Saut dans le passé avec Jennifer Carré et Louise Boulangeat

Dans la continuité de l'article sur Elise Mouysset et Marie Picard , deux anciennes salariées de Tela Botanica, faisons un saut dans le passé de l’équipe avec Jennifer Carré et Louise Boulangeat. Et oui même à l’époque, l’équipe était très féminine !

Des parcours extrêmement diversifiés

Louise
Louise Boulangeat, ancienne salariée de Tela Botanica, CC BY-SA Tela Botanica

Anciennement responsable des référentiels taxonomiques et du recensement des herbiers de France à Tela Botanica, le parcours de Louise mêle à la fois voyage, terrain et recherche. En effet, celle-ci a d’abord “commencé par travailler 6 mois à l’herbier, embauchée par l’Université de Montpellier 2. S’en est suivi une mission d’un an sur l’île de Crozet dans les Terres Australes françaises où celle-ci a étudié la végétation et la faune du sol pour l’Institut polaire. Elle est arrivée par la suite à Tela Botanica pour 4 ans de travail acharné sur les projets de taxonomie et sur les herbiers. Puis, elle a enchaîné sur du terrain en montagne et sur l’étude des herbiers à l’Université de Dunedin en Nouvelle-Zélande. Enfin, elle effectua une deuxième mission à Crozet en tant qu’agent de la réserve naturelle. Depuis 2 ans, elle travaille en tant que botaniste au LECA de Grenoble pour faire des mesures sur les plantes alpines. Pour le côté associatif, elle s’investit désormais au Conseil d’Administration de Gentiana.”

Jennifer  et Cécile
Jennifer et Cécile (Outils-Réseaux), CC BY-SA Tela Botanica

Anciennement coordinatrice de projets de sciences participatives et responsable du réseau Tela Botanica en Occitanie et à l’international (Afrique – Canada), Jennifer quant à elle, est “biologiste de formation spécialisée en botanique et médiation scientifique. Après la réalisation de deux masters à l’Université de Montpellier, l’un en biologie et l’autre en communication scientifique, elle eut la chance d’intégrer le pôle médiation de l’Université pendant 1 année. Lors de cette année, elle a travaillé à la mise en place du projet « peluchologie » créé par Thierry Brassac. Elle a ensuite monté une petite entreprise (auto-entreprise) dans le domaine de la médiation. Elle a ainsi mené plusieurs projets en lien avec des chercheurs, des collectivités et des écoles autour de la médiation scientifique dans le domaine de la botanique. Cette petite société existe toujours, elle travaille actuellement avec le musée Fabre à la création d’une enquête botanique dans les tableaux. Elle a ensuite eu l’opportunité de travailler pendant presque 6 ans pour Tela Botanica. Aujourd’hui, elle travaille pour le Laboratoire de l’Engagement qu’elle a créé avec Charlotte Arnal (Patte Blanche) et Mathias Lahiani (On Passe à l’Acte). Ce laboratoire vise à comprendre les mécanismes de l’engagement chez les individus mais aussi dans les organisations.”

Des missions remarquables au sein de Tela Botanica

Louise était donc “responsable des référentiels taxonomiques pendant 1 an et demi puis responsable du recensement des herbiers de France. En parallèle, elle était chargée de mission herbier pour la numérisation de types. Durant ces 4 années, un ensemble de personnes ont contribué à son apprentissage notamment en taxonomie grâce à Joël Mathez, sur la connaissance des herbiers grâce à Pasch (Peter Schäfer) et Andrine Faure et en gestion de projet grâce à Elise Mouysset. Elle a apprécié travailler aux côtés des informaticiens en créant des binômes animateur-développeur par outil.

Jennifer, elle, était animatrice et a participé à la création de plusieurs projets de sciences participatives comme SmartFlore avec Christel et le projet Tela Botanica en Afrique de l’Ouest avec Céline Pirat et Mathias Chouet. Elle ajoute “j’ai continué à développer le fabuleux projet de l’Observatoire des Saisons (j’ai adoré piloter ce projet), j’ai participé à la création du livre de l’ODS (cela était vraiment génial) et à la création de l’Observatoire des Saisons Provence avec Amandine. J’ai participé à l’animation du projet Pl@ntnet et au développement de la plateforme IdentiPlante. J’ai créé en 2017 la première exposition de Tela Botanica avec Rémi Knaff qui a eu lieu au Quai des Savoirs à Toulouse.

Ce qu’elles ont retenu de Tela Botanica...

“Beaucoup! ». Pour Jennifer, « le partage des savoirs est fondamental si nous voulons préserver nos écosystèmes SURTOUT grâce aux Licences Creative Commons et aux outils libres. Le réseau Tela Botanica est un exemple unique, ce réseau est très fort, les gens sont animés par la passion de la botanique et ensemble ils sont arrivés en 20 ans à faire vivre la botanique. Les valeurs : partage – équité – amitié. “ Jennifer

“Le libre ! Le partage ! Le réseau ! Et surtout Aurélien dans le rôle du père fouras et l’institut de botanique en mode fort boyard pour le pot de départ de Virgile.” Louise

depart virgile
Pot de départ de Virgile. De gauche à droite: Jérémy, Paul, Véro, Audrey, Virgile, Jennifer, Delphine, Aurélien, Louise, Mathias, Céline, Seydou, Mathilde et en bas Ariane.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *