Des bombes à graines sauvages !

Pour animer votre été, nous vous proposons de réaliser des bombes à graines sauvages ! Graines de coquelicot, de chicorée, de plantain et de séneçon, attrapez-les toutes et faites-les pousser !

Un coin de jardin, un pot de fleur abandonné, une jardinière solitaire, autant de lieux propices pour faire pousser des plantes sauvages ! Mais ne vous inquiétez pas, elles ne sont pas dangereuses. Bien au contraire, elles vous apporteront joie, bonheur et fierté ! Pourquoi de la fierté me direz-vous ? Parce que vous avez su reconnaître les espèces végétales, capturer leurs graines, les planter et en prendre soin pour finalement vous offrir un beau spectacle.

Voici donc tous les secrets de la fabrication de bombes à graines sauvage ! Une petite activité ludique qui plaira autant aux petits qu’aux grands enfants 😉

1ère étape : Aller capturer des graines sauvages !

Pour cette activité, il vous faut des graines, mais pas n’importe quelles graines, des graines de plantes sauvages. Pour les capturer rien de plus simple, il faut partir explorer un coin de nature ou tout simplement aller dans les rues. Vous y trouverez forcément des plantes qui ont trouvé un petit coin pour étendre leurs tiges, leurs feuilles et leurs fleurs.

Pour identifier les espèces que vous trouvez vous avez plusieurs possibilités :

2ème étape : Construire vos bombes à graines !

Pour cela, je vous laisse découvrir la fiche pdf ci-dessous qui vous décrit comment  réaliser des bombes à graines :

Recette des bombes à graines sauvages
Recette des bombes à graines sauvages

Cette petite fiche méthodologique a été réalisée dans le cadre de l’évènement “Affiche ta nature sauvage”. Cet évènement a eu lieu le vendredi 27 avril 2018 dans le quartier de la mosson à Montpellier et avait pour but de valoriser la flore urbaine en créant notamment une fresque urbaine avec des photographies de plantes prisent dans le cadre du programme “Sauvages de ma rue”. Vous pouvez retrouver le compte rendu de cette journée dans l’article suivant : Affiche ta nature sauvage.

3ème étape : Attendre et regarder pousser vos graines !

Au bout de quelques jours ou de quelques semaines, en fonction des graines de plantes que vous avez choisi, vous pourrez voir apparaître une petite tige avec de petites feuilles… vos graines auront germé !

 

Il vous suffira de continuer à en prendre soin pour qu’elles vous donnent de magnifiques fleurs puis d’autres graines à peut-être offrir à votre voisin 😉

 

Article rédigé par Célia Ahier

16 commentaires

  1. La canicule actuelle (2 août) est annoncée pour longtemps encore, il faudrait peut-être joindre à la bombe à graines des bombes à eau. S’il ne pleuvait pas, les bombes à graines formeraient une énigme pour les archéologues futurs ! Peut-être un nouvea

  2. Humour: la canicule actuelle (2 août) est annoncée pour longtemps encore, il faudrait peut-être joindre à la bombe à graines des bombes à eau. S’il ne pleuvait pas, les bombes à graines formeraient une énigme pour les archéologues futurs ! Peut-être un renouveau du culte à la déesse Fécondité pour conjurer le destin à l’aube du sixième effondrement de la biodiversité ?

  3. Pour ma part, je n’aime pas du tout l’idée de semer « l’orge aux rat » (Hordeum murinum L.). Cette plante est l’ennemi des chiens (l’ami des vétos peut-être) et des enfants. Ses graines très dures migrent assez facilement après avoir percé la peau, entre les doigts des pattes de chien souvent, et cause des dégâts. Il est même connu des perforations d’artères proches du cœur chez le chien. Ne pas laisser les enfants jouer avec ces épis !

    1. Oh merci, je viens d’apprendre le nom savant de l’espigaou ! Effectivement, quand l’épi a commencé à rentrer plus moyen de le faire ressortir.

    2. Entièrement d’accord, Hordeum murinum L. est fréquemment à l’origine d’otites allant parfois jusqu’à percer le tympan, chez les chiens et les chats. Les vétos ont d’ailleurs un outil spécifique pour les enlever : la pince à épillets.

  4. Bonne idée pour bombarder de graines les friches et terrains vagues
    Et mettez y ce que vous voulez (sauf peut être les espèces exotiques un peut trop envahissante)
    Et arrêtez de râler, séneçon et espigaou peuplent nos campagnes depuis des 10aines de milliers d’années et on vit très bien avec (sauf jardinier maniaque et agriculteur industriel…et -rare- chien malchanceux)

    1. Le séneçon de Jacob est néanmoins à proscrire.
      C’est une plante invasive dangereuse pour la plupart des animaux de ferme et domestiques.
      Elle est combattue en Allemagne depuis quelques années déjà.

  5. les bonnes idées font toujours réagir les esprits négatifs partisans d’une nature « épurée, édulcorée, assainie rendue sans danger »
    hé bien oui, on peut toujours trouver des inconvénients à toutes les plantes, mais il ne faut pas perdre de vue qu’elles font partie de notre environnement, que nous avons besoin de toutes les plantes ou en tout cas le système naturel en a besoin.
    tant pis pour les esprits chagrins.
    de toute façon « vivre est dangereux » n’est-ce pas? accommodons nous de ces pauvres plantes bien innofensives à côté des déchets nucléaires crée et toutes les inventions diaboliques crées par l’humain

    1. Je suis tout à fait d’accord! Et puis ces plantes étaient là bien avant nous, de quel droit devrions nous les faire disparaître de la terre, elles se ressèment de toute façon

  6. Je vous remercie pour vos commentaires.

    Il est vrai que la récolte de graines doit se faire en ayant toujours à l’esprit que certaines espèces végétales sont invasives, toxiques ou peuvent causer des dommages aux animaux. Pour vous renseigner sur les particularités de chaque espèce vous pouvez utiliser la flore électronique eFlore. De ce fait vous serez alors certain de confectionner des bombes à graines qui sont conformes à vos principes, vos attentes et surtout conforme à la sécurité de vos animaux de compagnie.

    N’hésitez pas à partager vos expériences de bombes à graines et à partager des idées de graines d’espèces non dangereuses et/ou non invasives à récolter 😉

  7. Bonjour,

    Préserver la biodiversité, voir essayer de la favoriser pour compenser notre impacte sur celle-ci, en plantant des graines çà et là, je trouve l’idée sympa et intéressante, je la pratique déjà depuis quelques années.
    On trouve dans le commerce – jardinneries et divers sites spécialisés – des mélanges de graines soit « pour terrains secs », soit « pour aider les abeilles » , soit « pour les oiseaux », etc… ces mélanges donnent de très belles fleurs qui se ressèment souvent d’une année sur l’autre et peuvent se naturaliser et ainsi favoriser la biodiversité.
    Elles sont souvent exotiques et tout à fait positives pour l’environnement .
    Il ne faut pas tant craindre les espèces exotiques, les coquelicots, nigelles, bleuets sont apparus dans nos champs en même temps que les premiers grains de blé, …. exotiques et appréciées !!!
    Pour ceux qui s’interressent à la question des plantes dites « invasives » , il existe de nombreux ouvrages sur la question, l’un d’entre eux fait référence :  » La Grande Invasion  » de Jacques Tassin aux éditions Odile Jacob.
    Le sujet est traité avec une grande objectivité, sans à priori, bcp de recherches, références et il en ressort qu’une seule espèce sur cent mille, en moyenne, peut poser problème ….. on est loin de la terreur entretenue par certain vis à vis des espèces exotiques !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *