Rapport d’activité 2017

Le rapport est arrivé ! Tout chaud, tout beau, découvrez ce qui s'est passé en 2017 à Tela Botanica !

Le rapport est arrivé ! Tout chaud, tout beau, découvrez ce qui s’est passé en 2017 à Tela Botanica !

Sommaire
> Les chantiers du réseau
– Atelier Rubus
– Société Botanique du Vaucluse
– Bryophytes
– Aquarelles et dessins botaniques

> Les actions 2017
– Les Journées Sciences Citoyennes Flore
– L’Observatoire Des Messicoles
– Sauvages de ma rue
– La vie du réseau Tela Botanica
– Observatoire des saisons
– Les Herbonautes
– Mission Flore
– Flora Data
– Herbadrop
– Référentiels
– Développer le réseau en Afrique
– Smart’Flore
– Le futur tela-botanica.org
– Le MOOC Botanique et sa Plateforme

> L’association
> Partenaires
.

Le mot du président

L’année 2016 avait été marquée par la diffusion du MOOC Botanique qui a touché 33 500 personnes l’automne dernier. Ce cours n’a pas été rediffusé en 2017, mais les retombées suite à la réussite du MOOC 2016 ont été importantes. Outre l’accroissement du nombre d’inscrits au réseau (40 000 début 2018 !) et les demandes d’interventions pour « raconter » le MOOC Botanique, nous avons noué des partenariats pour de futurs MOOC et de nouvelles thématiques viendront enrichir l’offre de la plateforme MOOC de Tela Botanica.
En 2017, le paysage français de la biodiversité s’est transformé avec la création de l’Agence française de la Biodiversité, et la fusion des régions. Ceci nous a amené à nous faire connaître et travailler avec de nouveaux partenaires.
En matière de partenariats, 2017 a également été marqué par un rapprochement riche et diversifié avec les structures de terrain ; relais de programmes, référents MOOC, porteurs de projets, etc. A travers ces coopérations, le réseau valorise un tissu dynamique de structures engagées pour mettre en lumière et sensibiliser à la botanique.

Les programmes de Sciences Participatives maturent. L’Observatoire Des Saisons fête ses 10 ans d’observations citoyennes et permet la publication du livre et d’une exposition itinérante « Les plantes au rythme des saisons ». De nouveaux projets s’inspireront en 2018 de l’expérience du programme Sauvages de ma rue : sensibiliser à ces compagnes des trottoirs avec un Kit Zérophyto à destination des collectivités, un nouveau volet pour observer les arbres (sTREEts).
Un travail a été engagé sur la refonte du Carnet en Ligne avec une réflexion approfondie sur la qualité des données et donnera lieu dès 2018 à de nouveaux outils plus performants.
Le travail sur les référentiels s’est poursuivi, dont un travail important de mise à jour de la BDTFX tenant compte des révisions Flora Gallica et accessible sur le site Tela Botanica (eFlore). Le travail sur les noms français normalisés avance, avec de nouvelles familles traitées et la refonte du guide qui permettent de déterminer ces noms de façon rationnelle. Enfin, la maquette de l’outil de saisie et de gestion des tableaux phytosociologiques continue également sur sa lancée.
L’équipe informatique a engagé un travail titanesque de construction du nouveau site Internet, qui malheureusement a pris du retard, mais il ouvrira avant l’été 2018 !

Les perspectives 2018, année charnière pour plusieurs échéances, se structurent autour des principaux chantiers suivants :
– la fin du programme Floris’Tic et la recherche de nouveaux partenaires financiers au travers d’appels à projets,
– la mise en place de nouveaux partenariats régionaux, nationaux et internationaux,
– le lancement du nouveau site Internet et la diffusion du MOOC Botanique, « cru 2018 »,
– un travail interne sur notre communauté pour la rendre plus visible et plus active en intégrant plus fortement les principes du collaboratif sur l’ensemble nos missions,
– les travaux sur le Carnet en Ligne, l’outil phytosociologique et les noms français des plantes.

Daniel Mathieu
Président de l’association Tela Botanica

Le rapport

>> Télécharger le rapport d’activité 2017 de Tela Botanica (PDF, 12,5Mo)

5 commentaires

  1. Bonjour,

    Je viens de parcourir le rapport d’activités 2017 de Tela Botanica que je trouve très complet et agréable à lire. J’en profite pour vous faire part de quelques regrets…

    Même si Tela Botanica a toujours promu les actions en faveur de la connaissance des lichens (enquête sur les lichens du Massif Central et Lichens Go en particulier), je regrette que ce groupe d’espèces ne soit pas d’avantage valorisé via le portail. Vous me direz à juste titre que la lichénofonge ne fait pas partie de la flore puisque que le mycobionte représente globalement 80 à 90 % du volume de l’organisme composite qu’est le lichen mais qui mieux que Tela Botanica pourrait sensibiliser la communauté des botanistes et plus largement des naturalistes vis-à-vis de ce groupe? Certes, plusieurs associations jouent un rôle essentiel en faveur de la promotion et de l’étude des lichens au premier rang desquelles figure la remarquable association française de lichénologie. D’autres associations, à vocation botanique, s’impliquent également sur les lichens (société botanique du Centre-Ouest par exemple)… Mais qui peut se prévaloir de fédérer une communauté de passionnés aussi large que celle que fédère Tela Botanica?

    Naturellement, je comprends que la lichénofonge ne puisse pas occuper une place centrale sur le site francophone de référence sur la botanique. Mais peut-être pourrait-on plus régulièrement
    mettre « un coup de projecteur » sur ce groupe? Pourquoi ne pas lancer par exemple un défi photos centré sur les lichens?

    Au-delà des experts, je rencontre régulièrement des botanistes et autres naturalistes qui, au cours de ces dernières années, se « sont lancés » dans l’étude des lichens soit de manière exclusive ou – le plus souvent – partielle en parallèle de l’étude de la flore. Sans citer de noms, il faut reconnaitre que certains spécialistes associés à des maisons d’éditions reconnus dans le domaine de la littérature naturaliste ont eu à cœur de vulgariser (au sens noble du terme) cette discipline qui reste assez complexe. Via Tela Botanica, ne pourrait-on pas accompagner davantage cet effort de vulgarisation?

    Cela étant dit, je tiens à remercier toute l’équipe de Tela Botanica qui fait un travail remarquable!

    Bien cordialement,

    David HAPPE

    1. Bonjour David, merci pour ce retour très complet !
      Je vous réponds sur ce que je sais. Une des conditions nécessaires pour le défi photo est de posséder le référentiel taxonomique dans nos outils. Ce que nous n’avons pas. Nous espérons justement pouvoir l’intégrer bientôt (cette année ou l’année prochaine ?) et ainsi permettre aux lichénologues de partager leurs observations. C’est en tout cas en projet mais je ne suis pas à même de vous en dire plus 🙂
      Véronique – Tela

    2. Tela est un peu le reflet des centres d’intérêt des botanistes. Il faudrait donc qu’un groupe motivé de lichénologues s’implique dans un forum, des notes d’actu, un défi photo…

      Le problème vient du fait que, autour d’un noyau de « professionnels », il y a peu d’amateurs qui s’intéressent aux lichens (comme les mousses d’ailleurs).

      Bon courage.

    3. Bonsoir,

      Merci pour votre message et réaction… qui en appellent d’autres de ma part.

      S’agissant des forums, je note que via un célèbre réseau social, les échanges sont riches et très réguliers entre naturalistes amateurs s’intéressant aux lichens. A contrario, il est vrai que le forum « lichens » sur Tela n’est pas très actif.

      Quand vous évoquez l’absence d’amateurs qui s’intéressent aux lichens, faites vous référence à ceux qui s’impliquent dans l’activité du site de Tela ou s’agit-il de propos plus généraux. Dans ce second cas, je ne suis pas d’accord avec vous. Au contraire! Je constate autours de moi un intérêt croissant de botanistes pour ce groupe d’espèces. S’agissant de la bryoflore, j’ai d’ailleurs le même sentiment. Un exemple sur les lichens: je coordonne depuis 3 ans la synthèse des observations les plus remarquables collectées par les adhérents de la SBCO. La première année, nous étions 4 contributeurs. La seconde 8 et je pense que cette année, nous devrions encore étoffé le nombre de contributeurs. Certes, ce n’est pas une progression extraordinaire mais j’ai le sentiment qu’il y a des « signaux » deci – delà qui montrent qu’il y a un intérêt croissant des amateurs pour ces groupes.

      Vous avez par contre tout à fait raison sur le fait qu’il faudrait une mobilisation plus forte des amateurs (épaulés par les experts) pour mettre en ligne des actus et autres… Cependant, on ne peut pas être sur tous les fronts en même temps. Un défi photos sur les lichens sur Tela serait déjà une belle avancée et vue l’impact de Tela sur la communauté des botansites, cela pourrait peut-être permettre de révéler de nouvelles vocations chez quelques personnes.

      Bonne soirée à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *