1 730 nouvelles plantes découvertes en 2016

L'organisation scientifique Les Jardins botaniques royaux de Kew dresse un nouvel inventaire de la flore mondiale. De possibles aliments du futur y figurent.

L’organisation scientifique Les Jardins botaniques royaux de Kew dresse un nouvel inventaire de la flore mondiale. De possibles aliments du futur y figurent.
C’est une publication qui ravira les naturalistes et, plus largement, les amoureux du monde végétal. Les Jardins botaniques royaux de Kew, organisation scientifique qui gère notamment les célèbres Kew Gardens de la banlieue londonienne, inscrits au patrimoine de l’Unesco, livrent, jeudi 18 mai, la deuxième édition de leur rapport annuel sur l’état des lieux mondial des plantes. Un « herbier » auquel ont contribué 128 scientifiques de 12 pays.

On y apprend que 1 730 nouvelles espèces de plantes ont été découvertes en 2016 sur la planète, dont certaines constitueront peut-être des aliments du futur. C’est le cas de onze variétés brésiliennes de manioc (Manihot esculenta), la denrée de base la plus répandue dans le monde après le maïs et le riz. Ces nouvelles variétés pourraient contribuer à diversifier la production du manioc, estiment les auteurs, en permettant sa culture sous des climats plus arides que ceux où il pousse aujourd’hui.

C’est aussi le cas de sept variétés d’Asphalathus, plus connu sous le nom de « thé rouge » ou rooibos en Afrique du Sud. Six d’entre elles sont malheureusement menacées d’extinction. Font aussi leur entrée dans l’inventaire de la flore comestible un panais (Pastinaca) de Turquie, un câprier (Capparis) des Philippines, ou encore du gingembre (Zingiber) d’Extrême-Orient.

>> Lire la suite de l’article de Pierre Le Hir, 18/05/2017 sur LeMonde.fr

En savoir plus
>> Consulter stateoftheworldsplants.com/ et télécharger le rapport State of the World’s Plants 2017 de Kew, Royal Botanic Gardens

———————-
Image d’illustration : Icons made by Roundicons from www.flaticon.com is licensed by CC 3.0 BY

1 commentaire

  1. {{ {Aspalathus} }} Linné (1753).

    « Aspha » est une faute d’orthographe classique.

    Deux espèces de ce genre ont déjà été exterminées [EX] et au moins deux autres sont éteintes dans la nature [EW] mais survivent dans des jardins botaniques (dont Kirstenbosch).
    Quant aux sept espèces (et non variétés comme dit dans l’article) qui viennent d’être découvertes, elles sont déjà toutes fortement menacées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *