Zoom sur un projet : Anjou Bota

Ce jeudi partons à la découverte du projet Anjou Bota ! Ce groupe de botanistes informel créé en octobre 2011 (sur l'initiative d'Emilie Vallez et David Mercier) vise à rassembler tous les botanistes (amateurs ou non, sans étiquette associative) de l'ancienne région Anjou afin de contribuer à l'inventaire de la flore sauvage du Maine-et-Loire.

Ce jeudi partons à la découverte du projet Anjou Bota ! Ce groupe de botanistes informel créé en octobre 2011 (sur l’initiative d’Emilie Vallez et David Mercier) vise à rassembler tous les botanistes (amateurs ou non, sans étiquette associative) de l’ancienne région Anjou afin de contribuer à l’inventaire de la flore sauvage du Maine-et-Loire.

Que fait-on dans le projet Anjou Bota ?

Ce projet a été initié avec l’envie de créer un mini-réseau permettant aux botanistes d’Anjou de se rencontrer et d’échanger leurs connaissances lors de sorties sur le terrain, “car chacun sait quelque chose” nous dit David Mercier.
Il a été créé à l’occasion de la phase d’inventaire de l’Atlas floristique de Maine-et-Loire paru en mai 2015 par le Conservatoire Botanique National (CBN) de Brest. L’idée est de se retrouver 1 fois par mois “généralement le premier samedi du mois, comme le Chanoine Corillion, éminent botaniste angevin, le faisait dans les années 80 avec les botanistes angevins passionnés” nous confie Emilie Vallez. Les participants contribuent donc à la connaissance de la flore du département, en réalisant des inventaires sur les communes ayant une connaissance déficitaire, ou bien avec un thème précis « à la recherche de… », basé sur le travail de dépouillement bibliographique réalisé par le CBN de Brest, avec qui ils travaillent en lien étroit.

Sortie botanique en avril 2013 à Faveraye-Mâchelles - photo prise par Emilie Vallez
Sortie botanique en avril 2013 à Faveraye-Mâchelles – photo prise par Emilie Vallez

En début d’année, ils se retrouvent pour une réunion qui vise à établir un calendrier annuel. “Ce ne sont pas les idées qui manquent pour les sorties, le plus dur est de faire le choix ! Les sorties botaniques sont très conviviales, gratuites et ouvertes à tous. Nous terminons généralement la sortie par un goûter (nous nous organisons via un framadate pour que chaque participant ramène un gâteau ou boissons)” commente Emilie Vallez. Le niveau en botanique est assez pointu, mais le groupe accueille souvent, lors de sorties terrain, des étudiants désireux d’approfondir leurs connaissances. Lorsque des personnes viennent juste pour découvrir la flore commune, les botanistes les plus avertis vulgarisent les échanges afin que chacun puisse passer une agréable sortie botanique. Selon les communes inventoriées, il y a entre 5 et 15 personnes qui participent. Les relevés réalisés sont saisis dans la base de données du CBN Brest et dans celle de Tela Botanica.

Sortie botanique en juin 2017 à Fontevraud - photo prise par Emilie Vallez
Sortie botanique en juin 2017 à Fontevraud – photo prise par Emilie Vallez

Comment ce groupe a-t-il évolué depuis sa création en 2011 ?

Dans les premières années du projet, David Mercier et Emilie Vallez organisaient des sorties (à l’aide de mails et framadates) puis “les aléas de la vie font que nous sommes tous les deux partis à l’étranger ou loin du département” témoigne Emilie Vallez. Les autres participants, notamment Jean-Pierre Le Roy, Sylvain Courant et Arnaud Cochard ont alors continué à faire vivre le groupe Anjou Bota, en s’organisant pour l’envoi des mails et pour la programmation des sorties (en lien souvent avec Julien Geslin du CBN de Brest). Mais l’idée est que chaque participant s’investisse à tour de rôle, afin que ce groupe fonctionne de manière collaborative.
Le nombre de personnes inscrites a augmenté, ainsi que les personnes organisatrices des sorties, mais le principe est resté le même.

Il y a eu l’idée d’initier l’écriture d’une Flore de terrain mais celle-ci n’a pas été concrétisée.
“L’idée pourrait être relancée s’il y a des personnes ayant à la fois du temps et l’envie” suggère David Mercier.

Les principales actions d’Anjou Bota

Les principales actions du projet ont consisté à réaliser des inventaires de la flore angevine en concertation avec le Conservatoire Botanique National de Brest. Au fil du temps est apparu un intérêt pour la phytosociologie et l’étude des écosystèmes.
Les dernières sorties botanique ont eu lieu le 19 mai 2018 à Cheviré-le-Rouge et à Fontevraud le week-end du 9 et 10 juin. La prochaine sortie botanique aura lieu le 7 juillet 2018 à Briollay dans les Basses vallées angevines pour une session Apiacées. Cette sortie sera sous forme d’une 1/2 journée dédiée à la reconnaissance de différentes espèces d’Apiacées (genres Oenanthe etc…) qui devraient être en fruit à cette période.

Sortie botanique en juillet 2012 à Souzay-Champigny - photo prise par Emilie Vallez
Sortie botanique en juillet 2012 à Souzay-Champigny – photo prise par Emilie Vallez

L’évolution du projet

Le projet est en vitesse de croisière depuis pas mal de temps et devrait continuer à fonctionner sur le même mode assez longtemps car le nombre de participants ne faiblit pas et les sorties botaniques continuent de s’organiser. D’autres projets peuvent aussi être initiés. “Pourquoi pas un blog avec les photos des sorties et inventaires, et toutes les informations relatives aux sorties botaniques pour valoriser nos sorties… ?” suggère Emilie Vallez.

Le projet Anjou Bota vous intéresse ? N’hésitez plus et inscrivez-vous !

Comment s’impliquer dans le projet ? “Toujours selon le principe de l’auberge espagnole, qui est un principe de base” rappelle Jean-Pierre Le Roy. Il suffit de participer aux sorties sur le terrain.
Pour vous inscrire, c’est par ici : Projet Anjou Bota

Le mot de la fin par David Mercier…

“Grâce à Anjou Bota, nous avons déjà passé de si nombreux bons moments à s’émerveiller ensemble de la biodiversité végétale qui nous entoure, tout en contribuant à améliorer les connaissances sur la flore. Alors longue vie à Anjou Bota !”

Intéressé par cette démarche, vous souhaitez créer la même dans votre département ? Développez un projet sur Tela Botanica !

Si l’idée de créer un projet dans votre région qui rassemblerait tous les amateurs de botanique vous intéresse, rien de plus simple. Vous pouvez développer un projet sur Tela Botanica, il vous suffit de suivre les instructions de cette page.

Texte rédigé par Célia Ahier en collaboration avec Emilie Vallez, David Mercier et Jean-Pierre Le Roy

Les observations du groupe Anjou Bota

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *