Travaux pionniers sur la mémoire de la sécheresse chez les arbres

Article à lire sur le site de l'INRA / Les résultats d'expériences pour identifier et comprendre les modifications épigénétiques dans la réponse des arbres à leur environnement, notamment en cas de sécheresse.
Feuillage de peuplier faux-tremble (Quaking Aspen) sur les rives du Lake Tahoe (Sierra Nevada, USA). © Inra, MEURET Michel

Une collaboration entre plusieurs équipes académiques et privées suggère un rôle des modifications épigénétiques dans la réponse des arbres à leur environnement, notamment la sécheresse. Ces modifications sont stables dans le temps, comme une mémoire dont le potentiel adaptatif à long terme reste à démontrer.

Le peuplier est une espèce particulièrement sensible à la sécheresse. Quand l’eau vient à manquer, l’arbre réduit sa surface foliaire, limitant ainsi les pertes d’eau par évapotranspiration. Cette adaptation spectaculaire peut survenir en quelques jours et elle est réversible, puisque les feuilles qui se développent après un arrosage reprennent la morphologie d’avant la sécheresse.

La suite de l’article à lire sur le site de l’INRA.

Léa MARIE
Chargée de communication

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *