Projet de Nouvelle flore des mousses, hépatiques et anthocérotes de France

Appel à contribution, relectures, critiques pour la rédaction d'une nouvelle flore des mousses, hépatiques et anthocérotes de France.

Il n’existe pas de flore des Bryophytes couvrant l’ensemble du territoire français métropolitain. Le bryologue doit se tourner vers des flores étrangères qui sont plus ou moins adaptées au territoire français. De nombreux taxons sont absents de ces flores et rendent les clefs particulièrement difficiles à utiliser. La flore est pourtant l’outil incontournable pour quiconque souhaite nommer les espèces. Elle sert de base à toutes les études biologiques, écologiques, physiologiques etc. portant sur le groupe des bryophytes.

Il est donc utile de proposer un nouvel outil de détermination fiable et moderne des mousses, hépatiques et anthocérotes de France métropolitaine. Nous nous sommes personnellement investis dans ce projet de nouvelle flore des bryophytes de France depuis plus d’un an. Nous avons choisi de commencer par les hépatiques (+ anthocérotes), en un seul volume. Les autres volumes concernant les mousses suivront.

La flore que nous sommes en train de réaliser comporte :

  • Une introduction décrivant la morphologie des principaux groupes taxonomiques ;
  • Des clefs d’identification illustrées permettant d’aller jusqu’aux espèces ou au genre ;
  • Des clefs illustrées dans chaque genre ;
  • Des données écologiques, chorologiques synthétiques ;
  • Des monographies illustrées par espèce.

Des discussions critiques sont fournies pour de nombreux taxons. Les principales confusions possibles sont passées en revue et discutées pour la plupart des taxons.

La réalisation de cette flore se base sur l’expérience des auteurs et sur le matériel conservé dans leurs herbiers respectifs. Une convention passée avec le Muséum National d’Histoire Naturelle nous permet d’avoir un accès privilégié aux collections de l’herbarium PC.

L’illustration de la flore est considérée comme aussi importante que les descriptions et les clefs. Pour chaque taxon en regard des descriptions, des photographies illustreront certains critères déterminants (macroscopiques : micro-habitat, aspect de la colonie, habitus …, ou microscopiques pour des détails de caractères anatomiques : tissu cellulaire, spores, coupes de tige, de nervure, du périanthe…

La nomenclature et les concepts taxonomiques suivis seront ceux préconisés dans TaxRef.

Le premier volume est rédigé à plus de 50 %. La date de sortie est estimée à fin 2019. Nous prévoyons de faire circuler le corps du texte sous une forme brute au cours de l’année 2019 afin de bénéficier des retours, apports, critiques et commentaires de tous les bryologues intéressés par cette démarche.

Vincent HUGONNOT et Leica CHAVOUTIER

34 commentaires

  1. Oui, super, on l’attendait et c’est génial: elle est sur les rails! Serais aussi heureux de pouvoir participer à la relecture de cette flore complète des mousses, dans la limite de mes moyens bien sûr.
    Francis BICK

  2. Considérer qu’il n’existe pas de Flore des Bryophytes de France peut paraitre abusif. Des leçons sont à tirer des anciens ouvrages de détermination dans l’aspect de la simplicité de certaines descriptions en particulier. En espérant que ce nouveau document soit téléchargeable gratuitement. Et évolutif par la suite. Par ailleurs je suis surpris de ne plus recevoir les messages du forum de TB sur les Bryophytes.

    1. oui vous avez tout à fait raison. Il fallait comprendre « il n’existe pas de flore moderne des bryophytes ». Je suis le premier à saluer l’oeuvre de Jean Augier (1966), qui était tout à fait remarquable à bien des égards. Les ouvrages plus anciens de Boulay, Husnot etc. sont également d’excellentes contributions vers lesquelles il est souvent opportun de se tourner aujourd’hui.
      Vincent Hugonnot

  3. Voilà un projet magnifique et qui comble un vide énorme. Je serais également heureux d’être dans le circuit de la relecture, évidemment, à la hauteur de mes compétences dans ce domaine.
    Denis Cartier

  4. Bravo et merci pour cette belle initiative : votre projet est pour moi une excellente nouvelle !
    Je veux bien contribuer à la relecture, à la hauteur de mes compétences : j’apporterai un regard de bryologue non confirmée, qui bute souvent sur les déterminations !
    Bien cordialement,
    Marion Gosselin

  5. C’est une bonne nouvelle que de savoir que bientôt je pourrais m’édifier avec l’ouvrage en cours. Cela me sera un régal. J’aimerai également participer à la relecture, avec grand plaisir et gourmandise. Je suis par contre une béotienne totale en la matière, juste botaniste très amatrice et passionnée.

  6. Bonjour,
    Excellent projet.
    J’en rêvais à chacune de mes difficultés de compréhension de la langue de « Shakespeare » des flores anglophones utilisées.
    Je suis volontaire pour participer à l’utilisation test de cette Bryo-flore et pour transmettre les éventuels difficultés rencontrées à l’usage.

    Merci

  7. Bonjour,

    Bravo pour cet énorme travail. C’est avec joie que je contribuerai à une relecture et un test des clés. Cette relecture se fera dans la limite de mes compétences.

    Bon courage pour les 50% restant

    Aurélie

  8. Voilà une excellente nouvelle pour la bryologie française. Je me réjouis d’avance de la parcourir en particulier les commentaires de Vincent qui connait parfaitement la bryoflore avec les photos de Leica.
    Les bryophytes des P.O. ont déjà fait mes délices.

    Je serai très heureux de participer à hauteur de mes moyens à ce premier ouvrage.

    Hugues

  9. Bonjour

    Je me demande si ce projet correspond réellement à un besoin en France ou alors il faut envisager un faible tirage, dans la mesure où il existe déjà d’excellents ouvrages illustrés récents chez tous nos voisins et que la dernière flore française, celle d’AUGIER, peine déjà à trouver preneur d’occasion : cela fait au moins 6 mois qu’une annonce sur le Bon coin reste en souffrance à 49 euros. Objectivement à propos de la flore d’AUGIER, il ne s’agit pas d’un ouvrage rare si difficile que cela à trouver ni même recherché, j’ai déjà relevé deux autres annonces le concernant à un prix équivalent. J’ai alerté à chaque fois mes correspondants pour qu’ils profitent de l’occasion, aucun ne s’est montré intéressé.

  10. Bonjour Vincent, Leica (et Florine que je ne connais pas…).

    Beau projet.
    Pour moi, il ne fait aucun doute que c’est un besoin, même si c’est pour un public assez restreint compte tenu du nombre de bryologues en France.
    Vous prévoyez combien de tomes ?
    La flore d’Augier (avec laquelle j’ai commencé il y a une 50aine d’années, que j’ai beau coup utilisée et que j’utilise encore au besoin) commence à dater, tant sur la forme que sur le fond, et (pour répondre au message précédent) c’est peut-être pour ça qu’elle ne trouve pas preneurs.
    Il existe effectivement des ouvrages, et des sites web, de nos voisins étrangers, mais pas forcément utilisables sur l’ensemble du territoire métropolitain français. Et puis pouvoir utiliser une flore dans sa propre langue est quand même plus confortable !

    Si je peux être utile à quelque chose….

    Bien à vous,

    Gérard

    1. Bonjour,

      Ce qui se vend très bien sur le Bon coin et part très rapidement, ce sont des petits manuels de généalogie dans la collection Archives et culture (12 euros l’un) consacrés à une démarche particulière de recherche dans les archives : retrouver un ancêtre franc-maçon, retrouver un combattant de la guerre de 1870, retrouver un ancêtre postier …
      J’en reviens à la Bryologie, pourquoi ne pas plutôt imaginer une série de petits guides illustrés de photos en couleurs, consacrés à des genres comportant beaucoup d’espèces ? Grimmia, Orthotrichum, Sphagnum qui existent aussi chez nos voisins. Plutôt qu’un gros pavé comme Flora gallica dont certains se sont vite débarassés à 20 euros sur le Bon coin, pourvu qu’il parte, on obtiendrait une série de petits guides par milieu écologique que le botaniste intéressé par les mousses ne serait pas obligé d’acquérir en totalité en fonction des milieux qu’il prospecte ou de ses thèmes de recherche : milieux forestiers, zones humides.

  11. Excellente initiative.
    Je l’attendais avec impatience.
    Les illustrations dans les clefs de déterminations seront les bienvenues, pour les rendre plus facile d’accès.
    Le temps me manque, mais c’est avec plaisir que je contribuerai modestement.

    Bien cordialement.

  12. On peut écrire pour soi, pour sa famille, pour ses amis. Pour trouver un public, la démarche qui consiste à dire « le livre est déjà à moitié écrit, on vous consulte pour la relecture » est mauvaise. Il faut partir des besoins des botanistes car il va falloir aller chercher plus large que le public du forum tela bryophyta, déjà conquis d’avance.

  13. Monsieur Laurent PITOT, un pompier de ma commune, a écrit un livre à l’occasion du centenaire de l’armistice : la grande guerre à Saint-Jean-le-Blanc 1914 1918. Cinq années de consultations d’archives sur internet lui ont été nécessaires. Il a créé deux pages facebook pour faire évoluer ce projet au départ solitaire et retrouver des descendants. Au cours de la soirée de lancement, qui a réuni presque 100 personnes, au-delà des espérances, certains descendants de poilus ont lu des lettres écrites par leurs ancêtres ce qui correspondait à un besoin pour eux d’évoquer ce qu’ils ont vécu et leur ont transmis de cette expérience.
    Observer-écouter-comprendre et évoluer

  14. exemples de livres qui ont répondu à un réel besoin chez les botanistes, épuisés et dont les botanistes ne se séparent pas facilement :

    Poa de France de Robert PORTAL
    édité à compte d’auteur

    Synopsis commenté des groupements végétaux de la Bourgogne et de la Champagne-Ardennes de Jean-Marie ROYER, Jean-Claude FELZINES, Claude MISSET et Stéphane THEVENIN
    édité par la SBCO

    Détermination des ligneux en hiver
    Bernd SCHULZ, éditions Ulmer

    Etre plante à l’ombre des forêts tropicales
    Patrick BLANC, éditions Nathan

  15. Je regrette, en tant que passionné de livres, qu’on produise trop rarement en France de bons livres s’adressant aux amateurs éclairés.
    « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement »

    On attend toujours un manuel d’identification pour les Apiacées françaises comme les manuels britanniques BSBI, au lieu de cela on a en France une encyclopédie en 5 volumes.

    Toujours dans la série des guides BSBI, je vous fais remarquer le succès du manuel Brambles of the British isles, traitant spécialement des Rubus, épuisé et disponible uniquement sur CD Rom.

    Comme quoi on peut trouver un public et répondre à un besoin pour les botanistes même si cela concerne un sujet très pointu.

  16. Bonjour Vincent et Leica,

    Bravo pour cette belle initiative! La nouvelle se propage vite entre passionnés de bryologie belges, et nous attendons la sortie avec impatience.
    Je suis partante pour une relecture, j’ai eu beaucoup de plaisir à le faire pour la Flore écologique de Belgique d’Anne-Laure Jacquemart et Charlotte Descamps.
    Bon travail à vous deux!

  17. Bonjour à tous
    Merci beaucoup pour vos messages d’encouragement et vos propositions de tests et de relecture de notre ouvrage.
    Nous vous informerons via telabotanica de l’avancée de notre travail.
    Meilleurs vœux à tous sous le signe de la bryologie !
    Vincent Hugonnot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *