L’Ambroisie dévoile de nouvelles propriétés…

L'AFEDA (Association Française d'Étude des Ambroisies) nous présente dans sa page d'information n°47 des propriétés inattendues de cette plante réputée pour causer de nombreuses allergies.

L’AFEDA (Association Française d’Étude des Ambroisies) nous présente dans sa page d’information n°47 des propriétés inattendues de cette plante réputée pour causer de nombreuses allergies.

Dans une étude* qui vient d’être publiée nous apprenons que l’Ambroisie (Ambrosia artemisiifolia L.) est dotée d’une activité antimicrobienne dans le sol… et chez les humains.

L’ambroisie est largement connue pour son activité allergénique très importante pour les humains, principalement due à son pollen mais aussi pour son pouvoir envahissant dans les
cultures. Trois équipes italonéerlandaises viennent tout juste de mettre en avant son activité contre certains pathogènes
du sol ainsi que contre certains pathogènes humains.

Cette plante possède en effet une molécule dilactone
sesquiterpène, l’isabeline, déjà connue chez une autre
espèce d’ambroisie, Ambrosia psilostachya.

Parmi 10 genres de champignons et 12 de bactéries
testés au total, provenant de dunes de sable en Hollande,
Une seule bactérie du sol, gram positive, appartenant
au genre Paenibacillus, répond significativement à l’inhibition de la croissance par l’action de l’isabeline. Le groupe de bactéries appartenant à ce genre étant connu entre
autre pour son action de fixation de l’azote ainsi que pour une activité contre les insectes herbivores et les
phytopathogènes, cela pourrait correspondre selon les auteurs à une stratégie de plante invasive inhibant
ainsi la croissance des plantes cultivées parmi lesquelles elle s’installe, favorisant l’expansion de l’Ambroisie.

Trois pathogènes humains ont été testés chacun avec trois réplicats et des témoins sans isabeline, à 37°C pendant
24 heures. Il s’agit d’un champignon (Candida albicans) ainsi que de deux bactéries (Escherichia
coli
et Staphylococcus aureus). Seuls C. albicans et S. aureus réagissent à l’isabeline, montrant
des inhibitions de croissance de manière significative comparées aux témoins. L’action sur le staphylocoque
doré est la plus efficace.

Plus précisément selon les auteurs toujours, l’organisation de la paroi cellulaire de la bactérie et du champignon
en question pourrait expliquer l’effet d’inhibition observé, entre autre avec la présence de groupements thiols.
Si les auteurs développent particulièrement l’action pathogène de Candida albicans entre autre pour
les maladies nosocomiales, le problème de résistance pour les traitements des infections sévères dues
au staphylocoque doré met en avant tout l’intérêt des activités de l’isabeline. Les auteurs concluent à
une source nouvelle de recherches prometteuses grâce à l’ambroisie, afin de combattre la résistance
de microbes pathogènes.

L’ambroisie nous surprend une fois de plus !

Information extraites du Flash info de l’AFEDA n°47 de Mars 2018

Daniel MATHIEU

* Molinaro F., Tyc O., Beekwilder J., Cankar K., Bertea C.M., Negre M., Garbeva P. The effect of isabelin,
a sesquiterpene lactone from Ambrosia artemisiifolia on soil microorganisms and human pathogens.
FEMS Microbiology Letters, 365, 2018, fny001. doi:10.1093/femsle/fny001
AFEDA 2018 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *