Portrait de telabotaniste : Michel Pansiot

Zoom sur un telabotaniste passionné de Nature qui nous livre son rapport à la botanique, son utilisation d'IdentiPlante et son implication à l'Observatoire des Messicoles. Il nous parlera aussi de l'utilisation de ses photographies par un Espace Naturel Sensible Ardéchois.

Zoom sur un telabotaniste passionné de Nature qui nous livre son rapport à la botanique, son utilisation d’IdentiPlante et son implication à l’Observatoire des Messicoles. Il nous parlera aussi de l’utilisation de ses photographies par un Espace Naturel Sensible Ardéchois.

Tela Botanica est un réseau qui rassemble les amoureux des plantes. Mais il rassemble également des amoureux de la nature en général comme Michel Pansiot.

Comment s’est-il intéressé à la botanique ?

Passionné de nature (plantes, animaux et environnement), Michel était d’abord tourné vers l’observation des animaux (oiseaux, amphibiens et insectes) et au cours de ses observations, il se posait souvent la question “Quelle est cette fleur, cette plante ?”. C’est à partir de ses questionnements que lui est venu l’envie d’en connaître plus sur ces plantes proches des insectes.

“Des séjours en pays tropicaux m’ont révélé la puissance et la fragilité du monde végétal”

Comment a-t-il connu Tela Botanica ?

Suite à cela, il s’est fixé comme objectif de recenser la biodiversité de sa commune située en Drôme. Il existe une base de données locale, Faune Drôme, qui recense des informations sur les vertébrés et certains insectes. Il a donc voulu commencé à photographier des plantes qu’il rencontrait dans le but d’avoir une base de données sur la flore. “Puis quid de la détermination, alors…Zorro est arrivé…non, mais IdentiPlante”. Depuis cet amoureux de nature parcourt la campagne pour remplir son Carnet en Ligne et demande l’aide des telabotanistes pour la détermination de certaines plantes.
C’est en cherchant à déterminer des photographies de plantes sur IdentiPlante, que Michel Pansiot a connu Tela Botanica. Il a rejoint le réseau car il souhaitait “découvrir le monde de la botanique, échanger, aider dans la mesure de mes modestes moyens de non botaniste”.

Quelles sont les contributions de Michel Pansiot sur le réseau Tela Botanica ?

Michel Pansiot dépose des photographies sur son Carnet en Ligne dont il donne la priorité au recensement des espèces de sa commune et des communes limitrophes. Il met également en ligne des photographies qu’il a prises au cours de balades. Botaniste amateur, il recense aussi des espèces pour l’organisation de découvertes naturalistes sur sa commune : “Combe de la diablesse en 2017 (Géologie et flore particulières)” et pour l’Observatoire des Messicoles en 2018.

Quel est l’évènement en lien avec vos actions sur Tela Botanica qui vous a le plus marqué ?

“Suite à des randonnées en Ardèche et à la saisie de nombreuses plantes dans le Carnet en Ligne (et mise en ligne), j’ai été contacté par la gestionnaire d’un ENS (Espace Naturel Sensible) Ardéchois, l’ENS Doux Duzon Daronne, pour l’utilisation de mes données et photos pour illustrer le site de cet ENS. Outre le plaisir de voir mes données diffusées, cela me permet de participer à la vie de cet ENS et de montrer la richesse et la beauté de cet espace à préserver.”

Michel Pansiot souhaite nous faire partager sa dernière contribution qui est la mise en ligne d’une photographie de l’orchidée : Himantoglossum robertianum

Himantoglossum robertianum (Loisel.) P.Delforge par Michel Pansiot CC by SA (Tela Botanica)
Himantoglossum robertianum (Loisel.) P.Delforge par Michel Pansiot CC by SA (Tela Botanica)

Il souhaitait également nous faire partager une photographie d’un Ophrys prit dans la Drôme (l’Ophrys de la Drôme), sa région d’adoption. Prenez le temps d’admirer les couleurs de ces fleurs, l’incroyable forme des pétales et son charme naturel qui attire les insectes les plus amoureux.

Ophrys saratoi E.G.Camus par Michel Pansiot
Ophrys saratoi E.G.Camus par Michel Pansiot

Pour finir Michel partage avec nous sa photographie “Nostalgie” : Bambous et palmiers qui est “un bel exemple des tropiques sous notre latitude et souvenirs de séjours et voyages sous les tropiques” prise à Anduze. N’a-t-on pas l’impression de voyager à la simple vue de ce palmier et de ces bambous ?

Bambous et palmiers par Michel Pansiot
Bambous et palmiers par Michel Pansiot

Ces photographies vous ont donné envie de partir à l’aventure ? Alors n’attendez plus et partez à la recherche d’orchidées et d’ophrys !

Amateur ou professionnel, chacun y trouve sa place et peut contribuer à l’avancée et au partage des connaissances en botanique.

Sur notre site Internet, vous pouvez retrouver des outils tel que celui mentionné par Michel Pansiot qui est le Carnet En Ligne (CEL). Grâce à cet outil, vous pouvez télécharger et stocker toutes vos photographies. Le partage de ces photographies avec la communauté permet une entre-aide pour l’identification d’une espèce qui vous est inconnue grâce à Identiplante. Ces photographies alimentent la base de données de Flora Data utilisée ensuite pour eFlore (cartes de répartition, illustrations), PictoFlora ou d’autres projets externes…
pas de alt pour cette image, soz

Pour vous aider à prendre des photographies qui permettront au mieux de les identifier, nous vous mettons à disposition un tutoriel photo.

Pour toutes questions relatives à ces outils et au processus de participation, n’hésitez pas à commenter cet article !

Célia Ahier
Chercheuse de trésors du réseau Tela Botanica

—–
Images d’illustration : par Michel Pansiot, via Tela Botanica, licence CC BY-SA

3 commentaires

  1. J’ai lu avec intérêt le déroulé de votre « carrière botanistique ». Ceci parce que j’ai suivi un peu le même parcours. Tout a commencé lorsque pour mon travail (tout-à-fait différent de l’étude des plantes) m’a conduit à passer des semaines complètes à Vincennes pendant quelques années. L’entreprise se trouvait près du bois. L’été, le soir, il m’arrivait de m’y balader. Disposant d’un petit appareil photo, pouvant faire de la macro, j’ai fait quelques clichés de fleurs que je trouvais jolie. Puis la curiosité aidant, direction la bibliothèque municipale pour trouver les noms de mes photographies. La retraite arrivée et donc rentré chez moi, j’ai continué ce qui commençait à être une passion. Habitant à Maubeuge dans le Nord, j’ai la chance d’avoir tout à côté les remparts datant de Vauban et couvrant plusieurs hectares d’une végétation sauvage. Un magnifique terrain d’exploration. Au fur et à mesure des années, je me suis perfectionné. Ce qui m’intéresse c’est de voir la plante dans tous ses états, boutons, fleurs, fruits et graines. Ceci associé aux dates de floraisons, me donne une grande base de données. Je réalise des herbiers photographiques qui permettent de voir le déroulement de la vie de chaque espèce. Je mets un exemple ci-dessous, la drave printanière, qui est une des premières plantes à fleurir au printemps. Je mets à part le perce-neige que j’estime être une plante d’hiver.
    En fait, je m’aperçois qu’on ne peut pas inclure de photos ! dommage.

    Je fais partie également de l’Observatoire des Saisons, sur le site duquel j’indique les dates des principaux stades de l’évolution de plantes sélectionnées. Je vous invite à vous y inscrire aussi, si ce n’est déjà fait.
    Jacqva le 11 mars 2018.

  2. Très intéressant d’en savoir un peu plus sur cette personne qui participe activement sur identiplante à me permettre de reconnaître les plantes et fleurs que j’observe durant mes randonnées, mille merci.

Répondre à jacqva Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *