Un automne chamboulé !

Si vous observez la végétation, et plus particulièrement les arbres, vous avez sûrement remarqué des évènements étranges... les cycles saisonniers semblent perturbés !

La sénescence avant l'heure...

Cela ne vous a pas échappé, cet été a été particulièrement chaud, dans toutes les régions de la France. Comment les végétaux ont réagi à cette canicule ? Quel est l’impact sur les rythmes saisonniers ? Les chercheurs font appel aux citoyens pour en savoir plus !

Certains observateurs de l’Observatoire Des Saisons ont fait part de leur inquiétude vis à vis de certaines espèces :

– “Les frênes, pruniers, amandiers, chênes ont bien tenus jusqu’à fin août, mais en 15 jours le feuillage a tourné au marron. Les frênes ont le plus souffert et sont complètement grillés.” nous indique Mariette, en Aveyron.

– « Mon micocoulier n’a presque pas de fruits, comme les autres années. De plus mes chênes verts ont perdu beaucoup de feuilles et la plupart des glands, très petits, sont tombés… il est évident que le manque de pluies et la canicule ont causé ces changements… » s’inquiète Josette, dans la Drome.

Suite à la sécheresse, ces espèces sont entrées en sénescence précocement : c’est le changement de couleur des feuilles qui nous permet de le dire ! Même si elle sont devenus marrons sans passer par les jaune, orange, rouge habituels, il s’agit quand même d’une sénescence des feuilles (mais sans résorption des pigments foliaires).

La canicule et le manque d’eau (stress hydrique) ont sûrement joué un rôle dans l’accélération du processus de la chute des feuilles.

...et des floraisons d'automne !

La Colchique d’automne ou la Spiranthe d’automne en fleurs en septembre-octobre, on a l’habitude, mais l’arbre de Judée ou l’abricotier ? N’y a -t-il pas quelque chose qui cloche ?

En effet, de nombreuses floraisons anormales ont été observées un peu partout en France.

Ce phénomène est de plus en plus fréquent mais n’est pas encore bien expliqué. Il semble qu’il se produise « lors de situations climatiques qui sortent de la norme : été très sec et/ou automne chaud en général » nous explique Isabelle Chuine, chercheuse au CEFE/CNRS et responsable scientifique de l’Observatoire Des Saisons.

Les chercheurs tentent de comprendre ce phénomène au niveau physiologique et d’anticiper les impacts potentiels sur les productions des arbres fruitiers par exemple. Si les phénomènes de sécheresses se répètent et s’intensifient, quelles seront les conséquences sur les végétaux ?

Depuis 2015, l’Observatoire Des Saisons fait appel aux citoyens pour collecter le plus grand nombre d’observations des ces phénomènes « hors saisons ».

Lisez les articles de l’Observatoire Des Saisons pour en savoir plus !

Les médias en parlent

 

 

Retrouvez la chronique « C’est notre planète » de RTL qui présente ces phénomènes « hors-saisons »

 

 

 

ainsi qu’un reportage dans le JT sur M6 ce mercredi 24 octobre  avec l’intervention de Floriane Flacher, chargée de mission pour l’Observatoire Des Saisons Provence

4 commentaires

  1. Observations des modifications cet automne [930m altitude, Sud Isère]:
    * les tilleuls: feuilles marrons et chute abondante, alors que c’est à ma mi novembre que je commence à les ramasser, mouillées en général

    * fleurissement de crocus de printemps… alors que ceux d’automne (STENBERGIAS) n’arrivent pas à ouvrir leurs boutons tellement le sol est sec

  2. A propos de la floraison des arbres en automne : ce phénomène est connu depuis longtemps en petite-Kabylie (région montagneuse avec façade méditerranéenne d’Algérie) où les gens le désignent par un terme dérivé du mot « automne » et signifiant d’une façon générale le fait de « déconner, de devenir « fou ». Je l’ai moi-même observé et en ai beaucoup entendu parler durant ma jeunesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *