cnrs

Stage : Criblage par spectrométrie XRF de l’herbier du MNHN à la recherche de nouvelles espèces hyperaccumulatrices de métaux

Le CNRS propose un stage pour une durée de 2 mois (mai-juin) niveau licence, BTS, IUT ou master 1.

Contexte

L’hyperaccumulation de métal est un phénomène rare observé chez quelques centaines d’espèces de plantes qui ont des teneurs pour un élément donné 100 à 1000 fois plus élevées que celles d’une plante normale. Les plantes hyperaccumulatrices sont intéressantes car elles sont d’emblée capables de se développer sur des milieux toxiques, mais surtout par leur capacité d’absorption des métaux. Elles peuvent ainsi être plantées en phytoremédiation pour la restauration écologique de sites miniers ou de sites contaminés. Elles peuvent aussi être utilisées pour extraire les métaux à place de procédés mécaniques ou chimiques plus destructeur pour l’environnement.

Aujourd’hui nos connaissances des plantes hyperaccumulatrices de métaux sont encore très parcellaires et l’essentiel des études ont porté sur des espèces herbacées de la famille des Brassicacées en Europe. En raison de leur intérêt grandissant, il est devenu indispensable de compléter l’inventaire de ces espèces afin d’identifier les meilleurs candidats pour des applications en phytoextraction par exemple. Les régions tropicales, avec leur extraordinaire biodiversité devraient abriter un grand nombre d’espèces hyperaccumulatrices.

Missions

L’essentiel de l’Amérique tropicale, de l’Afrique ou de l’Indochine sont des zones où les plantes hyperaccumulatrices ont été peu recherchées malgré leur importante biodiversité. Les herbiers sont un endroit idéal pour recherche de nouveaux candidats car elles permettent d’étudier à moindre coût un grand nombres d’espèces, sans avoir à se rendre dans des zones parfois difficiles d’accès (conditions climatiques, conflits, etc.).

L’Herbier national du MNHN renferme une collection d’environ 8 millions de spécimens. Cette collection d’histoire naturelle rassemble des spécimens du monde entier, récoltés depuis près de quatre siècles, et qui représentent presque toutes les familles botaniques de plantes à graines (angiospermes et gymnospermes), fougères et autres plantes à spores, bryophytes, etc. Un spectromètre portable XRF (X-ray Fluorescence) est un instrument qui permet de mesurer en moins d’une minute la teneur en métaux dans une feuille de spécimen d’herbier de façon non-destructrice. Il a déjà montré son intérêt pour révéler de nouvelles espèces hyperaccumulatrices sur des criblages systématiques d’herbier régionaux comme celui de la Nouvelle-Calédonie.

Le but du stage sera de cribler une partie des collections de l’herbier du Muséum pour découvrir de nouvelles plantes hyperaccumulatrices de métaux dans des groupes ou des régions du monde encore peu prospectées.

Profil recherché

Niveau licence, Master 1, BTS ou IUT.
L’étudiant⋅e travaillera en binôme avec un⋅e autre stagiaire.

Poste et conditions

Pas de pré-requis particulier.
L’étudiant⋅e sera formé⋅e à l’utilisation du spectromètre XRF.
Le stage peut être gratifié.

Modalités de candidature

CV à envoyer à sylvain.merlot@i2bc.paris-saclay.fr

Limite des candidatures :  15 avril 2019

2 commentaires

Répondre à Kady Diatta Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *