témoignent de l’existence ininterrompue de quelques pelouses, diverses espèces de Lichens, de Bryophytes et d’Insectes attestent d’une longue continuité forestière.
Un inventaire taxonomique général (ATBI) montre que la diversité écologique de l’écocomplexe se traduit par une richesse spécifique élevée. Plus de 4500 espèces, dont 1224 Trachéophytes, ont été déjà identifiées. Païolive est probablement l’un des sites de France, voire d’Europe, les plus riches en Bryophytes (304 espèces), et l’un des plus riches de la France méridionale pour les Lichens (402 espèces), les Chiroptères et les Coléoptères saproxyliques bioindicateurs de la qualité des forêts méditerranéennes françaises. Païolive se révèle aussi être un carrefour biogéographique remarquable. De nombreuses espèces sont endémiques du Hotspot Méditerranéen ou d’une région limitée de la France méridionale, mais les endémiques locales, dont une sous-espèce de Centaurée, sont peu nombreuses.
Plus de 450 espèces – dont 207 espèces végétales – sont protégées soit au niveau international, soit au niveau national, ou sinon sont inscrites dans des listes rouges. Beaucoup d’autres espèces ont une valeur patrimoniale évidente, notamment parce qu’elles sont en danger au moins localement. Ainsi, l’écocomplexe constitue au sein du Hotspot Méditerranéen un pic de biodiversité ayant une forte valeur patrimoniale. En outre, Païolive a une importante valeur culturelle, en raison de ses sites préhistoriques, et en raison aussi de son vaste réseau de murets de pierres sèches qui forme, en tant que paysage vernaculaire, un élément remarquable du patrimoine culturel régional.
Païolive est confronté à d’importants défis, liés au déclin de l’agriculture et au développement du tourisme. Le problème de la conservation de son patrimoine est discuté, en mettant l’accent sur la régression des milieux ouverts, où subsistent de nombreuses espèces menacées. L’expansion de la chênaie pourrait condamner certains de ces milieux, mais en même temps elle est essentielle à la conservation à long terme des nombreuses espèces inféodées à la forêt naturelle. Le futur de l’écocomplexe de Païolive appelle donc des décisions équilibrées.

Référence de l’article
Blandin, P., Aberlenc, H.-P., Bauvet, C., Bianchin, N., Cockle-Bétian, A., Couté, A., Deso, G., Duguet, R., Gaymard, M., Holtof, J.-F., Hugonnot, V., Ladet, A., Lagarde, F., Lhermenier, W., Lhomme, M, Morin, D., Perrette, C., Richard, F. & Schwaab, F., 2017 [2016]. L’écocomplexe de Païolive en Ardèche méridionale (France) : un pic de biodiversité du hotspot méditerranéen. Ecologia mediterranea, 42(2) : 51-95.

——————

Image d’illustration : Bois de Païolive par Patrice78500Travail personnel, CC BY-SA 3.0, Lien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *