Quels déterminants pour les microrefuges de flore en région méditerranéenne ?

L'Institut Méditerranéen de la Biodiversité et d'Ecologie marine et continentale (IMBE) et le Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles (CBNMed) proposent un stage de Master 2.

Contexte

Un microrefuge est défini comme une zone de faible surface avec des conditions environnementales favorables à la survie de populations en dehors de leur aire de répartition principale (Hannah et al. 2014). La présence de microrefuges pourraient atténuer les impacts du changement climatique actuel en limitant les nécessités migratoires des espèces et constituer des territoires d’ultime persistance pour les espèces menacées de perdre l’ensemble de leur niche climatique (Hannah et al. 2014, Meineri and Hylander 2017). Comprendre les processus à l’origine de ces microrefuges et être capable de les identifier est important puisque, à terme, cela pourrait permettre de concevoir des réseaux d’aires protégées de petites tailles (micro-réserves) qui permettraient d’atténuer les conséquences biologiques induites par le changement climatique anthropique (Hannah et al. 2014).

Du fait de leur isolement géographique, les populations au sein de microrefuges sont fortement soumises au processus d’adaptation, ce qui peut induire des réponses écologiques différentes face aux variations environnementales, comparées à celles des populations du centre de l’aire de répartition (Hampe and Petit 2005). Néanmoins, les études actuelles tendent à ignorer ces processus d’adaptation dans l’étude et la prédiction des microrefuges.

Ce projet vise à utiliser une approche bottom-up, basée uniquement sur l’étude de populations qui d’ores et déjà persistent au sein de microrefuges, pour tenter de mieux comprendre les conditions topographiques, écologiques et microclimatiques qui règnent au sein de ces zones si particulières. Le projet s’appuiera sur l’étude de plantes vasculaires dont les populations sont endémiques ou disjointes de leur aire de répartition principale dans le sud-est de la France.

Missions

Le OU la stagiaire aura pour mission de modéliser la répartition spatiale des populations disjointes des espèces modèles en fonction du microclimat, de la topographie, et du type d’habitat afin d’améliorer la compréhension et la prédiction spatiale des zones de microrefuges. Des modèles d’équations structurelles (SEM ou équivalent) pourront potentiellement être utilisés pour quantifier les associations directes et indirectes entres ces différents compartiments.

Le stage comporte une bonne partie de travail de terrain en milieu accidenté (visite des populations dans toute la région PACA, pose et lecture de micro-loggers).

Profil recherché

Etudiant⋅e en M2 ou équivalent en écologie ou géographie physique avec fort attrait pour la modélisation spatiale et la macroécologie.

Compétences (requises et à développer) :

  • Très bonne compréhension des méthodes de régression linéaire,
  • Bonne pratique du logiciel R,
  • Expérience sur SIG (ArcGIS ou QGIS),
  • connaissances de base en écologie végétale et en biogéographie,
  • Être à l’aise dans les déplacements en environnements accidentés (montagne, forêt),
  • Bonne capacité rédactionnelle,
  • Maîtrise de l’anglais,
  • Permis de conduire.

Poste et conditions

Stage rémunéré de 6 mois : du 01/02/2019 au 31/07/2019 (période légèrement adaptable)

lieu de stage : Université Aix-Marseille, Campus Saint-Jérôme

Equipe d’accueil et collaborations : le stage aura lieu à l’Institut Méditerranéen de la Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale (IMBE) au sein de l’équipe Vulnérabilité écologique et conservation. Ce projet est en collaboration avec le Conservatoire botanique méditerranéen (CBNMed).

Encadrement : Eric Meineri (IMBE, équipe Vulnérabilité écologique et conservation), Frédéric Médail (IMBE, équipe Paléoenvironnement et processus macroécologiques) et Katia Diadema (CBNMed).

Modalités de candidature

Les candidatures (CV et lettre de motivation) sont à envoyer par email avant le 07/01/2019, mais seront traitées au fil de l’eau.

Votre candidature doit décrire comment vos compétences pourront vous être utiles pour mener à bien votre travail et quelles nouvelles compétences vous souhaiteriez acquérir dans le cadre du stage.

Pour toutes questions, contacter Eric Meineri : eric.meineri@imbe.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *