Logo Office national des forêts

Stage : Diversification sylvicole en Martinique

L'Office nationale des Forêts cherche un⋅e stagiaire pour rédiger un guide sur les essences locales pouvant être valorisées dans la filière bois en fonction des différents types forestiers martiniquais

Contexte

Premier gestionnaire d’espaces naturels en France l’Office national des forêts (ONF) assure la gestion de près de 10 millions d’hectares de forêts publiques (forêts de l’Etat et des collectivités) en métropole et outre-mer. L’ONF est un Etablissement Public Industriel et Commercial employant près de 9500 personnes, dont 80 en Martinique. La Direction Territoriale de Martinique assure la gestion de 16 136 ha de forêts publiques, soit près de 14 % du territoire. Ses activités principales sont l’accueil du public (plages et forêts de l’intérieur), la protection de la biodiversité, l’éducation à l’environnement et la sylviculture.

Selon les Cahiers du Conseil général du Génie Rural, des Eaux et des Forêts (2002), le patrimoine forestier des DOM doit être conservé en faisant l’objet d’une gestion dynamique. De plus, la prise en compte de la conservation de la biodiversité dans la gestion courante des forêts publiques est inscrite dans le contrat d’Objectifs et de Performance entre l’Etat et l’ONF (2016-2020). La diversité biologique y représente un enjeu majeur et la gestion forestière doit en garantir la préservation notamment en vue de l’atténuation et de l’adaptation aux changements climatiques.
En Martinique, plusieurs plans d’aménagement sont en cours de révision. L’opportunité est ainsi donnée de sortir du modèle de futaie pure de mahogany (Swietenia spp. – Meliaceae) en augmentant la part d’essences autochtones. D’après Portecop (1993), les plantations de mahogany sont à l’origine de modifications écologiques des forêts naturelles qui évoluent alors vers un stade terminal différent correspondant à un paraclimax, dénommé « forêt âgée de mahogany ».

Quelques essences secondaires autochtones ont été plantées dont notamment le courbaril (Hymenaea courbaril – Fabaceae) et le bois côte (Tapura latifolia – Dichapetalaceae). Cependant le potentiel naturel autochtone est largement sous-exploité. En effet, la Martinique compte près de 400 espèces d’arbres, soit autant que la métropole pour une superficie 500 fois plus petite.

Missions

Sur une base essentiellement bibliographique, mais également en allant sur le terrain, le.a stagiaire devra rédiger un guide des essences locales pouvant être valorisées dans la filière bois en fonction des différents types forestiers martiniquais. Ce guide présentera notamment les modes de multiplication des plants, les densités de plantation et les différentes opérations sylvicoles à réaliser. Le.a stagiaire sera encadré.e par le chargé de mission environnement ainsi que par l’aménagiste, et sera rattaché.e au Service Biodiversité et Développement-Durable. Il.elle travaillera également en lien avec les techniciens forestiers territoriaux ainsi que l’équipe en charge de de la pépinière.

Profil recherché

Formation et compétences :

  • Diplôme de l’enseignement supérieur dans le domaine la gestion forestière ou de la gestion des écosystèmes
  • Permis B obligatoire
  • Un profil de tropicaliste serait un plus

Qualités et capacités demandées :

  • Capacité d’initiative
  • Esprit de synthèse
  • Aisance rédactionnelle
  • Autonomie
  • Curiosité scientifique
  • Connaissances en botanique tropicale appréciées
  • Connaissances des milieux naturels antillais appréciées
  • Aptitude au travail de terrain

Poste et conditions

Le stage est prévu pour une durée minimum de six mois entre septembre 2019 et mars 2020.
Date de début souhaitée 1er septembre 2019.

Modalités de candidature

Date limite de dépôt des candidatures : 01 août 2019
Contact par mail uniquement : cesar-augusto.delnatte@onf.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *